Kirill Nizhnikov veut relancer sa carrière avec les Cataractes.

Cataractes: Nizhnikov en uniforme mercredi

Shawinigan — Kirill Nizhnikov a passé la dernière semaine à apprivoiser son nouvel environnement de travail, il est maintenant prêt à sauter sur la glace en situation de match. Le Russe de 19 ans, identifié il n’y a pas si longtemps comme un des beaux espoirs de son pays, enfilera le maillot des Cataractes mercredi soir, alors que les Voltigeurs de Drummondville seront de passage à Shawinigan.

Nizhnikov débarque au Centre Gervais Auto avec une feuille de route plutôt inhabituelle: malgré son âge – il est considéré comme un vétéran dans le hockey junior – le choix de première ronde de la Ligue de l’Ontario en 2016 n’a disputé que 136 matchs pour 72 points dans cette ligue en quatre saisons, et ce au sein de trois formations différentes.

Il a entamé la présente année avec l’Attack d’Owen Sound, avant d’être libéré pour laisser de la place à des plus jeunes. «C’est une question de gestion interne, je n’ai pas à répondre à la place des directeurs généraux», a dit Nizhnikov dans sa première entrevue en Mauricie, mardi.

«Je suis heureux d’arriver à Shawinigan et la chance que m’offrent les Cataractes. Il y a plusieurs bons joueurs ici et je crois pouvoir contribuer à ma façon.»

Patineur fluide, Nizhnikov est surtout considéré comme un marqueur naturel. Voilà qui pourrait aider un club qui se cherche en avantage numérique, comme le prouve le taux d’efficacité de 17,9 % des Cataractes dans cette facette du jeu (14e rang de la LHJMQ sur 18 clubs).

«Je connais mes forces et je voudrai les exploiter. J’ai rencontré les joueurs, je sais que je peux devenir un leader positif dans ce groupe talentueux. Si je suis ici, c’est que je crois toujours en mes chances de graduer chez les pros.»

Il y a un peu plus de trois ans, certains lui prédisaient une sélection au tout premier rang du repêchage de la Ligue de l’Ontario. C’est finalement au septième échelon qu’il a trouvé preneur, à Mississauga. Il n’a toutefois jamais évolué pour les Steelheads, qui l’ont transigé à Barrie.

Il a ensuite joué pour Sudbury, avant d’apparaître dans dix matchs de saison de l’Attack, en début de campagne. En 2018-19, il a même fait un bref stage dans sa Russie natale, notamment en KHL.

Il n’y a pas beaucoup d’information qui filtre sur cet énigmatique attaquant. Si certains ont décrié son manque de constance avec les années, il n’a pas été épargné par les blessures, dont des commotions cérébrales. «Parfois, un changement d’air, ça fait du bien», observe l’entraîneur-chef Daniel Renaud.

«Ce n’est pas un hasard s’il est passé par quatre équipes dans l’OHL. Mais dans un nouveau circuit, une nouvelle ville, il aura de nouveau l’occasion de se faire valoir. Tout est une question d’engagement. Pour l’instant, j’aime l’attitude qu’il affiche à l’entraînement.»

Nizhnikov complétera un trio tout européen avec Valentin Nussbaumer avec Vasily Ponomarev. «J’ai rarement vu un gars avec un lancer aussi pesant. Il est capable de décocher rapidement. Son lancer, c’est définitivement son arme.»

Beaucoup d’absents... et de suspensions

Trois réguliers des Cataractes rateront le rendez-vous de mercredi soir. Suspendu, le défenseur Marc-Antoine Pépin purgera le deuxième match d’une série de trois, tandis que Leon Denny ne pourra jouer, lui qui a été suspendu pour deux parties à la suite du match émotif de dimanche, à Rimouski. L’attaquant Mikaël Robidoux, lui, a été suspendu indéfiniment.