Les hommes de Daniel Renaud ont été dominés par la vitesse du Drakkar.

Cataractes: la défensive malmenée

Trois-Rivières — Une journée après avoir appris le départ de son leader Simon Benoît, la défensive des Cataractes s’est effondrée mercredi soir à Baie-Comeau. Le Drakkar, une équipe explosive en attaque, n’en demandait pas mieux pour gâter ses partisans et il a empoché une victoire de 9-3.

Les Cataractes n’ont pas été dans le coup très longtemps au Centre Henry-Léonard. Dominant 11-2 dans la colonne des tirs au but, le Drakkar a chassé Lucas Fitpatrick après un peu moins de 16 minutes de jeu lorsqu’il a pris l’avance 3-0. Fitzpatrick n’avait quand même rien à se reprocher, les locaux se promenaient dans l’enclave avec la rondelle comme dans leur salon!

Le Drakkar a ajouté deux autres filets en début de deuxième face à Antoine Coulombe, forçant Daniel Renaud à utiliser son temps d’arrêt pour secouer les troupes. La manœuvre a porté ses fruits pendant un bout de temps. Jan Drozg, puis deux buts de Vincent Senez ont permis aux visiteurs de rentrer au vestiaire en position de croire à une extraordinaire remontée, alors en déficit 5-3.

Le miracle ne s’est pas produit. Le Drakkar a complètement dominé la troisième, marquant deux fois dans les quatre premières minutes. Cette fois, le sort des Shawiniganais était scellé et le reste du match a été disputé pour la forme.

Ivan Chekhovich a été le principal bourreau des Cataractes, avec une production de trois buts et deux passes. À l’inverse, ce fut une pénible soirée pour Jason Horvath, qui sort de l’aréna avec un -4 à sa fiche. Drozg, Gabriel Belley-Pelletier, Alex Plamondon, Valentin Nussbaumer, Leon Denny et Charles Beaudoin ne sont pas trop loin derrière, à -3.

C’était une deuxième défaite en trois sorties pour les Cataractes depuis le début de la saison. Le Drakkar est pour sa part invaincu en trois rencontres. Seule fausse note pour le Drakkar, moins de 1400 personnes ont assisté à ce duel.

«On affrontait une équipe avec beaucoup de vitesse, et nous n’avons pas été en mesure de nous ajuster. En couverture défensive, c’était très difficile et le résultat, c’est qu’on laissait des gars sans surveillance dans l’enclave», se désolait Renaud.

«Par contre, on a réussi à revenir dans le match en deuxième. Un temps mort nous a permis de revenir à seulement deux buts d’écart. Le feeling était bon dans le vestiaire au deuxième entracte, les gars y croyaient. Mais c’est sûr que le but du Drakkar après seulement sept secondes en début de troisième nous a assommés», ajoutait-il.

Arrivés en Mauricie jeudi matin, les Cataractes vont maintenant se préparer à aller défier les puissants Voltigeurs à Drummondville vendredi soir.