Xavier Bourgault a marqué le but gagnant en prolongation, vendredi soir, à Victoriaville.

Bourgault sort les Cataractes de la noirceur

Victoriaville — Ce n’est jamais une mince affaire de s’extirper d’une léthargie. Malgré un barrage de 45 tirs, les Cataractes ont eu besoin de la prolongation pour venir à bout des Tigres de Victoriaville, qu’ils ont vaincus 4-3.

C’est un filet spectaculaire de Xavier Bourgault réussi aux dépens de Fabio Iacobo qui a tranché ce duel, livré devant 2800 personnes au Colisée Desjardins. Bourgault s’est débarrassé d’un premier couvreur, puis d’un deuxième, avant de s’amener seul devant Iacobo qu’il a battu d’un tir parfait dans la lucarne pour atteindre le cap des 20 buts cette saison. «J’ai vu qu’il y avait une petite ouverture en haut, je n’étais pas sûr de réussir à y loger la rondelle. Bien content que ça ait marché», souriait l’adolescent de 17 ans, qui a dû gagner deux bagarres un contre un en quelques secondes pour se frayer un chemin jusqu’à l’enclave. «On avait tous faim. On s’est parlé avant le match, on voulait stopper cette série noire. Tout le monde a fait son travail ce soir, tout le monde s’encourageait sur le banc. C’est le bon état d’esprit pour connaître du succès.»

Les Cataractes ont quand même failli sortir de l’aréna les mains vides pour une huitième fois d’affilée. Après une excellente première période où ils ont pris l’avance 2-0, ils ont laissé les Tigres dicter les échanges en deuxième, et les locaux ont créé l’égalité avant de rentrer au vestiaire pour le deuxième entracte.

En troisième, les visiteurs ont été dominants sans pour autant capitaliser sur leurs chances de marquer. Puis un revirement a mené à un surnombre des Félins, et Félix Paré n’a pas loupé sa chance de porter la marque à 3-2 avec six minutes à écouler au cadran. Ce but a fait mal aux troupes de Daniel Renaud, pas de doute là-dessus. Mais elles ont continué à attaquer, récompensées quatre minutes plus tard par le filet égalisateur de Kirill Nizhnikov. L’homme au tir canon a cette fois récupéré un déchet dans l’enclave, de loin son but le plus laid dans l’uniforme shawiniganais. Mais, du même coup, son but le plus important!

«La victoire fait vraiment du bien. Pas juste pour la victoire, mais pour notre façon de jouer», témoignait le pilote. «Nous avons retrouvé notre identité des quatre premiers mois. Nous avons été bons en échec-avant, les cinq joueurs étaient dans la photo en repli. Les gars ont compétitionné, ils étaient pesants sur leur bâton. Quand les Tigres ont fait 2-2, nous aurions pu nous décourager. C’est arrivé durant notre séquence de sept défaites. Les gars ont appris des derniers matchs, ils ont bien réagi. Nous avons pratiqué les bagarres un contre un à la pratique hier (jeudi), ce fut bénéfique. Le but gagnant illustre bien notre performance, Bourgault n’a pas abandonné et il s’est rendu à un quatrième effort sur la même séquence pour faire la différence.»

Dans l’autre vestiaire, Louis Robitaille n’était pas de bonne humeur. «On n’a pas bien joué. On a eu des chances, mais on n’a pas compétitionné. On a voulu jouer comme les Cataractes, échanger chances de marquer contre chances de marquer. On a joué avec le feu toute la soirée, on s’est brûlé», analysait le pilote des Félins, qui a sa petite idée pourquoi ses hommes ont dérogé du plan. «C’est un excès de confiance. C’est décevant de ne pas être en mesure de closer en fin de match, après avoir pris l’avance.»

Une fois rendus en prolongation, les Tigres ont à nouveau plié l’échine. En huit occasions de se battre pour le point boni depuis le début de la saison, ils sont zéro comme Ouellet! Disons que Robitaille commence à être irrité par les questions concernant le rendement de son club lors cette ultime phase du jeu, alors il a préféré braquer les projecteurs sur ses rivaux… «Avant le but vainqueur, il y avait assurément une pénalité à appeler sur Anthony Poulin. Il aurait peut-être dû faire comme les Cataractes et se garrocher sur le dos!», a conclu Robitaille.

Outre Bourgault et Nizhnikov, Mavrik Bourque et Gabriel Denis ont aussi marqué pour les Shawiniganais, qui ont maintenant rendez-vous avec les Voltigeurs à Drummondville dimanche après-midi.

Carnet de notes

Blessé à l’entraînement la veille, Maxim Trépanier n’a pas été en mesure d’affronter les Tigres vendredi soir. Cette blessure, jumelée au départ de Mikaël Robidoux en début de semaine, a forcé Daniel Renaud à attaquer ce duel avec un seul vétéran de 20 ans en uniforme. Pire, Jordan Lepage a été chassé 10 minutes pour mauvaise conduite en début de deuxième. Disons qu’il y avait bien peu d’expérience à la disposition du pilote au second tiers!...Sans faire de bruit, l’ex-Cataractes Alex Degagné rend de bons services aux Tigres. En 38 matchs, le petit arrière montre une fiche de trois buts et sept passes, en plus d’un différentiel de +7, le meilleur de la brigade défensive de Louis Robitaille.