Les Cataractes l’emportent 5-0 devant près de 4000 personnes au Centre Gervais Auto.

Bon départ pour les Cataractes

Shawinigan — Si la saison qui s’amorce est à l’image du premier match local, les partisans des Cataractes vont se régaler au cours des prochains mois. Ils étaient plus près de 4000 témoins réunis pour l’ouverture à domicile des Cataractes, qui ont complètement dominé les Tigres avant de les renvoyer à Victoriaville avec une défaite sans appel de 5-0.

Mavrik Bourque, qui d’autre, a donné le ton à la soirée en battant Tristan Côté-Cazenave d’un tir parfait dès la première minute de jeu. Au cours de ce premier vingt outrageusement à l’avantage des locaux, Bourque a ensuite eu droit à un tir de pénalité, où il a de nouveau eu le dessus sur le portier étoile des Félins. Ces derniers ont accordé un troisième but à Xavier Cormier avant de rentrer au vestiaire, étourdis.

Des bagarres

Les visiteurs sont revenus en deuxième avec plus de fougue. Ils ont provoqué deux bagarres, qui ont tourné à l’avantage des Cataractes. Ils ont aussi passé une partie de la période au cachot. Cherchant le jeu parfait, les jeunes Cataractes ont bousillé quelques occasions de porter le coup fatal. Mais en toute fin d’engagement, alors que Leon Denny a pris la place à Marc-Antoine Pépin à la pointe pour un jeu de puissance, le défenseur de 19 ans a faufilé un tir vers l’enclave qui a été habilement dévié par Vasily Ponomarev, une séquence qui portait la marque à 4-0 avec moins de quatre secondes à écouler au cadran. Rendu là, les deux points à l’enjeu avaient trouvé preneur!

Encore du tumulte

En troisième, Renaud a espacé les présences de son gros trio, en prévision du second match du week-end programmé à 16 h samedi face aux Foreurs. Cormier a ajouté un but spectaculaire, en désavantage numérique. Puis les deux clubs ont fini le match dans le tumulte. Samy Paré a notamment servi une droite à Mikaël Robidoux… alors qu’il était au banc. Jordan Lepage a pour sa part été forcé de livrer un deuxième combat après avoir été agressé par Massimo Ciciliano.

Ce vaudeville tiré d’une autre époque n’a pas déplu à la foule de Hockeytown, il faut bien l’avouer. Il ne l’a surtout pas empêché de célébrer le deuxième blanchissage d’affilée signé par le jeune gardien Antoine Coulombe. Peu sollicité en première, Coulombe n’a pas eu la vie facile dans les 40 dernières minutes de jeu. Il a été impérial. Il a livré sept périodes depuis le début de la saison. Pas un tir n’a eu raison de lui. 0 comme Ouellet! «L’an passé, j’étais sur le banc pour le match d’ouverture, cette saison je voulais tellement être sur la glace. C’est la fois où j’ai joué devant le plus de monde. L’ambiance était magique», souriait Coulombe, qui ne veut pas trop faire un plat de sa séquence. «J’y vais un tir à la fois. C’est sûr que dans les dernières minutes de jeu, tu y penses un peu au blanchissage mais avant ça, tu dois toujours resté concentré. Le but, quand tu es gardien, c’est de te faire battre le moins souvent possible!»

Bourque était lui aussi content de sa soirée, qu’il a passée à l’aile de Vasily Ponomarev même s’il est un centre naturel. «Je joue où Daniel (Renaud) me dit. Ça demande un peu d’ajustement, c’est tout. C’est sûr que j’aime ça marquer contre les Tigres, c’est l’équipe de mon patelin. Mais je suis surtout content de la victoire. On vient d’en coller deux, et pas par des pointages de 9-7. Par des blanchissages. Ça donne confiance.»

Renaud tenait quant à lui à souligner le comportement de Bourque en fin de match. «J’ai donné deux présences à son trio en troisième, il était d’accord. Puis, en fin de match sur l’avantage numérique, je lui ai donné le choix d’y aller vu qu’il avait deux buts et il a préféré rester au banc. Quel joueur d’équipe!»

Le pilote des Cataractes avait moins d’éloges dans son sac pour l’attitude des Félins. «On a vu ce qu’ils voulaient faire en partant la deuxième. À 3-0, je comprends, le hockey junior c’est du momentum. Mais bon, faut le faire à l’intérieur de certains paramètres. Les Tigres ont franchi la ligne», se désolait-il. «Nos gars ont montré beaucoup de caractère. Personne n’a reculé. On a connu un bon départ, on a travaillé. Je pense que nous avons comblé 4000 partisans ce soir.»

Dans l’autre vestiaire, Louis Robitaille était loin de paniquer même si son club venait d’encaisser un quatrième revers de suite pour amorcer la saison. «Il y a deux défaites en prolongation là-dessus. Ce soir, ce sont des crampes au cerveau qui ont mené aux buts des Cataractes. On a eu nos chances en deuxième, il faut donner du crédit à Antoine Coulombe, il a été très bon.»