Les Cataractes ont fourni un vaillant effort en lever de rideau de leur série face aux Huskies, mais ont tout de même encaissé une défaite de 4-1, vendredi à Rouyn-Noranda.

Cataractes: un A pour l’effort

ROUYN-NORANDA — Les Cataractes n’ont pas eu l’air d’une équipe prête à se faire déclasser comme tous les experts le prédisent, lors du lancement de la série qui les oppose aux puissants Huskies de Rouyn-Noranda. Les 86 points d’écart entre la meilleure équipe au Canada et la dernière qualifiée pour le grand bal printanier n’ont pas trop paru vendredi soir, les Huskies devant trimer très dur pour signer un gain de 4-1.

Même que si les visiteurs avaient pu ajouter de l’opportunisme à leur recette basée sur la vitesse, le travail et l’acharnement, l’issue de ce premier duel aurait pu être bien différente. En première, les équipiers de Daniel Renaud ont eu le dessus dans les tirs cadrés, les chances de marquer et le temps de possession, sans pour autant arriver à battre Samuel Harvey. Un peu moins sollicité, Justin Blanchette a quand même eu à s’interposer à quelques reprises, et les deux clubs ont retraité au vestiaire avec un pointage de 0-0.

En deuxième, les Huskies ont accéléré la cadence, provoquant – et gagnant – davantage de bagarres à un contre un. Les Cataractes n’ont quand même pas reculé. Encore une fois, les deux gardiens ont dû se signaler. Puis, un jeune homme de 17 ans, élevé dans la cour des Cataractes… mais repêché par les Huskies au deuxième tour il y a deux ans – Alex Beaucage – a réussi le premier filet de la série, avec un tir des poignets meurtrier réussi dans la circulation lourde, depuis l’enclave où il venait de sauter sur une rondelle libre.

Tirant de l’arrière 1-0 après deux périodes, les Shawiniganais ont été largués en troisième. Deux des trois buts des Huskies ont été chanceux. Sur l’autre, Blanchette a laissé traîner un retour dans l’enclave après un tir anodin. Mais les Huskies ont passé l’essentiel de la période dans le territoire adverse. Ils ont donc créé leur propre chance. 

La réplique est venue du bâton de Valentin Nussbaumer, qui a rétréci l’écart à 2-1 après une manœuvre courageuse de Gabriel Denis. Les réjouissances ont toutefois été de courte durée, les Huskies ont rapidement repris une avance de deux buts et cette fois, ils n’ont plus eu besoin de regarder derrière. «Je pense que nous avons montré ce qu’on pouvait faire ce soir, que nous sommes ici pour jouer une longue série. On a joué un bon match», analysait Nussbaumer, qui a semblé à l’aise à son baptême en séries même si le jeu a été beaucoup plus viril qu’en saison. «On va aller souper ensemble, se parler un peu et se préparer pour demain. Un autre gros match nous attend. On peut l’aborder avec confiance», ajoutait-il.

Daniel Renaud était sur la même longueur d’onde que son attaquant suisse. Le pilote a bien aimé l’engagement de sa troupe. «On a compétitionné, et c’était le message central de notre semaine de préparation. J’ai adoré notre première. Les Huskies ont eu plus de temps forts en deuxième, mais on a bien réagi. En troisième, on se devait de forcer le jeu, on l’a fait et on s’est fait prendre à quelques occasions. Ce fut physique ce soir, les gars n’ont pas reculé. On a bloqué des tirs… On a bien des choses sur lesquelles bâtir», proposait Renaud, qui sait sur quoi marteler comme ajustements en vue du second affrontement. «Ça va prendre plus d’opportunisme sur le jeu de puissance. Quand tu joues contre le meilleur club au pays à cinq contre cinq, ton jeu de puissance doit te donner un coup de main. Ça n’a pas été le cas ce soir. Pour le reste, je n’ai rien à dire sur l’effort déployé.»

Dans l’autre vestiaire, Alex Beaucage était évidemment fier d’avoir fait basculer le momentum en deuxième. «Chapeau aux Cataractes, ils ont connu un bon départ. C’est une jeune équipe talentueuse. On a mieux fait en deuxième, et on avait besoin de marquer quand j’ai eu cette chance. Je suis content de l’avoir saisie», racontait l’adolescent de 17 ans, éligible à la prochaine séance de sélection de la LNH. Beaucage reconnaissait que cette série était un peu spéciale à ses yeux. «Mais pas juste pour moi. Elle est spéciale pour toute l’équipe, pas juste pour moi. On préférait jouer les Cataractes plutôt que les Sea Dogs, ça va permettre à nos familles de venir nous encourager sur la route!»

Avant d’en arriver là, Cataractes et Huskies ont de nouveau rendez-vous samedi soir. Mario Pouliot disait espérer un meilleur départ de sa troupe. «Les Cataractes ont poussé fort en première. C’est une bonne affaire, on a vu que je disais vrai cette semaine en déclarant qu’en séries, les cadrans retournent à zéro. J’ai aimé notre travail à partir de la deuxième. Quand tu domines autant dans les tirs au but, de bonnes choses vont finir par se produire. Il fallait juste ne pas jouer avec frustration. Les Cataractes n’ont rien à perdre dans cette série. C’est une bonne leçon pour nous.»

Outre Beaucage, Jakub Lauko, Justin Bergeron et Samuel Naud ont aussi battu Blanchette, testé 51 fois. Les Cataractes ont quant à eux orchestré une attaque de 25 tirs cadrés vers Samuel Harvey.