Les Cataractes ont tenté beaucoup de jeux individuels au cours du match.

Cataractes: trop de dentelle

Shawinigan — Quand une jeune équipe joue sa survie, il y a des sacrifices à faire. Celle de laisser la dentelle au vestiaire, par exemple, et simplifier le plus possible ses actions.

Cette directive, les Cataractes ne l’ont pas suivie vendredi soir. Résultat, les Islanders de Charlottetown ont signé un gain de 3-1, après avoir contrôlé l’action du début à la fin.

Ces Islanders passent sous le radar et pourtant, ils sont installés au septième rang du classement général. Les Cataractes ont su pourquoi vendredi. Les visiteurs ne donnent rien de gratuit. Ils gagnent leurs bagarres un contre un, ils nettoient l’enclave. Et ils évitent les revirements, contrairement aux Cataractes qui ont tenté bien des jeux risqués. Comme Jan Drozg, par exemple, qui s’est pris pour Alexander Barkov et qui s’est passé le bâton entre les jambes en échappée pour essayer de marquer le but de l’année…

Des chances de la sorte, les Cataractes en ont fabriquées quelques-unes au cours de la soirée, même s’ils ont été limités à 14 tirs cadrés, dont trois en troisième. Matthew Welsh a su éteindre ces feux. À l’autre bout de la patinoire, Justin Blanchette a bien manœuvré pour garder son club dans le match. Mais quand tu te fais bombarder de 39 tirs, tu as besoin de plus d’un but de tes coéquipiers pour t’en sortir…

«Ce qui est le plus décevant de ce match, c’est notre réaction en troisième. Quand tu perds par un but dans une situation comme ça, la consigne c’est de mettre des rondelles au filet, et espérer marquer, peu importe comment. Au lieu de faire ça, on a mis juste trois rondelles au filet. Encore une fois, on était dans le match jusqu’à la fin, notre gardien était au banc et on essayait de créer l’égalité. Mais il faut aussi se rendre à l’évidence qu’on ne gagnera pas de matchs avec 14 tirs», soupirait Daniel Renaud, qui aurait aimé voir son avantage numérique lui fournir un but quand l’équipe courait après les Islanders dans la deuxième portion du match. «Non seulement ce but n’est pas venu, mais on n’a pas généré beaucoup de choses en avantage numérique.»

Le seul but des Cataractes a quand même été produit par le jeu de puissance en première. Un filet chanceux, puisque Mavrik Bourque tentait une passe transversale qui a dévié dans l’enclave avant de surprendre Welsh. C’était le 20e but de la saison, un joli plateau pour la recrue de 16 ans. À titre de comparaison, Anthony Beauvillier en avait enfilé neuf au même âge. Malgré ce fait d’armes, Bourque était un athlète un peu fâché après le match. «On aurait dû mieux jouer. On a voulu être trop cute. Tous les buts ont la même valeur. Tu n’es pas toujours obligé de passer dans les bulletins de nouvelles quand tu marques!»

Dans l’autre vestiaire, Jim Hulton rendait justement crédit à sa troupe pour son jeu hermétique. «On voulait jouer un match structuré, on se prépare pour les séries. Ce fut une bonne sortie pour nous.»

Les Cataractes, qui ont vu leur série de défaites s’étirer à huit, ont maintenant rendez-vous avec l’Océanic à Rimouski dimanche.