Mikhail Abramov a enfilé trois buts dans la victoire des Tigres face aux Cataractes, dimanche au Centre Gervais Auto.

Cataractes: l’effet boomerang en plein front

SHAWINIGAN — Ce qui ne tue pas rend plus fort, hein? Incapables de distancer les Tigres malgré une première période endiablée, les Cataractes ont été frappés de plein fouet par l’effet boomerang en deuxième. Une poussée de trois buts des Félins qui aura fait la différence, dans ce revers de 7-3 subi par les Shawiniganais devant plus de 2600 personnes réunies au Centre Gervais Auto.

Les Cataractes étaient en plein contrôle après 20 minutes. Ils avaient mitraillé le gardien recrue Nathan Darveau de 19 tirs cadrés, et une bonne dizaine avaient raté la cible de peu. Totale, la domination.

Le hic, c’est qu’au gros tableau, dans la colonne qui compte le plus, c’était indiqué 1-1!

Les Tigres ont fait payer cher à leurs hôtes ce manque d’opportunisme en deuxième. Félix Paré a d’abord poussé derrière Antoine Coulombe un retour de lancer après avoir vu le centre du quatrième trio Nicolas Daigle déculotter Vasily Ponomarev au cercle de mise en jeu.

Moins d’une minute plus tard, c’était au tour de Mikhail Abramov de déjouer Coulombe, une scène qui a alourdi les jambes des locaux. Puis Xavier Cormier a touché le poteau derrière Darveau, quelques instants avant qu’Abramov ne porte la marque à 4-1 dans un Centre Gervais Auto devenu muet!

En troisième, les deux clubs ont échangé les chances de marquer. Et comme depuis le début du match, ce sont les visiteurs qui ont eu le dessus point de vue opportunisme. Dans la défaite, Charles Beaudoin a marqué deux buts, et l’autre filet est venu du bâton d’Olivier Nadeau, qui a atteint le plateau des 10 buts.

«On a manqué d’opportunisme en première période», se désolait la recrue de 16 ans, le meilleur de son clan dimanche. «En début de deuxième, on a peut-être pris les Tigres à la légère vu qu’on avait dominé en première. Le deuxième but des Tigres a fait mal, et on n’a pas été en mesure de s’en remettre de la période. Je pense qu’on a mieux fait en troisième, mais encore une fois, l’opportunisme a fait la différence», ajoutait Nadeau.

De son côté, Daniel Renaud mettait cette défaite sur le dos de la jeunesse de sa formation.

«Comment avons-nous pu être aussi bons en première, et aussi horribles par la suite? Je pense que nous avons mal géré nos émotions. Les gars étaient frustrés par le pointage après une période, mais si nous étions sur le bon chemin. Nous nous sommes mis à tricher comme je n’avais jamais vu… Nous avons manqué de maturité émotionnelle. C’est une leçon d’apprentissage. C’est vrai qu’elle est plate en ce moment, je ne suis par content.»

Ce revers fait chuter les Cataractes au dernier rang de leur division. S’ils ont joué moins de matchs que leurs rivaux, soudainement ils doivent néanmoins se méfier des Olympiques, dont la poussée récente au classement leur permet de croire à leurs chances de se qualifier en séries. Il n’y a plus que six points d’écart entre les deux clubs!

«On peut regarder le classement de bien des façons. Pour ma part, je suis convaincu que lorsque les séries vont arriver, nous aurons l’avantage de la glace en première ronde. Il y a un sentiment d’urgence, c’est sûr, comme dans toutes les équipes, car le classement est très serré, mais on s’en va dans la bonne direction», plaidait le pilote dont la troupe ne compte que trois victoires à ses 14 dernières sorties.

Évidemment, dans l’autre camp, Louis Robitaille était plus souriant. «On avait joué un match très émotif la veille, il y avait de la fatigue mentale. Au premier entracte, on a demandé aux joueurs de se regrouper, et de recommencer à jouer dans notre identité. J’ai adoré leur réaction», témoignait le pilote des vainqueurs, dont l’équipe a signé une troisième victoire de suite.

«Les équipes qui ont du succès, c’est parce que leurs meilleurs joueurs acceptent de jouer de la bonne façon. La simplicité et l’efficacité sont à l’avant-plan, ce qui n’empêche nullement de créer de l’offensive. Jouer à la roulette russe, c’est bon pour les ligues du mardi soir! Le hockey de séries, et c’est ce que nous sommes en train d’implanter, il y a certaines exigences à remplir.»

Robitaille a donné l’exemple de Mikhail Abramov, auteur d’un truc du chapeau dimanche. «On lui a demandé de raccourcir ses présences depuis quelques matchs. Abramov, à mon point de vue, doit être dans les discussions pour le titre de joueur par excellence de la ligue. C’est notre catalyseur.»

Carnet de notes

Absent dimanche, Maxim Trépanier devrait faire le voyage dans les Maritimes avec ses coéquipiers shawiniganais. Ce qui ne sera pas le cas de Kirill Nizhnikov, qui est tombé au combat face aux Tigres et qui doit suivre le protocole relié aux commotions cérébrales.