Mavrik Bourque a réussi son premier truc du chapeau en carrière.

Cataractes: le futur à la rescousse du présent

Shawinigan — Le futur est venu à la rescousse du présent samedi après-midi. Alors que les Cataractes semblaient se diriger vers une dixième défaite d’affilée, Mavrik Bourque et Antoine Coulombe ont pris les choses en main, pour transformer un déficit de 4-2 en une éclatante victoire de 6-4 savourée devant près de 3000 personnes au centre Gervais Auto.

Bourque et Coulombe, deux adolescents de 16 ans, vont se souvenir de ce match pendant très longtemps. Le premier a réussi son premier truc du chapeau en carrière, en plus de se faire complice d’un autre filet. Le second, après neuf défaites a enregistré sa première victoire dans le junior en repoussant 32 rondelles, dont trois échappées alors que les Cataractes bénéficiaient pourtant d’une attaque massive en troisième.

Folle troisième

Les Cataractes étaient dominés 4-2 après 40 minutes, totalement déclassés sur les unités spéciales, un refrain trop souvent entendu depuis 15 mois. Mais en début de troisième, ils ont réussi à tuer quatre minutes en infériorité numérique, ce qui a fait virer le vent de côté. Bourque a alors ramené l’écart à un seul but, puis Anthony Imbeault a créé l’égalité pendant une pénalité majeure imposée à Joakim Paradis.

Le but vainqueur est survenu peu de temps après, sur une séquence inusitée. Chassé du match, Paradis a évidemment retraité au vestiaire, mais son entraîneur Pascal Rhéaume a omis de lui désigner un remplaçant au cachot. Résultat, même si la pénalité était terminée, les Foreurs étaient condamnés à jouer à court d’un homme tant qu’il n’y avait pas de sifflet. Plutôt que de durer cinq minutes, la pénalité a donc coûté sept minutes et 18 secondes, jusqu’à la concrétisation du tour du chapeau de Bourque qui plaçait les Cataractes en avance 5-4! Jérémy Manseau a complété la marque dans un filet désert en toute fin de rencontre.

«Ça faisait longtemps que je n’avais pas fait ça, un tour du chapeau. Sur le troisième but, je n’ai pas eu le temps de célébrer, je n’ai pas vu la rondelle entrer dans le filet et mes coéquipiers m’ont sauté dessus! C’est l’fun de contribuer, mais c’est surtout l’fun de gagner. C’est une victoire collective. Et ça va faire du bien. Il y a un poids qui vient de se libérer sur nos épaules», expliquait Bourque.

Personne ne le ressentait autant que Coulombe. Après un camp d’entraînement étincelant, le jeune portier n’arrivait pas à engranger un premier triomphe. Le voilà en poche, et il a contribué activement. «J’étais un peu découragé en fin de deuxième quand les Foreurs ont fait 4-2. Mais quand les gars sont revenus en troisième, il n’était pas question que je l’échappe. C’est sûr que ça fait du bien! Tu viens à l’aréna, ça te trotte dans la tête. C’est derrière moi maintenant.»

Le pilote Daniel Renaud convenait que son équipe ne venait pas de livrer un classique. Mais quand tu as perdu tes neuf derniers matchs, pas question de faire la fine bouche. «On a montré du caractère, je pense que c’est ce qu’il faut retenir», analysait le pilote, en complimentant ses jeunes. «Pour nous le futur, c’est le présent! Ils sont bons, vraiment bons nos jeunes. Bourque et Coulombe ont excellé, mais j’ai aussi noté les performances des Bourgault et Belley-Pelletier.»

Dans l’autre vestiaire, Rhéaume prenait le blâme. «C’est de ma faute, je me suis excusé aux joueurs. J’ai oublié d’envoyer un joueur au banc des pénalités, et c’est ce qui a coûté le match. Il n’y a pas d’autre façon de voir ça», tranchait le pilote recrue.

Les Cataractes seront de retour devant leurs partisans  dès dimanche après-midi à 16h pour y accueillir les Saguenéens de Chicoutimi.