Daniel Renaud et Mikael Denisov sont prêts à entreprendre la prochaine saison.

Cataractes: «la base est en place»

Il a été embauché au début de l'été, il vient de traverser un premier camp d'entraînement de plus d'un mois avec ses nouveaux équipiers. Quand la rondelle va tomber au centre de la glace du centre Gervais Auto ce soir à 19h30, Daniel Renaud sera plus qu'enchanté de faire officiellement ses premiers pas à la barre des Cataractes.
«J'ai hâte. Plus ça approche, plus il y a de la fébrilité. Le camp a été très long. On a fait ce qu'il faut pour garder l'intérêt des joueurs mais il est plus que temps que la cloche sonne!», sourit le jeune entraîneur-chef, qui a succédé à Claude Bouchard, retourné volontairement au Saguenay seconder Yanick Jean chez les Saguenéens. 
Le choix de Renaud pour remplacer le vieux routier qu'est Bouchard a surpris. Si sa réputation était enviable dans les cercles de la LHJMQ, le jeune homme n'a aucune expérience comme pilote. Première décision, il n'a pas voulu tourner les coins ronds, s'assurant de respecter à la lettre le processus normal d'un camp d'entraînement. «On a invité plus de joueurs que la majorité des équipes au camp et on a attendu plus longtemps avant de couper, afin de faire les meilleurs choix possible. Ça explique en partie nos résultats au camp, nous sommes peut-être moins avancés que d'autres. Mais ce fut un choix, fait pour les bonnes raisons», souligne Renaud. «Individuellement, la base est en place. On a implanté une éthique de travail. Progressivement, on va pouvoir ajouter des éléments sur ça. Fallait partir avec l'éthique de travail si on veut bâtir quelque chose de solide.»
Renaud se garde bien pour l'instant de dévoiler les objectifs qu'il poursuivra avec sa bande au cours des prochains mois. Avec Samuel Girard et Brandon Gignac qui sont toujours chez les pros, impossible pour l'instant de se positionner. Ceci dit, Renaud a bien prévenu ses Cataractes de ne pas attendre après les deux vétérans. «On regarde la situation du coin de l'oeil, c'est sûr. Mais on ne peut pas non plus attendre après le 94 (Girard) pour relancer notre attaquant, ou le 28 (Gignac) pour déborder les défenseurs. On se doit de compétitionner avec les effectifs en place.»
L'Armada et les Tigres de Victoriaville sont au menu de ce premier week-end d'activités pour les Shawiniganais. Deux des trois équipes ciblées - l'autre étant Bathurst - pour enlever le titre de leur division. Méchant contrat! «C'est vrai, ça ne sera pas facile. En même temps, ce sont des beaux défis. L'Armada, elle a l'étiquette d'équipe la plus travaillante de la ligue. Les Tigres misent sur la meilleure attaque du circuit. La commande, c'est d'arriver à jumeler leur volume d'intensité.»
Évidemment que les Cataractes voudront s'appuyer sur Mikael Denisov pour lancer cette saison du bon pied. Élu sur la première équipe d'étoiles de la ligue l'an dernier, le Russe de 19 ans n'est pas apparu sous son meilleur jour lors du camp. «Je n'étais pas ici l'an dernier mais on m'a raconté que son camp s'était déroulé de la même façon! Je ne suis pas inquiet, c'est un vétéran. Avec quatre recrues dans notre brigade défensive, on va avoir besoin de lui pour réparer quelques erreurs d'inexpérience. C'est toujours plus porteur d'y arriver avec une séquence vidéo entre nous, plutôt que de regarder des faits saillants à RDS et TVA Sports!»
Denisov est conscient que son club a bien besoin de l'homme masqué le plus constant de la dernière saison régulière dans la LHJMQ. Bonne nouvelle, il ne veut pas seulement atteindre ce standard, il veut l'élever. «Chaque saison, tu dois viser plus haut. Améliorer des trucs. Une saison parfaite, ça n'existe pas», rigole le protégé d'André Ruel et Dominic Ricard, au sein de l'agence pilotée par Patrice Brisson. «Les vacances ont fait du bien, j'ai pu passer quatre mois avec mes proches en Russie. Le camp sert à bien aiguiser les réflexions, on passe aux choses sérieuses face à l'Armada.»
Affronter une puissance d'entrée de jeu ne semble pas trop intimider Denisov. Ça tient probablement au fait qu'il voit aussi les Cataractes comme des prétendants à la coupe du Président. «On a une bonne équipe nous aussi! J'aime l'attitude de nos jeunes, l'ambiance est déjà excellente dans le groupe. À nous de montrer ce qu'on peut faire sur la glace.»