Cataractes: Booth s’ajoute au casse-tête

Cataractes

Cataractes: Booth s’ajoute au casse-tête

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Les Cataractes n’ont pas tardé à annoncer la liste des joueurs invités à leur camp d’entraînement par hasard. Jeudi matin, ils ont dévoilé une transaction leur permettant de mettre la main sur Angus Booth, un jeune défenseur de 16 ans.

Booth avait été un choix de quatrième ronde des Islanders au dernier repêchage. Les Cataractes l’avaient bien plus haut sur leur liste. L’effet domino du repêchage a fait en sorte qu’il leur a échappé.

Cataractes de Shawinigan: pas question de rouvrir le débat autour du logo

Hockey

Cataractes de Shawinigan: pas question de rouvrir le débat autour du logo

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Même si des équipes professionnelles américaines comme les Indians de Cleveland et les Redskins de Washington discutent présentement de la possibilité de changer leurs noms qui invoquent les communautés autochtones suites aux pressions politiques et financières, les Cataractes de Shawinigan n’ont aucunement l’intention de rouvrir le débat autour de leur logo, qui depuis 22 ans représente un visage amérindien.

Les Indians de Cleveland avaient déjà l’an dernier retiré le visage de «Chief Wahoo», une caricature d’un Amérindien qui ornait leurs uniformes depuis 1946. Il serait cependant surprenant de voir les Cataractes faire la même chose, selon le président de l’équipe Roger Lavergne.

«Je sais qu’il se discute des choses aux États-Unis, mais pour nous il n’y a rien de nouveau. Tout a été dit et on a eu l’approbation des différentes communautés autochtones. D’ailleurs, notre logo présente le côté courageux des autochtones», a-t-il déclaré au Soleil.

En 2015, une campagne publicitaire des Cataractes utilisant l’image des hockeyeurs Anthony Beauvillier, maintenant avec les Islanders de New York, Samuel Girard, maintenant avec l’Avalanche du Colorado, et Alexis D’Aoust, qui évolue dans la Ligue Américaine, avait suscité une petite controverse parce que les trois joueurs y étaient présentés mi-hockeyeurs, mi-amérindiens.

«Pour nous, ce débat s’est fait il y a quelques années et on a fait ce qu’on avait à faire. Les différentes communautés autochtones savent que notre logo a été créé avec respect et tout est passé comme une lettre à la poste. Personne ne m’a parlé de ça récemment», poursuit Roger Lavergne.

Celui-ci ajoute qu’une seule personne lui a fait part de récriminations envers le logo de l’équipe l’an dernier. «Nous, c’est différent, car le nom de notre équipe n’est pas «Redskins» ou «Indians», c’est «Cataractes» et ça représente une chute d’eau. Notre logo a évolué au fil des années, mais ça fait longtemps qu’on a un visage d’Indien sur notre uniforme», poursuit-il.

«De plus, on se fait souvent dire qu’on a l’un des plus beaux chandails de la ligue, alors rien ne nous incite à changer ça. Pour nous, le dossier est clos», conclut-il.

D’autres équipes professionnelles utilisant l’image ou un nom relatif aux Amérindiens ont également indiqué qu’elles n’avaient pas non plus l’intention de changer d’appellation ou de logo au cours des derniers jours, notamment les Black Hawks de Chicago de la LNH et l’équipe de baseball majeur des Braves d’Atlanta.

La distanciation amène de l’inquiétude pour les petits marchés de la LHJMQ

Hockey

La distanciation amène de l’inquiétude pour les petits marchés de la LHJMQ

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Certaines équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) sont inquiètes à l’idée de peut-être devoir faire respecter des mesures de distanciation physique dans leur amphithéâtre lors de la reprise des activités, prévue pour le mois d’octobre.

«Nous, on se croise les doigts pour que la situation s’améliore d’ici là, car la distanciation, c’est un défi pour tout le monde sportif», explique Roger Lavergne, président des Cataractes de Shawinigan.

«Pour nous, c’est encore plus préoccupant, car non seulement nous avons un aréna de moins de 5 000 places, mais environ la moitié de nos billets vendus sont des billets de saison. Alors si, par exemple, il fallait utiliser l’aréna seulement à 50% de sa capacité, ça nous amènerait des décisions difficiles.»

Le Centre Gervais Auto, où évoluent les Cataractes, compte 4 125 sièges et M. Lavergne estime à environ 4 700 spectateurs le nombre de personnes qu’il peut accueillir durant un match en incluant les places debout et les loges. 

«Si ça arrive, il faudra choisir, faire du cherrypicking et c’est quelque chose qu’on voudrait éviter à tout prix», indique celui qui se dit inquiet quand il voit la tangente prise par la pandémie de COVID-19 aux États-Unis.

«La réalité pour nous c’est qu’on a souvent plus de 2 000 billets de vendus et que ça deviendrait compliqué s’il fallait choisir. De plus, pour un petit marché, les entrées aux guichets sont encore plus importantes pour équilibrer les revenus et les dépenses», indique-t-il.

De son côté, Charles Pellerin, président des Tigres de Victoriaville, demeure plus optimiste. «Même si on est un petit marché et qu’on a une capacité d’un peu plus de 3 500 spectateurs au Colisée Desjardins, moi je suis un gars qui est toujours hyper positif. Je crois qu’il faudra démarrer la saison en suivant les consignes de la santé publique et s’ajuster ensuite au besoin», déclare-t-il. 

Les Tigres n’ont toutefois pas encore procédé à leur campagne de renouvellement de billets de saison parce qu’ils ignorent encore combien de matchs ils joueront et combien de personnes ils pourront accueillir à chaque partie. 

«Notre situation est différente de celle des Cataractes, car on a généralement autour de 700 billets de saison vendus auxquels s’ajoutent les forfaits flex. Si on nous imposait de n’utiliser que 50% de notre capacité, je serais autour de 1 800-1 850 personnes et avec des foules comme ça, j’arrive serré, mais j’arrive», analyse-t-il.

«Une chose est sûre, on ne pourrait pas jouer des matchs sans public ou avec seulement 250 personnes dans l’aréna. Par contre, étant donné que notre moyenne est de 2 100 spectateurs, je crois qu’une utilisation à 50% créerait une rareté et qu’on n’aurait plus de matchs de 2 700 spectateurs bien sûr, mais pas de match à 1 200 ou 1 300 spectateurs comme certains mercredis non plus. J’imagine qu’on serait probablement plus près du maximum permis à chaque match», conclut Charles Pellerin.

Manny Ramirez intéressé à jouer au Québec

Capitales

Manny Ramirez intéressé à jouer au Québec

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Il n’y a pas que les joueurs de baseball du Canada qui s’intéressent au projet de Michel Laplante de tenir un tournoi à quatre équipes regroupant plusieurs espoirs canadiens des ligues majeures et des joueurs canadiens des circuits indépendants. Le Soleil a appris que le coloré ex-voltigeur des ligues majeures Manny Ramirez aurait lui aussi l’intention de jouer au Québec avec son fils Manny Jr. si le projet réussit à prendre forme.

Ramirez aurait tissé des liens avec les Capitales de Québec lors de sa visite de l’usine de bâton B-45 de Québec au mois de mars. Le Dominicain naturalisé américain n’a pas joué dans les ligues majeures depuis ses cinq matchs avec les Rays de Tampa Bay en 2011, mais il a effectué plusieurs retours au jeu depuis dans différents calibres de différents pays, dont en 2013 à Taiwan et en 2017 au Japon, dans la Ligue de l’île Shikoku.

Maintenant âgé de 48 ans, il avait l’intention de retourner à Taiwan cette saison avec son fils Manny Jr., âgé de 25 ans et qui évoluait dans la Ligue Atlantique en 2018. La pandémie mondiale a cependant un peu chamboulé les plans du duo père-fils, qui souhaiterait maintenant tenter sa chance dans le tournoi à quatre équipes que Michel Laplante tente de mettre en place à Québec et Trois-Rivières. Les deux Ramirez seraient actuellement en Floride et ne sauraient cependant pas encore à quelles mesures de quarantaine ils devraient se soumettre pour pouvoir traverser la frontière et participer au tournoi.

Les Remparts sélectionnent Gaudet et Gweon

Remparts

Les Remparts sélectionnent Gaudet et Gweon

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Les Remparts ont fait de l’ailier Kassim Gaudet des Estacades de Trois-Rivières et du centre Andrew Gweon du des Caps Office Interior de Fredericton leurs choix de quatrième ronde en les sélectionnant samedi respectivement avec les 63e et 73e choix au repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Les Remparts ne repêchaient ni en deuxième ni en troisième ronde. Gaudet, qui est originaire de Victoriaville, a marqué 7 buts et ajouté 12 aides en 42 matchs la saison dernière, sa première dans la Ligue de hockey Midget AAA de Québec. Le hockeyeur de 16 ans qui fait 5 pieds 9 pouces et pèse 141 livres était classé en cinquième ronde par la centrale de recrutement. Quant à Gweon, il a inscrit 16 buts et 22 aides en 37 parties la saison dernière.

Le DG et entraîneur des Remparts Patrick Roy avait de bons mots pour Gaudet, dont il a apprécié la progression et l’amélioration cette année. Le jeune hockeyeur approuvait le verdict de son futur pilote.

«Je ne suis pas le même joueur que j’étais au début de la saison. J’ai pris de la maturité car je n’étais pas totalement adapté au début de l’année. J’ai toujours travaillé fort et ça a rapporté», poursuit celui qui s’amènera au camp avec la ferme intention de demeurer à Québec. «Pour moi, c’est faire l’équipe et rien d’autre», lance-t-il.

Le jeune homme suivait le repêchage à l’extérieur sur une télé avec sa famille et ses amis. «Je suis très content, ça a été un très beau moment quand j’ai été repêché», ajoute-t-il.

Le risque Richard

Tout juste avant de choisir Gaudet, les Remparts avaient vu les Sea Dogs de St John opter pour le défenseur de Québec Guillaume Richard, libéré par les Tigres de Victoriaville car il avait refusé de se rapporter à l’équipe après avoir été repêché en première ronde l’an dernier.

Roy avait dit s’intéresser au récalcitrant vendredi soir. Cependant, il a assuré samedi qu’il n’avait pas l’intention de le choisir en quatrième ronde. «On avait déjà pris un risque (en première ronde) avec Evan Nause, alors nous voulions prendre un joueur de première année d’admissibilité au repêchage», a-t-il expliqué, avouant bien candidement qu’il ne savait pas, au moment de choisir Nause, qu’aucune compensation ne serait donnée à son équipe s’il n’arrivait pas à le mettre sous contrat.

«On a appris ce matin (samedi) qu'il n'y avait pas de compensation pour les joueurs de 17 ans, mais ça ne change rien car on est plus que confiants d’en arriver à une entente avec Nause. Sa famille est très contente et nous comme confiants de pouvoir faire une annonce au cours de la prochaine semaine», a indiqué Roy.

L'agent de Nause et Richard, Dominic De Blois, a d'ailleurs déclaré au Soleil samedi (voir autre texte) que Nause était à l'écoute des propositions des Remparts mais que Richard n'avait pour l'instant pas l'intention de changer d'idée et qu'il visait toujours le hockey universitaire américain.

Un autre joueur qui avait clairement manifesté sa préférence pour les universités américaines, le Montréalais Michael La Starza de l'école préparatoire Shattuck St. Mary's, a abouti dans l'escarcelle des Voltigeurs de Drummondville. Ceux-ci ont sélectionné le talentueux ailier en septième ronde alors qu'il était le dixième espoir de cet encan.

L’arrière Isaac Ménard des Estacades de Trois-Rivières a pour sa part chuté d’une ronde. Classé en deuxième ronde, il a été choisi en troisième par les Cataractes de Shawinigan, qui ont transigé avec les Tigres de Victoriaville pour pouvoir le sélectionner même s’il avait avisé toutes les équipes qu’il avait l’intention de poursuivre son cheminement aux Etats-Unis.

Attaquants

Roy a aussi expliqué que c’est parce que l’encan était plutôt mince en matière d’attaquants qu’il avait décidé de lancer la quatrième ronde avec Kassim Gaudet et Gweon. «Ce sont deux joueurs que nous aimions beaucoup.»

En cinquième ronde, les Diables rouges ont choisi les défenseurs Zachary Gaudet et Samuel Lachance des Vikings de Saint-Eustache avec deux choix consécutifs, après avoir donné un choix de quatrième ronde en 2022 aux Foreurs de Val-d’Or pour pouvoir mettre la main sur Lachance.

«Je sais que nous avons beaucoup de défenseurs gauchers, mais c’est le résultat de notre stratégie de choisir toujours le meilleur joueur sur notre liste», a expliqué Patrick Roy.

«Les joueurs que nous avons choisi aujourd’hui ne feront pas tous l’équipe l’an prochain, mais ce n’est pas impossible qu’il y en ait deux sur quatre. Il y aura beaucoup de compétition chez les défenseurs, alors ce n’est pas impossible qu’on opte pour des joueurs de 16 ans. La porte est ouverte pour «challenger» les gars qui sont là», a-t-il ajouté.

En sixième ronde, Roy a refilé son choix au Titan d’Acadie-Bathurst en échange du choix de cinquième ronde de ces derniers en 2021. En septième et en huitième, il a sélectionné l’arrière Josh O’Connor des McDonald’s d’Halifax et l’ailier Noah Gibbs, un coéquipier de Gweon à Fredericton, tous deux classés en quatrième ronde par la centrale de recrutement du circuit.

En neuvième ronde, les Remparts ont jeté leur dévolu sur le gardien Benoît Forget, qui évolue au niveau Midget Espoir en Outaouais. Ils ont ensuite sélectionné l’ailier Pierrick Brousseau du Phénix du Collège Esther-Blondin en dixième ronde et le gardien de but de 17 ans Julien Létourneau, qui a disputé quatre matchs avec les Forestiers d’Amos l’an dernier, en onzième ronde. Létourneau a passé l’essentiel de la dernière saison avec le Filon de l’Or-et-des-Bois dans la Ligue de hockey préparatoire scolaire et évoluera l’an prochain avec le Boomerang du Cégep André-Laurendeau.

Roy a complété son repêchage en choisissant le centre Gabriel Pelchat des Gaulois de Saint-Hyacinthe et son neveu Cédric O’Connell, fils de sa soeur Alexandra Roy, en treizième et quatorzième rondes. O’Connell, un défenseur de 15 ans, porte les couleurs de l’Express du Collège Saint-Sacrement, une formation de première division au hockey scolaire masculin juvénile.

Côté glisse en deuxième

La deuxième ronde avait été lancée samedi matin par la sélection de l’attaquant Justin Côté des Grenadiers de Châteauguay par les Voltigeurs de Drummondville. Côté, qui dit-on fait 5 pieds 6 pouces et 146 livres, était classé sixième espoir de la première ronde mais a glissé en deuxième en raison de son petit gabarit. Les Moosheads d’Halifax ont suivi avec le défenseur Jake Furlong.

Au total, huit Québécois ont été sélectionnés en deuxième ronde, dont le gardien lévisien Charles-Edward Gravel qui évolue avec les Senators de Mississauga dans la Greater Toronto Hockey League. La Nouvelle-Écosse, avec cinq sélections, suit alors que deux Néo-Brunswickois et deux hockeyeurs de l’Île-du-Prince-Édouard ont aussi été repêchés ainsi qu’un Terre-Neuvien, le gardien Riley Mercer, frère de l’attaquant des Saguenéens de Chicoutimi Dawson Mercer. avec Carl Tardif

+

Les choix des Remparts


1ère ronde

Evan Nause, Défenseur (Stampede de Sioux Falls)

4e ronde

Kassim Gaudet, Ailier (Estacades de Trois-Rivières)
Andrew Gweon, Centre (Office Interiors Caps de Fredericton)

5e ronde

Zachary Gaudet, Défenseur (Vikings de Saint-Eustache)
Samuel Lachance, Défenseur (Vikings de Saint-Eustache)

7e ronde

Josh O’Connor, Défenseur (McDonald’s d’Halifax)

8e ronde

Noah Gibbs, Ailier (Office Interiors Caps de Fredericton)

9e ronde

Benoît Forget, Gardien (Intrépide Espoir de Gatineau)

10e ronde

Pierrick Brousseau, Ailier (Phénix du Collège Esther-Blondin)

11e ronde

Julien Létourneau, Gardien (Filon de l’Or-et-des-Bois)

13e ronde

Gabriel Pelchat, Centre (Gaulois de Saint-Hyacinthe)

14e ronde

Cédric O’Connell, Défenseur (Express du Collège Saint-Sacrement)

Ponomarev reste à Shawinigan

Sports

Ponomarev reste à Shawinigan

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
sHAWINIGAN (ST) — Même si la LHJMQ a avisé les équipes de retourner leurs joueurs européens dans leur pays natal, ceux des Cataractes ne bougeront pas. Du moins à cour terme.

Tant Vasily Ponomarev que Kirill Nizhnikov, deux Russes, préfèrent rester à Shawinigan. Ponomarev est entouré de ses parents en Mauricie, tandis que Nizhnikov est basé depuis plusieurs années à Toronto. «Leur situation est différente des autres Européens dans la ligue», fait valoir le directeur-gérant Martin Mondou. Les autres joueurs de l’équipe ont toutefois regagné le domicile familial. Même ceux comme Leon Denny et Mathew Macdonald, établis dans les Maritimes. L’entraîneur-chef Gordie Dwye est lui aussi rentré à la maison, à l’Île-du-Prince-Édouard. Visiblement, la LHJMQ s’attend à une très longue pause, sinon à une annulation complète de ses activités...

Précieuse victoire des Cataractes à Val-d’Or

Sports

Précieuse victoire des Cataractes à Val-d’Or

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Shawinigan — Les Cataractes ont bien entamé leur voyage en Abitibi-Témiscamingue, en signant mardi une victoire de 5-2 sur les Foreurs de Val-d’Or, dirigés par leur ancien entraîneur-chef Daniel Renaud.

Maxime Trépanier (30e), Kirill Nizhnikov (12e), William Veillette (7e), Jérémy Martin (15e) et le capitaine Gabriel Denis (13e, dans un filet désert) ont marqué pour les Shawiniganais. Avec ce gain, ils rejoignent les Huskies au quatrième rang de l’Association Ouest, avec 58 points.

Un rare festin offensif des Cataractes

Sports

Un rare festin offensif des Cataractes

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — Incapables de battre la pire équipe de la ligue vendredi, les Cataractes ont fait amende honorable dimanche face à un autre club démuni, les Mooseheads d’Halifax. À la fin d’une séquence de quatre matchs en cinq soirs sur la route, les Mooseheads n’ont pas fait le poids et ils ont été lessivés 8-3 dans un rare festin offensif au Centre Gervais Auto.

Impliqués dans une lutte de tous les instants pour le quatrième et dernier rang de la conférence – qui donne accès à l’avantage de la glace en première ronde des séries, les Shawiniganais ne pouvaient échapper ce match et ils ont agi en conséquence.

La tempête parfaite

Sports

La tempête parfaite

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Shawinigan — Avec 11 matchs à écouler à la saison, Xavier Bourgault a toujours des chances réelles d’accoter les performances d’un certain Anthony Beauvillier au même âge.

À 17 ans, le joueur des Islanders avait enfilé 42 buts à sa deuxième campagne chez les Cataractes. Bourgault en revendique actuellement 33. Il lui manque donc neuf filets pour le rejoindre, un joli pactole pour 11 matchs.

Les Cataractes récoltent un point à Gatineau

Sports

Les Cataractes récoltent un point à Gatineau

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Gatineau — C’est le genre de match de ping-pong où les deux équipes auraient mérité des points.

Les Olympiques de Gatineau avaient le mérite d’avoir joué leur meilleure première période de la saison en prenant l’avance 3-0 avec deux buts en désavantage numérique, de surcroît.

Trois en trois pour Dwyer et les Cataractes!

Sports

Trois en trois pour Dwyer et les Cataractes!

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Shawinigan — Depuis l’arrivée de Gordie Dwyer, les Cataractes ne perdent plus.

Dimanche, les Shawinganais ont collé une troisième victoire d’affilée en l’emportant 3-1 face aux Islanders de Charlottetown, devant un peu plus de 2700 fans réunis au Centre Gervais Auto.

Cataractes: «On a étiré l’élastique au maximum» [VIDÉO]

Sports

Cataractes: «On a étiré l’élastique au maximum» [VIDÉO]

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Shawinigan — C’est parce que son équipe manquait de constance que Martin Mondou s’est séparé de Daniel Renaud dimanche matin.

Le directeur-gérant des Cataractes s’est expliqué à la presse lundi matin, 24 heures après avoir informé son pilote avec qui il faisait équipe depuis deux ans et demi qu’il allait procéder à un changement. «Pour moi, ce fut une des journées les plus difficiles en 13 ans. J’ai congédié une bonne personne, un ami, un gars qui avait toujours la pédale au fond à l’aréna. Je ne serais pas surpris s’il se retrouve du boulot rapidement. Si j’ai agi ainsi, c’est qu’on voyait que le tapis était en train de glisser sous nos pieds et il fallait stopper cette glissade», a raconté Mondou, les yeux encore rougis par l’émotion, en défendant le timing du renvoi de Renaud. «On a attendu si longtemps car on voulait que ça fonctionne avec Dan. On a eu une grosse rencontre en novembre, on lui a fourni des outils. On a étiré l’élastique au maximum mais c’est sûr que lorsqu’on s’est retrouvé dans le boulier (il y a deux semaines), on a commencé à réfléchir sérieusement à la situation.»

«Il faut tous acheter le plan»

Sports

«Il faut tous acheter le plan»

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Le départ de Daniel Renaud a attristé la grande majorité des joueurs des Cataractes. Mais il ne les a pas pris par surprise.

Avec une équipe qui avait du mal à se remettre sur les rails, les joueurs avaient compris que leur pilote était en danger depuis quelques jours.

Daniel Renaud congédié et remplacé par Gordie Dwyer

Sports

Daniel Renaud congédié et remplacé par Gordie Dwyer

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Shawinigan — Après deux ans et demi de règne, Daniel Renaud a perdu son emploi d’entraîneur-chef des Cataractes de Shawinigan dimanche matin.

Le directeur-gérant Martin Mondou a pris cette décision après une séquence de deux revers à domicile subis en moins de 24 heures, face à l’Océanic vendredi et aux Wildcats samedi. 

La dernière d’Alexis Lafrenière en Mauricie?

Sports

La dernière d’Alexis Lafrenière en Mauricie?

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Shawinigan — À moins que l’Océanic et les Cataractes atteignent les demi-finales ce printemps, le match de vendredi sera le dernier disputé par Alexis Lafrenière en Mauricie. Le jeune surdoué, pressenti pour devenir le premier joueur choisi au repêchage de la LNH en juin à Montréal, devrait d’ailleurs sauter sur la glace du Centre Gervais Auto avec le couteau entre les dents, lui qui revient d’une suspension de trois parties.

Lafrenière a dû regarder les derniers matchs de son club du haut des gradins, conséquence d’un coup à la tête asséné à Thomas Caron des Remparts de Québec.

Les Cataractes domptent enfin leur bête noire

Sports

Les Cataractes domptent enfin leur bête noire

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Shawinigan — Il n’y avait pas de meilleur timing pour dompter une bête noire.

Les Cataractes ont donné le ton à leur semaine la plus difficile de l’année en renversant les Saguenéens de Chicoutimi 7-5 mercredi soir au Centre Gervais Auto, eux qui avaient gagné les neuf derniers duels entre les deux équipes.

Bourque et Bourgault se signalent pour les Cataractes

Sports

Bourque et Bourgault se signalent pour les Cataractes

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Shawinigan — Le dernier voyage dans les Maritimes a permis à quelques joueurs des Cataractes de gonfler leur fiche. C’est le cas de Mavrik Bourque et Xavier Bourgault, choisis sur l’équipe de la semaine dans la LHJMQ.

En trois parties, Bourque a enfilé trois buts et cinq mentions d’aide, en plus de présenter un différentiel de +3. Quant à Bourgault, il a obtenu trois buts et six passes, avec un excellent rendement de +5.

Les Cataractes bousillent une avance

Sports

Les Cataractes bousillent une avance

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Les Cataractes de Shawinigan ont laissé filer une avance de trois buts pour finalement s’incliner 6-5 jeudi à Charlottetown contre les Islanders.

«Je suis extrêmement déçu. On aurait dû être en mesure de finir la partie», lance après la rencontre l’entraîneur-chef des Cataractes, Daniel Renaud.

Mondou gradue chez les U18

Sports

Mondou gradue chez les U18

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Après deux ans à la tête d’Équipe Canada au Défi mondial des moins de 17 ans, Martin Mondou a suffisamment impressionné l’état-major de Hockey Canada pour graduer avec le programme des moins de 18 ans, dernière étape avant Équipe Canada junior.

Le directeur-gérant des Cataractes accueillait évidemment cette nomination avec joie.

Cataractes: l’effet boomerang en plein front

Sports

Cataractes: l’effet boomerang en plein front

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — Ce qui ne tue pas rend plus fort, hein? Incapables de distancer les Tigres malgré une première période endiablée, les Cataractes ont été frappés de plein fouet par l’effet boomerang en deuxième. Une poussée de trois buts des Félins qui aura fait la différence, dans ce revers de 7-3 subi par les Shawiniganais devant plus de 2600 personnes réunies au Centre Gervais Auto.

Les Cataractes étaient en plein contrôle après 20 minutes. Ils avaient mitraillé le gardien recrue Nathan Darveau de 19 tirs cadrés, et une bonne dizaine avaient raté la cible de peu. Totale, la domination.

Cataractes 5/Drakkar 4: un autre revers à Baie-Comeau

Drakkar

Cataractes 5/Drakkar 4: un autre revers à Baie-Comeau

Steeve Paradis
Steeve Paradis
Collaboration spéciale
BAIE-COMEAU — Le Drakkar de Baie-Comeau a échappé un autre point à la maison samedi, s’inclinant 5-4 en prolongation devant les Cataractes de Shawinigan. En 21 matchs à leur domicile du Centre Henry-Leonard, les troupiers de Jon Goyens présentent une fiche bien déficitaire de 7-10-4.

Les visiteurs tiraient de l’arrière 4-3 après deux périodes, mais le duo Mavrik Bourque-Vasiliy Ponomarev a renversé la vapeur. Ce dernier a créé l’égalité sur un double avantage numérique à mi-chemin en troisième. Bourque a mis fin au débat en prolongation avec son second de la soirée.

«Très déçu» de la sortie des siens, Goyens a expliqué que l’équipe d’entraîneurs a passé plusieurs heures cette semaine à travailler sur l’aspect défensif avec les joueurs. Le Drakkar a répondu en étant atroce dans son territoire.

«Aujourd’hui, on a décidé qu’on ne touchait pas à personne, qu’on ne défendait pas notre zone, qu’on se foutait de protéger l’enclave. C’était affreux», a lancé l’entraîneur-chef, qui espérait que les siens ne présentent pas le même visage dimanche contre Chicoutimi. «Si on joue comme ça demain, ça va être 8-0 après la première période.»

Soulignant au passage les mauvaises sorties en première et en troisième, et le fait que sans Lucas Fitzpatrick, le Drakkar n’aurait mérité aucun point, Goyens a hâte de voir un seul Drakkar, celui qui a une fiche de 12-7-1-1 à l’étranger. «On veut l’identité qu’on a sur la route chez nous. C’est malheureux pour nos partisans parce que généralement, ils ne voient pas la vraie équipe», a-t-il soutenu.

Pour sa part, Daniel Renaud vantait l’attitude de ses hommes, qui ne sont pas laissés abattre malgré le retard et une baisse d’énergie en deuxième. «Quand (Baie-Comeau) a pris les devants 3-2, on a senti qu’on était fragiles, mais on a trouvé le moyen de garder le match serré même si on n’avait pas notre niveau d’énergie habituel. Antoine (Coulombe) a aussi fait de bons arrêts aux bons moments.»

Laissé seul devant Fitzpatrick durant un avantage numérique, Olivier Nadeau (9e) a lancé les hostilités dès la deuxième minute de jeu du match. Baie-Comeau a ensuite essuyé deux autres pénalités d’affilée, retardant ainsi son moment de se montrer menaçant.

Ce moment est venu à 10:49, Coulombe s’avérant incapable de stopper le lourd lancer des poignets de Nathan Légaré (22e). Soixante-quatorze secondes plus tard, Xavier Bourgault a relancé Shawinigan en avant avec son 20e. Cette avance n’a cependant duré que 53 secondes, Valentin Demchenko (10e) répliquant pour les locaux.

En deuxième, après des filets de Gabriel Proulx (11e) pour le Drakkar et de Mavrik Bourque (23e) pour les Cataractes, les deux équipes croyaient bien rentrer au vestiaire avec une égalité, même si Baie-Comeau avait été la meilleure équipe dans cet engagement.

Toutefois, avec 24,5 secondes à faire, à la suite d’un revirement en zone adverse, Charles-Antoine Giguère (12e) a redonné les devants au Drakkar. Ce fut là le dernier but des locaux.

«Je pense que ce qu’on a appris le plus depuis Noël, c’est lorsque l’autre équipe prend les devants tard dans le match et qu’on s’effondrait. Aujourd’hui, on a trouvé le moyen de rester concentrés», a conclu Daniel Renaud.

NOTES : Durant une pause au premier entracte, le Drakkar a salué son responsable de l’équipement, Brian St-Louis, récemment revenu avec une médaille d’or méritée avec Équipe Canada junior. L’organisation a également souligné la présence du thérapeute athlétique des Cats, Kyle Sutton, aussi membre d’ECJ.

Repêchage de la LNH 2020: Mavrik Bourque au 24e rang

Sports

Repêchage de la LNH 2020: Mavrik Bourque au 24e rang

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
À quelques heures du match des Meilleurs Espoirs de la Ligue canadienne de hockey, Mavrik Bourque apparaît au 24e rang des joueurs nord-américains sur le bulletin de mi-saison émis par la LNH en vue du prochain repêchage, à Montréal en juin.

La vedette des Cataractes est le sixième meilleur de la LHJMQ selon ce relevé, devancé par Alexis Lafrenière (premier), Dawson Mercer (sixième), Hendrix Lapierre (13e), Justin Barron (15e) et Jérémie Poirier (16e). Vasily Ponomarev se retrouve quant à lui au 29e rang.

Bourgault sort les Cataractes de la noirceur

Sports

Bourgault sort les Cataractes de la noirceur

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Victoriaville — Ce n’est jamais une mince affaire de s’extirper d’une léthargie. Malgré un barrage de 45 tirs, les Cataractes ont eu besoin de la prolongation pour venir à bout des Tigres de Victoriaville, qu’ils ont vaincus 4-3.

C’est un filet spectaculaire de Xavier Bourgault réussi aux dépens de Fabio Iacobo qui a tranché ce duel, livré devant 2800 personnes au Colisée Desjardins. Bourgault s’est débarrassé d’un premier couvreur, puis d’un deuxième, avant de s’amener seul devant Iacobo qu’il a battu d’un tir parfait dans la lucarne pour atteindre le cap des 20 buts cette saison. «J’ai vu qu’il y avait une petite ouverture en haut, je n’étais pas sûr de réussir à y loger la rondelle. Bien content que ça ait marché», souriait l’adolescent de 17 ans, qui a dû gagner deux bagarres un contre un en quelques secondes pour se frayer un chemin jusqu’à l’enclave. «On avait tous faim. On s’est parlé avant le match, on voulait stopper cette série noire. Tout le monde a fait son travail ce soir, tout le monde s’encourageait sur le banc. C’est le bon état d’esprit pour connaître du succès.»

Cataractes: Daniel Renaud ne s’inquiète pas

Sports

Cataractes: Daniel Renaud ne s’inquiète pas

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — L’entraîneur-chef des Cataractes grimace quand on lui rappelle que son équipe est sur une séquence de sept défaites de suite. «J’aimerais qu’on mentionne aussi que nous n’avons eu que trois pratiques en 28 jours», réplique Daniel Renaud, dont la troupe tentera de se relancer vendredi soir, à Victoriaville.

«Je ne dis pas que c’est la seule raison pour expliquer notre mauvaise séquence, mais ça joue. Ceux qui me répondent que tous les clubs vivent la même chose, j’aime penser que ça démontre la qualité de nos séances d’entraînement!»

«Deux gros points» pour l’Océanic [VIDÉO]

Océanic

«Deux gros points» pour l’Océanic [VIDÉO]

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
RIMOUSKI – «Ils étaient prêts à compétitionner comme une équipe qui vise un championnat, avec la quantité de lancers qu’ils ont bloquée», a été forcé d’admettre Daniel Renaud en parlant de l’Océanic, qui a vaincu son équipe 5 à 1, mardi, au Colisée Financière Sun Life de Rimouski. Pendant que les Cataractes de Shawinigan encaissaient un septième revers successif, les Rimouskois mettaient un terme à leur séquence de cinq défaites.

Si les Bas-Laurentiens ont dominé dans les tirs au but (31-19), il y a tout de même eu un peu de cafouillage causé par l’absence de synchronisme lié au manque d’entraînement des nouveaux joueurs au sein de la formation. Quoi qu’il en soit, Serge Beausoleil était content de la performance de ses ouailles et «des deux gros points» récoltés. Il était particulièrement satisfait de ses dernières acquisitions, le défenseur Justin Bergeron et le gardien Creed Jones. «Jones, on a trouvé qu’il avait énormément de calme, a-t-il observé. Il calme tout le monde. Bergeron, je savais qu’il était bon. Mais, il est tellement bon qu’en première période, certains de nos attaquants étaient surpris des passes qu’il faisait! Il joue rapidement, il voit bien le jeu.»

Défaite des Cataractes à Sherbrooke

Sports

Défaite des Cataractes à Sherbrooke

Trois-Rivières — Les Cataractes de Shawinigan se sont inclinés mardi par la marque de 3-1 contre le Phoenix de Sherbrooke.

Le Phoenix a inscrit trois buts sans réplique lors des deux premières périodes de jeu. Samuel Bolduc a marqué le premier but du match, son huitième de la saison, avant d'être imité par Ludovic Harrisson (1) et par Benjamin Tardif (15).

En troisième période, Vasily Ponomarev a inscrit le seul but des Cataractes. 

«À partir de la deuxième période, on a contrôlé la partie, croit l'entraîneur des Cataractes de Shawinigan, Daniel Renaud. On contrôle notre façon de jouer, mais on ne contrôle pas toujours le résultat. On sait que le Phoenix a joué sans plusieurs joueurs réguliers, mais on méritait peut-être un meilleur sort.»

Les Cataractes reprennent l'action vendredi à Shawinigan contre les Olympiques de Gatineau. Le match est présenté au Centre Gervais Auto dès 19h30.

Avec la collaboration de La Tribune

À Shawi... comme en Russie

Sports

À Shawi... comme en Russie

Pierrick Pichette
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — Même à près de 7000 kilomètres du pays des tsars, le joueur des Cataractes Vasily Ponomarev et son père, entraîneur des habiletés de l’équipe, Pavel Ponomarev, comptent bien célébrer le Nouvel An comme dans le bon vieux temps, à la maison en famille.

Il s’agit du tout premier temps des Fêtes passé loin de la maison pour les Ponomarev, qui étaient habitués de célébrer avec la parenté depuis de nombreuses années. «En Russie, Le Nouvel An est une fête très familiale où tout le monde en profite pour passer du temps en bonne compagnie. Je pense donc que je vais rester avec ma famille proche à la maison et que nous allons accueillir la nouvelle année de cette façon», raconte le joueur de 17 ans. Sa famille et lui n’ont pas manqué de célébrer Noël ensemble il y a quelques jours.

Quand fiston traîne papa

Sports

Quand fiston traîne papa

Pierrick Pichette
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — Si la plupart des équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec possèdent des joueurs européens dans leurs rangs, rares sont celles qui embauchent les parents de ces jeunes hommes au sein de leur personnel d’entraîneurs. C’est pourtant le cas des Cataractes, qui peuvent compter sur le centre Vasily Ponomarev ainsi que sur son père Pavel, qui agit à titre d’entraîneur des habiletés individuelles.

C’est pour se rapprocher de son fils et de son rêve que papa Ponomarev a décidé de quitter la Russie pour Shawinigan. Connaissant très bien les rudiments du sport de son rejeton, il a souhaité s’impliquer dans l’organisation dès son arrivée dans la région. C’est ainsi qu’il est devenu entraîneur des habiletés des Cataractes.

Les Cataractes perdent un deuxième match en 24 heures

Sports

Les Cataractes perdent un deuxième match en 24 heures

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
VICTORIAVILLE — La pause de Noël semble avoir freiné le bel élan des jeunes Cataractes. Après une contre-performance généralisée face au Drakkar samedi à Shawinigan, les hommes de Daniel Renaud ont mieux paru dimanche à Victoriaville, mais ils ont néanmoins plié l’échine 5-3 devant plus de 3000 personnes au Colisée Desjardins.

Sans faire de bruit, les Tigres donnent beaucoup de fil à retordre à leurs rivaux depuis quelques semaines. Dimanche, ils ont signé un quatrième gain d’affilée. Dans la simplicité: peu de revirements, un échec-avant soutenu, une présence au filet adverse et une urgence à défendre l’enclave dans leur territoire.