Sports

Cataractes: un surdoué américain en renfort?

Trois-Rivières — Les Cataractes sont peut-être sur le point de frapper un coup de circuit. Choisi au repêchage des joueurs américains l’an dernier, Jay O’Brien dort sur la liste des joueurs protégés par l’organisation shawiniganaise depuis parce que le surdoué avait choisi la NCAA. Or, voilà que le premier choix des Flyers de Philadelphie au dernier encan de la LNH a annoncé quitter Providence College, insatisfait de son utilisation.

La nouvelle a fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux depuis 24 heures. O’Brien a démenti la rumeur voulant qu’il ait déjà choisi son nouveau port d’attache à Penticton, dans le junior A de la Colombie-Britannique. C’est une option parmi un bouquet de trois, qui comprend aussi la USHL et la LHJMQ. O’Brien a dit se donner quelques semaines avant de prendre une décision finale.

Sports

La loterie fait chuter les Cataractes

Trois-Rivières — Pour une deuxième année d’affilée, les Cataractes sont sortis perdants de la loterie, en vue du repêchage de la LHJMQ qui se tiendra le 8 juin à Québec. Si l’an dernier, Martin Mondou avait perdu un échelon à la suite du tirage au sort, cette fois c’est le pire des scénarios qui s’est produit alors que la formation shawiniganaise a glissé de deux rangs, ce qui la place cinquième.

Surprise, ce sont les Sea Dogs de St-John qui prendra le micro en premier, même s’ils n’avaient que 4,8% des chances d’obtenir ce grand privilège. Les Foreurs, les Wildcats, puis les Olympiques paraderont ensuite sur l’estrade, avant que le dépisteur-chef des Cataractes Mario Carrière puisse piger dans la banque d’espoirs.

Sports

Larouche et Royer ne seront pas de retour chez les Cataractes

TROIS-RIVIÈRES — Il y aura du changement derrière le banc des Cataractes. Si Daniel Renaud est toujours poste comme pilote de la formation shawiniganaise, ses deux principaux adjoints, Steve Larouche et Rémi Royer, ont été avisés ces derniers jours que leur contrat n’allait pas être renouvelé.

Larouche était en poste depuis 2011. Il était donc le dernier rescapé dans le vestiaire de la conquête de la Coupe Memorial au printemps 2012. En huit saisons, il a eu différents mandats mais il était surtout perçu comme le cerveau de l’attaque massive de l’équipe.

Sports

Cataractes: Larouche et Royer ne seront pas de retour

Trois-Rivières — Il y aura du changement derrière le banc des Cataractes. Si Daniel Renaud est toujours poste comme pilote de la formation shawiniganaise, ses deux principaux adjoints, Steve Larouche et Rémi Royer, ont été avisés ces derniers jours que leur contrat n’allait pas être renouvelé.

Larouche était en poste depuis 2011. Il était donc le dernier rescapé dans le vestiaire de la conquête de la Coupe Memorial au printemps 2012. En huit saisons, il a eu différents mandats mais il était surtout perçu comme le cerveau de l’attaque massive de l’équipe. Royer, pour sa part, s’était joint aux Cataractes il y a deux ans, après un séjour chez les Tigres de Victoriaville. D’abord recruté pour s’occuper des défenseurs, l’ex-hockeyeur professionnel a vu ses responsabilités changer en cours de route. 

Les Cataractes ont indiqué être à la recherche prioritairement d’un adjoint spécialisé dans le développement des défenseurs, pour amener leur jeune brigade à maturité.

Sports

Cataractes: tournés vers l’avenir

Shawinigan — Avec la qualité des jeunes joueurs dans le vestiaire et l’opposition offerte aux Huskies de Rouyn-Noranda, meilleure équipe de la Ligue canadienne de hockey, au premier tour des séries éliminatoires, l’avenir s’annonce radieux pour les Cataractes de Shawinigan. C’est du moins le constat qu’ont tracé le directeur général Martin Mondou et l’entraîneur-chef Daniel Renaud, vendredi au Centre Gervais Auto, lors du bilan de fin de saison.

D’entrée de jeu, Mondou admet qu’il s’attendait à une récolte plus fructueuse au classement général. Les Cataractes ont toutefois dû batailler jusqu’au tout dernier match du calendrier pour amasser le 33e point qui leur a permis de mériter la dernière place disponible dans le tableau des séries éliminatoires, tout juste devant les Sea Dogs de Saint-John.

Sports

Des événements majeurs ont entraîné un déficit

Shawinigan — Que ce soit par la présentation du repêchage de la LHJMQ ou encore la mise sur pied de la Classique hivernale à Saint-Tite, les Cataractes ont voulu mettre le paquet pour souligner leur 50e anniversaire cette saison. Même si ces initiatives ont entraîné des déficits, les responsables de la plus vieille concession du circuit Courteau jugent que le jeu en valait la chandelle, question de remercier les amateurs pour leur fidélité au cours du dernier demi-siècle.

«Le modèle d’affaires des Cataractes a été construit pour redonner énormément à la population, aux partisans et à la ville. Le support des commanditaires et des partisans est extrêmement important pour un club junior aujourd’hui. Est-ce que ça valait la peine? Assurément. Et je pense que les gens ont apprécié», lance Mondou, tout en ajoutant avoir grandement apprécié les soirées thématiques spéciales avec les chandails d’époque et le retrait du chandail du gardien Mario Gosselin, entre autres.

Cataractes

La saison en cinq phases

Après huit mois et près de 80 matchs, la saison des Cataractes a pris fin lundi face aux Huskies de Rouyn-Noranda. Cette deuxième saison de reconstruction n’a pas été de tout repos. Retour sur ce parcours de montagnes russes, en cinq phases.

L’espoir

Les Cataractes ont accueilli le repêchage en juin, une façon de célébrer le 50e anniversaire de la concession. Après une année de misère noire, il y avait de l’optimisme dans l’air, avec cinq choix dans les deux premières rondes, dont le troisième au total.

Sports

Les Cataractes éliminés

Rouyn-Noranda — Les Huskies ne voulaient rien savoir d’être impliqués dans un septième match face aux jeunes Cataractes. Les joueurs de Mario Pouliot ont fourni un effort digne de leur statut de champions de la saison régulière, et ils ont finalement écarté les Shawiniganais de leur chemin en six matchs grâce à une victoire de 8-2 signée lundi soir.

Le message des locaux était très clair en début de soirée, alors qu’ils ont complètement survolé les 12 premières minutes de jeu. Justin Blanchette n’a pas réussi à s’interposer et les Huskies ont pris les devants 3-0, ce qui a mis fin prématurément à son match.

Les visiteurs ont semblé fouettés par la décision de Daniel Renaud d’appeler Antoine Coulombe en renfort, ils ont réduit passablement l’écart entre eux et les puissants locaux par la suite. Mais le mal était fait. Jérémy Martin et Pierre-Olivier Bourgeois ont suscité un peu d’espoir chez les Cataractes en battant Samuel Harvey, mais ce dernier ne les a jamais laissés créer l’égalité.

Il a fait quelques gros arrêts en deuxième, notamment un sur Valentin Nussbaumer, et ses coéquipiers ont été sublimes pour écouler cinq attaques massives ennemies. Puis l’homme des grandes occasions, Joël Teasdale, a fait mal aux visiteurs en portant la marque à 4-2 durant un rare avantage numérique des Huskies, avec un peu plus de cinq minutes à écouler à la deuxième.

En troisième, le jeu de puissance des Huskies a complété le travail en produisant deux autres filets, ceux de Félix Bibeau et Rafaël Harvey-Pinard. Des septième et huitième buts ont ensuite été ajoutés alors que le suspense avait déjà quitté l’aréna Iamgold et que les partisans des Huskies célébraient ce modeste triomphe au premier tour.

«C’est plate que ça se termine comme ça, avec notre pire période de la série. On a joué 17 bonnes périodes sur 18, les gars se sont battus avec acharnement. On a grandi au cours des deux dernières semaines», soulignait Daniel Renaud, en convenant que les unités spéciales avaient tranché le débat lors des deux derniers matchs en faveur des Huskies. «La maturité et l’expérience ont pris le dessus. On a quand même tenu notre bout jusqu’en fin de deuxième période ce soir. Le message aux joueurs, ce sera de se rappeler ce qui s’est passé ces deux dernières semaines. Ce niveau de jeu, on doit maintenant le reproduire durant les huit mois de la prochaine saison.»

Si on se fie aux propos de Jérémy Manseau, il y a tout lieu d’être optimiste à ce chapitre. Le vétéran de 20 ans a fait ses adieux au hockey junior lundi soir, fier de la besogne accomplie par son équipe face aux Huskies. Il entrevoit l’avenir des Cataractes avec optimisme. «On voulait tout laisser sur la glace, c’est ce qu’on a fait. On a respecté le plan en y allant présence par présence, période par période. On a décroché une victoire, puis une deuxième. Personne ne nous voyait aller si loin, on a surpris tout le monde au Canada. Ça donne une indication du talent de ce jeune noyau dans le vestiaire. Je vais revenir le voir jouer dans les prochaines années, il va être beau à voir aller», mentionnait Manseau, émotif. «J’ai réalisé un rêve de jeunesse en jouant pour les Cataractes. Ça passe tellement vite. On n’aurait pas pu faire mieux dans cette série. On affrontait la meilleure équipe au pays, et on lui a donné chaud!»

Vincent Senez tenait sensiblement le même discours. Il n’a jamais joué dans le midget AAA, il arrivait du junior AAA quand il a forcé la main des Cataractes il y a trois ans. Il quitte finalement le hockey junior après avoir réussi à occuper un casier de 20 ans. «Je suis vraiment fier des jeunes dans notre chambre, on a tout donné. Nous avons formé une équipe bien différente en séries. Les gars sont allés à la guerre l’un pour l’autre, l’esprit d’équipe était incroyable. Ça va bien servir les Cataractes dans le futur.»

Dans l’autre vestiaire, Mario Pouliot remerciait ses ennemis pour l’adversité fournie. «C’est la meilleure chose qui pouvait nous arriver. On a appris à travailler extrêmement fort, à contrôler nos émotions. On a été un peu imprudents en début de série mais j’ai aimé notre réaction quand c’est devenu un deux de trois», soulignait le pilote des Huskies. «Chapeau à Daniel Renaud et à ses adjoints, leur équipe était extrêmement bien préparée. Daniel mérite vraiment beaucoup de crédit. On a vu à quel point Jan Drozg est un joueur talentueux, et aussi que Mavrik Bourque a toute une carrière devant lui. On a plus du double de lancers durant la série et l’écart entre les chances de marquer a été encore plus prononcé. Malgré ça, les Cataractes ont joué sans complexe et nous n’étions pas très confortables après quatre matchs alors que c’était l’égalité 2-2. Heureusement, nous avons ajusté le tir après le quatrième match.»

Actualités

Les Huskies sortent les crocs!

Shawinigan — On dit qu’un animal n’est jamais aussi dangereux que lorsqu’il est blessé. Après avoir perdu deux des quatre premiers matchs de leur série face aux Cataractes, les puissants Huskies sont revenus en force avec de la fougue et de la vitesse, et ils ont pris les commandes de ce duel en l’emportant 7-3 devant près de 4500 personnes réunies au Centre Gervais Auto.

Cette salle comble a semblé galvaniser les troupes shawiniganaises, qui ont mis moins de deux minutes avant de prendre l’avance, ce qui a installé le momentum chez les locaux. Malheureusement, le bris d’une vitre a alors forcé une pause d’une bonne trentaine de minutes et ce bel élan était moins visible au retour. Les Cataractes ont quand même tenu leur bout au premier vingt, qui s’est terminé 2-2.

C’est en deuxième que les Huskies ont réussi à se détacher. Les défensives ont pris congé au cours de ce second tiers et les gros canons des visiteurs ont eu le dessus sur ceux des Cataractes. Heureusement que ces derniers pouvaient compter sur Jan Drozg, qui a inscrit un truc du chapeau au cours des 40 premières minutes de jeu. Son troisième but valait le prix d’entrée à lui seul. Mais face aux Teasdale, Bibeau, Abbandonato, Dobson et Harvey-Pinard, le Slovène ne pouvait leur tenir tête seul et les Huskies avaient l’avantage 5-3 au moment de retraiter au vestiaire pour le deuxième entracte.

En troisième, les Huskies ont concrétisé leur victoire avec deux filets en avantage numérique. Les buts sont venus du bâton du capitaine Harvey-Pinard, qui a ainsi complété son truc du chapeau. Le vétéran s’était fait sonner les cloches en début de match par une percutante mise en échec de Mikaël Robidoux, quelques minutes après avoir été coupable d’un revirement qui a mené au premier but de la soirée. Disons qu’il a choisi la meilleure façon possible de prendre sa revanche! «Je n’étais pas content de mon début de série. Ni de mon début de match. Peut-être que la mise en échec m’a réveillé», souriait Harvey-Pinard. «C’est notre meilleur match de la série. On savait qu’on ne jouait pas comme nous étions capables. On s’est parlé hier et on est revenu fort. Chapeau aux Cataractes, ils ont eux aussi bien joué. Le building était plein, il y avait beaucoup d’ambiance. C’est l’fun de jouer dans une ambiance semblable!»

Sports

Cataractes: «le Jell-O est en train de pogner!»

Shawinigan — Les fans de Hockeytown, peu gâtés depuis deux ans, ont la chance de vivre un match numéro cinq à la maison vendredi soir avec une surprenante égalité de 2-2 entre leurs Cataractes et les puissants Huskies de Rouyn-Noranda.

Au lendemain de cette belle victoire de 4-3 enregistrée mercredi soir, une poignée de joueurs de Daniel Renaud ont touché à la glace jeudi. Les autres n’ont eu droit qu’à un petit meeting d’équipe. De toute façon, il y a bien peu de choses à ajuster: le plan dessiné par Daniel Renaud et ses adjoints a permis aux Cataractes de plonger les Huskies dans leur première période d’adversité depuis le déclenchement de la saison en septembre. Les Huskies ont réécrit quelques pages du livre des records de la LHJMQ ces derniers mois. Ils ont attaqué cette série quatre de sept avec 86 points de plus que leurs rivaux après le calendrier régulier, le plus grand écart de l’histoire vieille de cinq décennies du circuit Courteau.