Sports

Horrible week-end pour les Cataractes

SHAWINIGAN — Vivement le retour des grands patrons! En l’absence de Martin Mondou et Daniel Renaud, les Cataractes ont encaissé une quatrième défaite de suite samedi après-midi, pliant l’échine 5-2 devant le Phoenix de Sherbrooke.

Après une bonne première sortie face à l’Armada, le château de cartes s’est complètement écroulé chez les Shawiniganais. L’Océanic, les Remparts puis le Phoenix ont facilement encaissé les deux points à l’enjeu, dominant dans tous les aspects du jeu. 

Samedi, les Cataractes ont accordé les deux premiers buts du duel. Après avoir réduit l’écart de moitié, le Phoenix n’a eu aucun mal à porter la marque à 5-1 en deuxième, se promenant à sa guise dans l’enclave devant le gardien de 16 ans Antoine Coulombe. Les locaux ont bien ajouté un deuxième but mais c’était dans une cause perdue d’avance, et le Phoenix n’a eu aucun mal à se diriger en troisième vers sa quatrième victoire d’affilée. 

Pour les Cataractes, c’était un cinquième revers de suite, eux qui ont été dominés 45-19 dans la colonne des tirs. Mathieu Boulianne et Anthony Imbeault ont déjoué Brendan Cregan. «On a un peu mieux compétitionné que la veille. Malheureusement, le Phoenix patinait mieux que nous. J’ose espérer que c’est parce que nous n’avions pas de jambes», racontait Steve Larouche, pas très impressionné par son offensive. Les troisième et quatrième trios du Phoenix ont produit quatre buts. Nos deux premiers trios en ont aucun… On va regarder les matchs avec Dan (Renaud) à son retour, pour trouver des solutions.» 

Dans l’autre vestiaire, Stéphane Julien était rassasié. «On a joué un bon match. On a connu un bon départ et si on oublie les quelques minutes qui ont suivi le premier but des Cataractes, on a été solides. Il nous manquait des réguliers en défense, ceux qui sont venus nous donner un coup de main ont bien fait ça.» 

Le Phoenix montre une fiche fort respectable de 24 points en 21 matchs, même si l’équipe n’a pas revu Thomas Grégroire et Luke Green, qui ont gradué chez les pros. Ces derniers passent toutefois beaucoup plus de temps sur la passerelle que sur la glace, ce qui doit faire grincer des dents à Sherbrooke. Questionné à ce sujet, Julien a préféré se mordre les lèvres plutôt que de livrer le fond de sa pensée. «On n’a pas le contrôle sur la situation. Tout ce que je peux dire, c’est que si jamais ils sont retournés chez nous, on va les accueillir.»

Sports

Une proie facile

Shawinigan — Les Cataractes n’ont pas été en mesure de tirer à profit d’une équipe qui était à bout de souffle vendredi soir au Centre Gervais Auto. À sa première présence à Shawinigan depuis son retour dans le junior, Patrick Roy a vu sa troupe avoir le dessus dans tous les rayons, ce qui a provoqué une victoire des Remparts par la marque de 7-2.

C’était pourtant le cinquième match des Remparts en huit jours sur la route. Ils n’avaient pas gagné à leurs quatre dernières sorties, et ils ne montraient que trois petites victoires à leurs 11 derniers matchs. Un club à la portée des Cataractes, donc.

Ça c’est sur papier! Car sur la glace, les Remparts ont été beaucoup plus dégourdis que leurs hôtes. Ils ont marqué dès la 43e seconde de jeu, un bon échantillon du reste de la soirée. Premiers sur la rondelle, évitant les revirements, les visiteurs ont profité d’une défensive qui donnait l’accès à son enclave facilement, et d’un Lucas Fitzpatrick moins solide que lors des dernières semaines. Résultat des courses, les Cataractes n’ont jamais été dans le coup. Peut-être ont-ils été hypnotisés par la présence de la coupe Memorial au centre de la glace en début de match… Si c’est le cas, ils ont été ramenés à la dure réalité par des Remparts qui avaient peut-être moins d’énergie dans le réservoir, mais qui étaient beaucoup plus affamés.

«C’est inacceptable comme performance, c’est clair. Au hockey, tu as beau avoir du talent, si tu ne compétitionnes pas, ça ne marchera pas. Il y a 15-20 ans tu pouvais t’en sortir. Aujourd’hui, c’est impossible», maugréait Steve Larouche. «Je vais me coucher tard ce soir, pour revoir ce match et préparer le vidéo d’avant-match demain. Je sais déjà qu’il sera question de batailles un contre un… Chapeau aux Remparts, ils avaient le couteau entre les dents en début de match, eux.»

Cataractes

De la grande visite

Shawinigan — Il y aura de la grande visite à Shawinigan vendredi soir. Et pas seulement Patrick Roy!

Dans le cadre de la tournée du 50e anniversaire de la LHJMQ, le commissaire Gilles Courteau assistera au match Cataractes-Remparts. Il ne fait pas le voyage seul: il aura avec lui la coupe Memorial, que la plus vieille organisation de sa ligue a soulevée, devant ses partisans, au printemps 2012.

Océanic

L'Océanic roi et maître face à Shawinigan

RIMOUSKI – Si l'affrontement contre les Cataractes de Shawinigan aurait pu être périlleux pour l'Océanic, samedi, celui-ci lui a plutôt donné l'occasion d'être roi et maître sur sa patinoire. Le club de Rimouski a ainsi signé une convaincante victoire de 6-2 au Colisée Financière Sun Life.

Il ne faut toutefois pas croire que les hommes de Serge Beausoleil l'ont eu facile. Ils ont joué avec rigueur et constance, tout en étant menaçants en territoire adverse. «J'ai beaucoup aimé notre vitesse, a souligné l'entraîneur-chef du club gagnant, Serge Beausoleil. Il y a eu quelques revirements. Mais ensuite, les choses se sont tassées. On a joué, dans l'ensemble, un très bon match de hockey!» Dans le camp adverse, la déception était palpable. «On n'a pas mal commencé le match, mais on a manqué des occasions de marquer», a déploré Steve Larouche, qui agissait à titre d'entraîneur-chef des Cataractes.

Après 20 minutes de jeu, les Bas-Laurentiens n'ont eu besoin que de 8 tirs pour se donner une avance de 3 buts. C'est Alexis Lafrenière qui, à 6:07, a ouvert la marque en première période en marquant deux buts consécutifs en l'espace de 2 minutes, dont le deuxième en avantage numérique. Nathan Ouellet (2e) en a ajouté un autre pour Rimouski à 16:55. «C'est un superbe tir de la lucarne, a observé Beausoleil en parlant du but de Nathan Ouellet. Tout le monde était content pour lui. C'est un gars qui travaille d'arrache-pied.» Le principal intéressé n'était pas moins fier de sa performance. «J'ai vu la rondelle dans l'enclave, puis j'ai pris un bon tir dans le haut du filet. Ça m'a rappelé des souvenirs quand j'étais plus jeune et que je marquais des buts de la sorte. C'était une super bonne «game». Le trio m'a aidé. On travaille bien ensemble et on amène des «pucks» au filet et les tirs apportent des buts.»

Malgré les 17 lancers des Bleus contre 6 du côté de l'équipe de la Mauricie, aucun but n'a été marqué lors de l'engagement médian. «En deuxième période, on a dirigé 39 tirs vers le filet adverse, a précisé le pilote rimouskois. Il y en a 22 qui ont raté le cadre. Mais, on en a eus quand même 17 sur le filet. Ça veut dire qu'on a passé beaucoup, beaucoup de temps en zone adverse. Ça, c'est la meilleure défensive qui soit! Ça me plaît beaucoup. J'ai bien aimé comment on s'est porté à l'attaque. Pour moi, c'est un match A!» 

Puis, à 1:23 du dernier tiers, Jimmy Huntington (9e) a enfilé le quatrième but lors d'un jeu de puissance des Rimouskois. À 5:20, Lafrenière a complété son tour du chapeau avec son 12e but de la saison. Avec ses trois buts et une mention d'assistance lors de ce match, le prodige a cumulé 7 points en deux rencontres. «Il a joué deux très forts matchs, a admis son entraîneur. Dans notre zone et dans l'autre zone, il a contrôlé le match à sa guise, tout comme son trio. Bien content pour lui!» 

Le numéro 11 garde néanmoins la tête froide. «Ça a bien été, a-t-il fait comme commentaire. Mais, les performances de l'équipe, c'est encore plus satisfaisant! De revenir vers la victoire, ça fait vraiment du bien après les temps durs qu'on a eus. On se prépare à chaque match à jouer notre meilleur hockey à nous, peu importe contre qui ça peut être. Ça va mieux, mais il faut rester terre à terre.»

Même si le tableau indiquait 5-0, Shawinigan n'a jamais abandonné. «On n'a pas lâché, a reconnu Larouche. Mais, c'est une gang de jeunes. Il faut toujours les «challenger». Il ne faut pas leur donner un pouce. On a continué à presser sur le citron et ils ont répondu. Ils ont travaillé fort. Mais, ils ont toute une machine de hockey, l'autre bord!» 

Ses hommes ont d'ailleurs augmenté le régime en troisième, tant et si bien qu'ils ont marqué deux buts en autant de lancers. Les marqueurs sont Jan Drozg (7e) à 13:34 et Valentin Nussbaumer (5e) à 15:50. À 7 secondes de la fin du match, Huntington (10e) a récidivé avec son deuxième de la période avec un homme en plus.

Cataractes

Lafrenière s’amuse encore face aux Cataractes

Rimouski — Meilleur marqueur de la LHJMQ, Alexis Lafrenière semble s’amuser encore plus quand il croise des Shawiniganais! Après avoir amassé cinq points lors du premier duel Océanic-Cataractes en début de saison, il a enchaîné avec quatre points dont un truc du chapeau, menant son équipe à une victoire facile de 6-2 samedi après-midi au Colisée Sun Life.

Cataractes en début de saison, il a enchaîné avec quatre points dont un truc du chapeau, menant son équipe à une victoire facile de 6-2 samedi après-midi au Colisée Sun Life. 

Le suspense a rapidement été évacué de l’aréna. Les jambes des joueurs des Cataractes étaient encore dans l’autobus quand Lafrenière avait déjà deux buts au compteur! Débordés défensivement, peu dégourdis en attaque, les Cataractes ont offert une opposition beaucoup plus faible que jeudi à Boisbriand. 

Tirant de l’arrière 3-0 après 40 minutes, les Cataractes ont vu une pénalité pour avoir eu trop de joueurs sur la patinoire les couler pour de bon en début de troisième, la deuxième infraction du genre au cours du match. Puis à 4-0, Monsieur Lafrenière a terminé son travail de démolition en portant la marque à 5-0.

Alors que la cause était entendue, les Cataractes ont au moins évité le blanchissage lorsque Jan Drozg, puis Valentin Nussbaumer, ont tour à tour déjoué Colton Ellis… sur les seuls deux tirs de l’équipe en troisième! Puis l’avantage numérique de l’Océanic a complété le pointage dans la dernière minute de jeu… 

«On avait moins d’énergie par rapport à jeudi. Notre début de match n’a pas été vilain, nous avons eu des chances de marquer sans réussir à en profiter. Par la suite, ça s’est moins bien passé. Il y a toute une machine de hockey de l’autre côté mais au moins, les gars n’ont pas abandonné. On a pressé le citron jusqu’à la fin», plaidait Steve Larouche, qui n’a pas semblé apprécier voir les gros canons adverses être utilisés sur le jeu  de puissance en fin de match. Devant les journalistes par contre, il s’est mordu les lèvres et il a refusé de commenter la situation!

Dans l’autre camp, Serge Beausoleil se montrait satisfait. «On a fait quelques revirements en début de match mais dans l’ensemble, on a joué un bon match», analysait-il, en vantant le travail de son premier trio. «Ils ont de la vitesse et du sens du jeu. Lorsqu’il y a des ouvertures, ils les voient!».

Hockey junior

Les Cataractes méritaient mieux

Boisbriand — Une équipe en reconstruction n’obtient pas toujours le résultat qu’elle mérite. Même s’ils n’ont pas reculé d’un pouce face à l’Armada, les Cataractes ont quand même quitté Boisbriand après une amère défaite de 3-2, subie devant moins de 1500 personnes jeudi soir.

Drapés dans les couleurs des défunts Dynamos pour la première fois en cette saison du 50e anniversaire, les joueurs préparés par Steve Larouche étaient prêts pour ce deuxième duel de la saison face à l’Armada. S’ils avaient été un peu intimidés en début de saison au rendez-vous initial entre les deux clubs, cette fois ils ont vendu chèrement leur peau.

C’est un filet de Peyton Hoyt qui a départagé les deux clubs, à mi-chemin en troisième période. Hoyt et Teasdale – le meilleur joueur sur la glace jeudi - ont foncé au filet après un revirement en zone neutre et ils ont trouvé le moyen de battre Antoine Coulombe, toujours à la recherche d’un premier gain en carrière dans la LHJMQ.

Ce fut le dernier but d’un match âprement disputé, où les Shawiniganais ont eu le dessus pendant les deux premières périodes. Dès le départ, on sentait d’ailleurs que les visiteurs étaient en mission. S’ils ont concédé le premier but du match, ils ont rapidement répliqué grâce à Vincent Senez qui a complété un tic-tac-toe initié par Jérémy Manseau et Valentin Nussbaumer. Les Cataractes dominaient même 16-9 dans la colonne des tirs cadrés après 20 minutes!

L’Armada a relevé son jeu en deuxième, ce qui a provoqué du jeu hargneux. Encore là, pas de problème pour les Shawiniganais, qui ont complété le deuxième tiers sur une égalité de 2-2.

Le but victorieux a finalement été produit par les vétérans de l’Armada en troisième.

«Le travail était là. C’est plate, ce sont juste de petits détails qui nous ont coûté le match», faisait valoir Manseau, complice également du filet de Gabriel Denis. «On doit tous apprendre d’un match comme celui-là. On menait 2-1 en deuxième. On aurait pu tous pousser plus fort pour protéger cette avance.»

Larouche n’était pas moins déçu que son vétéran de 20 ans. «On n’a pas joué un mauvais match. Je suis content de mon club, déçu du résultat. C’est sûr qu’on a quand même des choses à corriger. On demande aux gars de jouer nord-sud, de faire attention aux revirements entre les deux lignes bleues. Les passes est-ouest, c’est beau quand ça marche. Mais quand ça marche pas, ça coûte cher.»

Dans l’autre vestiaire, Bruce Richardson faisait la fine bouche devant les deux points amassés par son équipe. «Au dernier match contre Gatineau, on méritait un meilleur sort. Cette fois, c’est le contraire. Chapeau aux Cataractes, ils étaient prêts. Ils ont travaillé, ils ont amené des rondelles au filet. De notre bord, ça faisait longtemps que je n’avais pas vu mon équipe travailler avec aussi peu d’ardeur.»

Carnet de notes

Le dernier match des Dynamos remontait à mars 1978. Selon Jean Deschênes, véritable encyclopédie vivante de l’histoire de l’organisation, cette triste époque s’était achevée par une défaite de 16-3 subie face aux Draveurs de Trois-Rivières… Le prochain match des Cataractes est programmé pour samedi après-midi face à l’Océanic à Rimouski.

Sports

Défi mondial des moins de 17 ans: la porte s’ouvre

TROIS-RIVIÈRES — Trois recrues de 16 ans ayant mis le cap sur le Défi mondial des moins de 17 ans, il y a soudainement plus d’oxygène disponible dans le vestiaire surpeuplé des Cataractes. Pour les jeunes éléments comme Max-Antoine Mélançon et Mathieu Bouliane, qui ont dû regarder plusieurs matchs des tribunes alors qu’ils étaient en pleine santé, la porte s’ouvre à partir de jeudi soir face à l’Armada à Blainville-Boisbriand.

«Je les ai rencontrés aujourd’hui, je leur ai dit que la balle est dans leur camp. Au hockey, quand les opportunités passent, il faut les saisir. Le message, c’est que nous pouvons vivre avec les erreurs, tant que le travail est là», indique Steve Larouche, qui prend le relais de Daniel Renaud, lui aussi au Défi Mondial des moins de 17 ans. Boulianne, comme Mélançon, ne sont pas les moins doués dans l’alignement shawiniganais. Tout en maximisant leurs forces, ils doivent trouver une façon d’en donner plus. «Ils sont encore jeunes mais la clé dans leur cas, c’est la constance. Il y a une recette pour connaître du succès. On veut qu’ils l’utilisent à chaque match. Quand tu as toujours la pédale au plancher, de bonnes choses finissent par t’arriver», enchaîne Larouche.

Sports

Les Tigres répliquent aux Cataractes

VICTORIAVILLE — On a eu droit à un scénario similaire à celui de vendredi soir entre Cataractes et Tigres.

Pour un deuxième match de suite, c’est l’équipe locale qui était la plus affamée, et qui récolte les deux points au classement. En ce week-end des rivalités, Tigres et Cataractes ont donc divisé les honneurs. Après l’éclatante victoire des Cataractes 4-1 vendredi, les Tigres ont répliqué avec un gain 3-1 dimanche après-midi.

Cataractes

Une rivalité qui pourrait s’embraser

Trois-Rivières — C’est le week-end des rivalités dans la LHJMQ, un concept mis sur pied il y a quelques années pour mousser un peu le hockey automnal.

Pour les Cataractes, ça veut dire deux rendez-vous en trois jours avec les Tigres de Victoriaville, dont le premier est programmé pour vendredi soir au Centre Gervais Auto. Si une petite heure de route sépare les deux clubs, ce serait toutefois mentir d’écrire que ces deux clubs ont appris à se détester. «Il va falloir apprendre à nos joueurs que nous avons une rivalité contre eux», sourit Renaud.

Sports

Les Cataractes reviennent des Maritimes avec deux points

Trois-Rivières — Les Cataractes ont bouclé une séquence de trois matchs en autant de jours dans les Maritimes avec une victoire de 4-2, dimanche sur le Titan à Bathurst.

Après avoir essuyé des revers de 6-3 (Charlottetown) et 7-2 (Moncton), les Shawiniganais ont eu raison des plus récents champions de la Coupe Memorial, qui ont entrepris une reconstruction cette année