Sports

Vasily Ponomarev se rapproche de Shawinigan

Trois-Rivières — Les Cataractes ne peuvent rien confirmer pour l’instant, mais disons que les chances de voir Vasily Ponomarev sur la patinoire du Centre Gervais Auto dès cet automne sont très bonnes. Le Russe de 17 ans, considéré comme l’un des beaux espoirs de son pays en vue du repêchage de la LNH en 2020, se rapprocherait effectivement de Shawinigan.

C’est du moins ce que laisse présager une information publiée sur Facebook, vendredi dernier.

Sports

Adrien Plavsic se joint aux Cataractes

SHAWINIGAN — Les Cataractes de Shawinigan ont nommé Adrien Plavsic à titre d’entraîneur-adjoint, jeudi. Plavsic vient donc compléter l’équipe d’entraîneurs et sera en charge des défenseurs.

L’ancien arrière de la LNH a déjà dix saisons d’entraîneur derrière la cravate alors qu’il occupait ce poste en Suisse jusqu’à la fin de la dernière saison. Il se disait heureux de revenir au Canada, après avoir passé 16 ans à l’extérieur du pays. «Je suis content de revenir au Québec. L’organisation et la structure sont vraiment professionnelles. C’est aussi une ligue qui a fait ses preuves et qui crée beaucoup de bons joueurs. Ça va être un plaisir pour moi de me servir de mon expérience pour aider l’organisation à connaître beaucoup de succès», sourit-il.

Sports

Les Cataractes en mode écoute

Québec — Martin Mondou a toujours aimé boucler des transactions sur le parquet du repêchage. Il y règne une ambiance spéciale, le stress est au maximum pendant cette opération jeunesse qui couronne des mois de travail.

À Québec cette fin de semaine, le directeur-gérant des Cataractes de Shawinigan pourrait être plus discret qu’à l’habitude. Il détient le cinquième choix au total, puis un choix de deuxième tour et deux autres de troisième tour. C’est une position enviable, mais pas assez pour voler le show.

Sports

Les menaces n’effrayeront pas les Cataractes

Shawinigan — Au grand déplaisir de Gilles Courteau, il sera vraisemblablement beaucoup question des récalcitrants en cette semaine de repêchage de la LHJMQ. Plusieurs joueurs de talent, susceptibles d’être choisis en première ronde samedi au centre Vidéotron, laissent planer le doute sur leur avenir actuellement. Parmi le lot, il y en a quelques-uns en Mauricie!

Le refrain n’est pas nouveau. Il était un peu moins entendu dans les dernières années toutefois, la LHJMQ s’étant dotée de nouvelles règles pour inciter ses équipes à faire preuve d’audace en réclamant ces adolescents qui tentaient de choisir leur équipe. L’an passé, le manège a commencé à reprendre de la vigueur et cette année, c’est facilement un tiers des 20 meilleurs espoirs qui ont soit des intentions réelles de poursuivre leur chemin aux États-Unis, soit la volonté de contrôler où ils sortiront à l’encan des joueurs midgets.

Sports

Cataractes: un surdoué américain en renfort?

Trois-Rivières — Les Cataractes sont peut-être sur le point de frapper un coup de circuit. Choisi au repêchage des joueurs américains l’an dernier, Jay O’Brien dort sur la liste des joueurs protégés par l’organisation shawiniganaise depuis parce que le surdoué avait choisi la NCAA. Or, voilà que le premier choix des Flyers de Philadelphie au dernier encan de la LNH a annoncé quitter Providence College, insatisfait de son utilisation.

La nouvelle a fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux depuis 24 heures. O’Brien a démenti la rumeur voulant qu’il ait déjà choisi son nouveau port d’attache à Penticton, dans le junior A de la Colombie-Britannique. C’est une option parmi un bouquet de trois, qui comprend aussi la USHL et la LHJMQ. O’Brien a dit se donner quelques semaines avant de prendre une décision finale.

Sports

La loterie fait chuter les Cataractes

Trois-Rivières — Pour une deuxième année d’affilée, les Cataractes sont sortis perdants de la loterie, en vue du repêchage de la LHJMQ qui se tiendra le 8 juin à Québec. Si l’an dernier, Martin Mondou avait perdu un échelon à la suite du tirage au sort, cette fois c’est le pire des scénarios qui s’est produit alors que la formation shawiniganaise a glissé de deux rangs, ce qui la place cinquième.

Surprise, ce sont les Sea Dogs de St-John qui prendra le micro en premier, même s’ils n’avaient que 4,8% des chances d’obtenir ce grand privilège. Les Foreurs, les Wildcats, puis les Olympiques paraderont ensuite sur l’estrade, avant que le dépisteur-chef des Cataractes Mario Carrière puisse piger dans la banque d’espoirs.

Sports

Larouche et Royer ne seront pas de retour chez les Cataractes

TROIS-RIVIÈRES — Il y aura du changement derrière le banc des Cataractes. Si Daniel Renaud est toujours poste comme pilote de la formation shawiniganaise, ses deux principaux adjoints, Steve Larouche et Rémi Royer, ont été avisés ces derniers jours que leur contrat n’allait pas être renouvelé.

Larouche était en poste depuis 2011. Il était donc le dernier rescapé dans le vestiaire de la conquête de la Coupe Memorial au printemps 2012. En huit saisons, il a eu différents mandats mais il était surtout perçu comme le cerveau de l’attaque massive de l’équipe.

Sports

Cataractes: Larouche et Royer ne seront pas de retour

Trois-Rivières — Il y aura du changement derrière le banc des Cataractes. Si Daniel Renaud est toujours poste comme pilote de la formation shawiniganaise, ses deux principaux adjoints, Steve Larouche et Rémi Royer, ont été avisés ces derniers jours que leur contrat n’allait pas être renouvelé.

Larouche était en poste depuis 2011. Il était donc le dernier rescapé dans le vestiaire de la conquête de la Coupe Memorial au printemps 2012. En huit saisons, il a eu différents mandats mais il était surtout perçu comme le cerveau de l’attaque massive de l’équipe. Royer, pour sa part, s’était joint aux Cataractes il y a deux ans, après un séjour chez les Tigres de Victoriaville. D’abord recruté pour s’occuper des défenseurs, l’ex-hockeyeur professionnel a vu ses responsabilités changer en cours de route. 

Les Cataractes ont indiqué être à la recherche prioritairement d’un adjoint spécialisé dans le développement des défenseurs, pour amener leur jeune brigade à maturité.

Sports

Cataractes: tournés vers l’avenir

Shawinigan — Avec la qualité des jeunes joueurs dans le vestiaire et l’opposition offerte aux Huskies de Rouyn-Noranda, meilleure équipe de la Ligue canadienne de hockey, au premier tour des séries éliminatoires, l’avenir s’annonce radieux pour les Cataractes de Shawinigan. C’est du moins le constat qu’ont tracé le directeur général Martin Mondou et l’entraîneur-chef Daniel Renaud, vendredi au Centre Gervais Auto, lors du bilan de fin de saison.

D’entrée de jeu, Mondou admet qu’il s’attendait à une récolte plus fructueuse au classement général. Les Cataractes ont toutefois dû batailler jusqu’au tout dernier match du calendrier pour amasser le 33e point qui leur a permis de mériter la dernière place disponible dans le tableau des séries éliminatoires, tout juste devant les Sea Dogs de Saint-John.

Sports

Des événements majeurs ont entraîné un déficit

Shawinigan — Que ce soit par la présentation du repêchage de la LHJMQ ou encore la mise sur pied de la Classique hivernale à Saint-Tite, les Cataractes ont voulu mettre le paquet pour souligner leur 50e anniversaire cette saison. Même si ces initiatives ont entraîné des déficits, les responsables de la plus vieille concession du circuit Courteau jugent que le jeu en valait la chandelle, question de remercier les amateurs pour leur fidélité au cours du dernier demi-siècle.

«Le modèle d’affaires des Cataractes a été construit pour redonner énormément à la population, aux partisans et à la ville. Le support des commanditaires et des partisans est extrêmement important pour un club junior aujourd’hui. Est-ce que ça valait la peine? Assurément. Et je pense que les gens ont apprécié», lance Mondou, tout en ajoutant avoir grandement apprécié les soirées thématiques spéciales avec les chandails d’époque et le retrait du chandail du gardien Mario Gosselin, entre autres.

Cataractes

La saison en cinq phases

Après huit mois et près de 80 matchs, la saison des Cataractes a pris fin lundi face aux Huskies de Rouyn-Noranda. Cette deuxième saison de reconstruction n’a pas été de tout repos. Retour sur ce parcours de montagnes russes, en cinq phases.

L’espoir

Les Cataractes ont accueilli le repêchage en juin, une façon de célébrer le 50e anniversaire de la concession. Après une année de misère noire, il y avait de l’optimisme dans l’air, avec cinq choix dans les deux premières rondes, dont le troisième au total.

Sports

Les Cataractes éliminés

Rouyn-Noranda — Les Huskies ne voulaient rien savoir d’être impliqués dans un septième match face aux jeunes Cataractes. Les joueurs de Mario Pouliot ont fourni un effort digne de leur statut de champions de la saison régulière, et ils ont finalement écarté les Shawiniganais de leur chemin en six matchs grâce à une victoire de 8-2 signée lundi soir.

Le message des locaux était très clair en début de soirée, alors qu’ils ont complètement survolé les 12 premières minutes de jeu. Justin Blanchette n’a pas réussi à s’interposer et les Huskies ont pris les devants 3-0, ce qui a mis fin prématurément à son match.

Les visiteurs ont semblé fouettés par la décision de Daniel Renaud d’appeler Antoine Coulombe en renfort, ils ont réduit passablement l’écart entre eux et les puissants locaux par la suite. Mais le mal était fait. Jérémy Martin et Pierre-Olivier Bourgeois ont suscité un peu d’espoir chez les Cataractes en battant Samuel Harvey, mais ce dernier ne les a jamais laissés créer l’égalité.

Il a fait quelques gros arrêts en deuxième, notamment un sur Valentin Nussbaumer, et ses coéquipiers ont été sublimes pour écouler cinq attaques massives ennemies. Puis l’homme des grandes occasions, Joël Teasdale, a fait mal aux visiteurs en portant la marque à 4-2 durant un rare avantage numérique des Huskies, avec un peu plus de cinq minutes à écouler à la deuxième.

En troisième, le jeu de puissance des Huskies a complété le travail en produisant deux autres filets, ceux de Félix Bibeau et Rafaël Harvey-Pinard. Des septième et huitième buts ont ensuite été ajoutés alors que le suspense avait déjà quitté l’aréna Iamgold et que les partisans des Huskies célébraient ce modeste triomphe au premier tour.

«C’est plate que ça se termine comme ça, avec notre pire période de la série. On a joué 17 bonnes périodes sur 18, les gars se sont battus avec acharnement. On a grandi au cours des deux dernières semaines», soulignait Daniel Renaud, en convenant que les unités spéciales avaient tranché le débat lors des deux derniers matchs en faveur des Huskies. «La maturité et l’expérience ont pris le dessus. On a quand même tenu notre bout jusqu’en fin de deuxième période ce soir. Le message aux joueurs, ce sera de se rappeler ce qui s’est passé ces deux dernières semaines. Ce niveau de jeu, on doit maintenant le reproduire durant les huit mois de la prochaine saison.»

Si on se fie aux propos de Jérémy Manseau, il y a tout lieu d’être optimiste à ce chapitre. Le vétéran de 20 ans a fait ses adieux au hockey junior lundi soir, fier de la besogne accomplie par son équipe face aux Huskies. Il entrevoit l’avenir des Cataractes avec optimisme. «On voulait tout laisser sur la glace, c’est ce qu’on a fait. On a respecté le plan en y allant présence par présence, période par période. On a décroché une victoire, puis une deuxième. Personne ne nous voyait aller si loin, on a surpris tout le monde au Canada. Ça donne une indication du talent de ce jeune noyau dans le vestiaire. Je vais revenir le voir jouer dans les prochaines années, il va être beau à voir aller», mentionnait Manseau, émotif. «J’ai réalisé un rêve de jeunesse en jouant pour les Cataractes. Ça passe tellement vite. On n’aurait pas pu faire mieux dans cette série. On affrontait la meilleure équipe au pays, et on lui a donné chaud!»

Vincent Senez tenait sensiblement le même discours. Il n’a jamais joué dans le midget AAA, il arrivait du junior AAA quand il a forcé la main des Cataractes il y a trois ans. Il quitte finalement le hockey junior après avoir réussi à occuper un casier de 20 ans. «Je suis vraiment fier des jeunes dans notre chambre, on a tout donné. Nous avons formé une équipe bien différente en séries. Les gars sont allés à la guerre l’un pour l’autre, l’esprit d’équipe était incroyable. Ça va bien servir les Cataractes dans le futur.»

Dans l’autre vestiaire, Mario Pouliot remerciait ses ennemis pour l’adversité fournie. «C’est la meilleure chose qui pouvait nous arriver. On a appris à travailler extrêmement fort, à contrôler nos émotions. On a été un peu imprudents en début de série mais j’ai aimé notre réaction quand c’est devenu un deux de trois», soulignait le pilote des Huskies. «Chapeau à Daniel Renaud et à ses adjoints, leur équipe était extrêmement bien préparée. Daniel mérite vraiment beaucoup de crédit. On a vu à quel point Jan Drozg est un joueur talentueux, et aussi que Mavrik Bourque a toute une carrière devant lui. On a plus du double de lancers durant la série et l’écart entre les chances de marquer a été encore plus prononcé. Malgré ça, les Cataractes ont joué sans complexe et nous n’étions pas très confortables après quatre matchs alors que c’était l’égalité 2-2. Heureusement, nous avons ajusté le tir après le quatrième match.»

Actualités

Les Huskies sortent les crocs!

Shawinigan — On dit qu’un animal n’est jamais aussi dangereux que lorsqu’il est blessé. Après avoir perdu deux des quatre premiers matchs de leur série face aux Cataractes, les puissants Huskies sont revenus en force avec de la fougue et de la vitesse, et ils ont pris les commandes de ce duel en l’emportant 7-3 devant près de 4500 personnes réunies au Centre Gervais Auto.

Cette salle comble a semblé galvaniser les troupes shawiniganaises, qui ont mis moins de deux minutes avant de prendre l’avance, ce qui a installé le momentum chez les locaux. Malheureusement, le bris d’une vitre a alors forcé une pause d’une bonne trentaine de minutes et ce bel élan était moins visible au retour. Les Cataractes ont quand même tenu leur bout au premier vingt, qui s’est terminé 2-2.

C’est en deuxième que les Huskies ont réussi à se détacher. Les défensives ont pris congé au cours de ce second tiers et les gros canons des visiteurs ont eu le dessus sur ceux des Cataractes. Heureusement que ces derniers pouvaient compter sur Jan Drozg, qui a inscrit un truc du chapeau au cours des 40 premières minutes de jeu. Son troisième but valait le prix d’entrée à lui seul. Mais face aux Teasdale, Bibeau, Abbandonato, Dobson et Harvey-Pinard, le Slovène ne pouvait leur tenir tête seul et les Huskies avaient l’avantage 5-3 au moment de retraiter au vestiaire pour le deuxième entracte.

En troisième, les Huskies ont concrétisé leur victoire avec deux filets en avantage numérique. Les buts sont venus du bâton du capitaine Harvey-Pinard, qui a ainsi complété son truc du chapeau. Le vétéran s’était fait sonner les cloches en début de match par une percutante mise en échec de Mikaël Robidoux, quelques minutes après avoir été coupable d’un revirement qui a mené au premier but de la soirée. Disons qu’il a choisi la meilleure façon possible de prendre sa revanche! «Je n’étais pas content de mon début de série. Ni de mon début de match. Peut-être que la mise en échec m’a réveillé», souriait Harvey-Pinard. «C’est notre meilleur match de la série. On savait qu’on ne jouait pas comme nous étions capables. On s’est parlé hier et on est revenu fort. Chapeau aux Cataractes, ils ont eux aussi bien joué. Le building était plein, il y avait beaucoup d’ambiance. C’est l’fun de jouer dans une ambiance semblable!»

Sports

Cataractes: «le Jell-O est en train de pogner!»

Shawinigan — Les fans de Hockeytown, peu gâtés depuis deux ans, ont la chance de vivre un match numéro cinq à la maison vendredi soir avec une surprenante égalité de 2-2 entre leurs Cataractes et les puissants Huskies de Rouyn-Noranda.

Au lendemain de cette belle victoire de 4-3 enregistrée mercredi soir, une poignée de joueurs de Daniel Renaud ont touché à la glace jeudi. Les autres n’ont eu droit qu’à un petit meeting d’équipe. De toute façon, il y a bien peu de choses à ajuster: le plan dessiné par Daniel Renaud et ses adjoints a permis aux Cataractes de plonger les Huskies dans leur première période d’adversité depuis le déclenchement de la saison en septembre. Les Huskies ont réécrit quelques pages du livre des records de la LHJMQ ces derniers mois. Ils ont attaqué cette série quatre de sept avec 86 points de plus que leurs rivaux après le calendrier régulier, le plus grand écart de l’histoire vieille de cinq décennies du circuit Courteau.

Cataractes

Sans complexe!

Shawinigan — Ces jeunes Cataractes n’ont pas fini de faire suer les puissants Huskies!

Mercredi au Centre Gervais Auto, les équipiers de Daniel Renaud ont, contre toute attente, réussi à créer l’égalité 2-2 dans cette série quatre de sept en mettant la main sur une victoire de 4-3.

C’est Gabriel Denis qui a fait bondir les 2300 personnes présentes sur l’avenue Jacques-Plante en rompant l’égalité de 3-3 en fin de match, battant Samuel Harvey pendant un avantage numérique. Une scène qui a fait rager les visiteurs, puisque cette pénalité pour bâton haut avait été décelée par un juge de lignes… à retardement. De plus, quelques instants auparavant, Rafaël Harvey- Pinard s’était échappé durant le jeu de puissance shawiniganais, et il avait dû subir un bon cinglage de Jan Drozg, qui est resté impuni.

Les Huskies doivent quand même se regarder dans le miroir. On a beau chercher depuis le début de la série, on ne trouve pas les 86 points qui séparaient les deux clubs avant le début de la grande valse du printemps. L’indiscipline de la Meute étonne. Et mercredi, comme samedi dernier, c’est ce qui l’a coulée. Les Cataractes ont marqué trois de leurs quatre filets en avantage numérique. L’autre but, celui de Mavrik Bourque, est survenu quelques secondes après une autre présence des Huskies au cachot.

L’autre dénominateur commun de deux victoires des négligés, c’est Justin Blanchette. Déçu de sa propre performance lors du match numéro trois, le gardien de 18 ans est revenu avec 40 arrêts, gagnant son duel avec celui qui est étiqueté comme le meilleur de sa profession dans le circuit, Samuel Harvey. Blanchette n’a pas eu besoin de voler le match comme samedi, ses coéquipiers ont tenu davantage leur bout. Mais il s’est interposé au bon moment, notamment sur un désavantage numérique de deux hommes. «Je suis un gars de caractère, je suis revenu fort. Les gars aussi ont joué tout un match, ce fut un mélange parfait», expliquait Blanchette, impliqué dans une tumultueuse bousculade en fin de match. Peter Abbandonato n’a pas apprécié se faire barrer le chemin par Blanchette, il l’a menacé de ce qui semblait être un geste coupe-gorge. «Je ne vais pas commenter, je vais laisser le comité de discipline faire son travail. Si vous voulez savoir ce qu’il m’a dit, allez le lui demander!»

Daniel Renaud disait de son côté vouloir consulter la reprise avant de décider s’il allait soumettre le clip aux autorités de la ligue. «Mais tout le monde dans l’aréna a vu le geste», affirmait le pilote des Cataractes, qui s’est présenté devant la presse fort détendu, sans cravate ni veston! «Ça nous prenait 25 gars engagés et c’est ce qu’on a eu ce soir. Justin a excellé, comme les autres. On a eu de l’implication physique, on a bien géré la rondelle. On affronte la meilleure équipe au Canada, les Huskies ne sont pas ébranlés c’est sûr. Mais de notre côté, on peut être fier de notre travail.»

Gabriel Denis était un peu plus démonstratif. Faut le comprendre, il a connu un hiver difficile. Il s’est déchargé d’un gros poids en marquant ce but fatal. «Ça faisait longtemps que je n’avais pas marqué, c’était un bon timing pour le faire! J’ai ressenti un feeling incroyable. On affronte la meilleure équipe au Canada, elle va sûrement s’en sortir. Mais on n’a pas fini de l’embêter», souriait-il.

Dans l’autre camp, Mario Pouliot se serait passé volontiers de son rendez-vous avec la presse. «Nous ne sommes pas habitués à autant d’adversité, il faut contrôler nos émotions. Ce qu’on contrôle, c’est notre façon de compétitionner. On ne peut pas se laisser déconcentrer par les décisions des officiels. On doit trouver une façon de jouer davantage à cinq contre cinq.»

Son capitaine, Rafaël Harvey-Pinard, était un peu plus loquace. «C’est sûr qu’on est un peu surpris (que la série soit 2-2). Faut revenir à la base, et mieux contrôler nos émotions. On va gérer ça à l’interne. En séries, les compteurs retombent à zéro pour tout le monde, et il faut donner du crédit aux Cataractes, qui travaillent très fort. Blanchette est très solide, il faut créer plus de trafic autour de lui.»

Jan Drozg et Charles Beaudoin ont complété la marque pour les vainqueurs, dominés 43-22 dans la colonne des tirs cadrés. Les deux clubs se retrouvent vendredi soir, à nouveau au Centre Gervais Auto.

Sports

Cataractes: «Le message ne changera pas»

SHAWINIGAN — À l’aube du troisième match de la série face aux Huskies de Rouyn-Noranda, disputé mardi soir à Shawinigan, Daniel Renaud va s’attarder à garder tout son monde sur terre. Évidemment, la victoire de samedi sur les terres ennemies a galvanisé ses jeunes troupes. Mais la pire erreur à faire selon le pilote des Cataractes, c’est de commencer à regarder le tableau indicateur.

«Le message ne changera pas. L’emphase est mise sur notre désir de compétitionner, pas sur le résultat final. Si tu ne te concentres pas sur le processus, tu vas manquer ton coup», martèle-t-il.

Steve Turcotte

Savoir se nourrir de petits détails…

CHRONIQUE / Il s’est passé quelque chose de magique dans l’environnement des Cataractes au cours de la dernière semaine. Et ce n’est pas la victoire surprise à Rouyn-Noranda.

Non, c’est plutôt le fait que ce groupe de 25 joueurs est devenu une équipe. Daniel Renaud et ses lieutenants ont fait de l’excellent boulot pour les préparer à défier la meilleure équipe junior au Canada. Ils ont réussi à leur faire croire qu’en suivant religieusement un plan de match précis, ils pouvaient tenir tête aux puissants Huskies.

Sports

«On va tout laisser sur la glace»

Shawinigan — La poignée de vétérans dans le vestiaire des Cataractes aura un rôle important à jouer au cours des prochains jours. De toutes les statistiques qui font pencher la glace outrageusement du côté des Huskies, celle sur l’expérience en séries est l’une des plus épeurantes. Cinq joueurs de Daniel Renaud ont un peu touché aux séries dans le junior. Le capitaine Colin Paradis mène la parade avec 17 matchs. Derrière lui, il y a Mikaël Robidoux (6), Vincent Senez (3), Jérémy Manseau (3) et Justin Blanchette (2). Juste pour vous donner une idée, Peter Abbandonato, le meilleur marqueur des Huskies, a plus d’expérience en séries que tous les Cataractes réunis!

«C’est sûr que je peux parler un peu de ce qui s’en vient avec les gars. Ce qu’il faut comprendre, c’est que l’intensité monte d’une coche partout! Les gars vont être avertis et l’important, ce sera de suivre notre plan. On a joué toute l’année pour se rendre en séries, je suis convaincu que tout le monde va embarquer», lance Paradis, nommé capitaine après la dernière période de transactions.

Sports

Cataractes: «La pression est sur les Huskies à 100%»

Shawinigan — L’euphorie de la concrétisation d’une place en séries samedi dernier a été de courte durée chez les Cataractes. Comme prix pour s’être faufilé à la dernière seconde au bal de fin d’année, rien de moins qu’un duel avec l’équipe la plus solide du plateau!

Cette confrontation Huskies-Cataractes en première ronde des séries de la LHJMQ est la plus inégale de l’histoire de la ligue, avec 86 points d’écart entre les champions du calendrier régulier et les détenteurs de la 16e place au classement général. Les représentants de Rouyn-Noranda ont subi une défaite depuis le 15 décembre. Les Shawiniganais, eux, terminent la campagne avec 15 échecs consécutifs. Vous en voulez plus? La dernière fois que les Huskies ont perdu un match à domicile, la neige n’était pas encore installée en Abitibi. Les Cataractes, sur la route, ont gagné seulement trois matchs sur 34 en 2018-19! Pas sûr que si Goliath avait ressemblé aux Huskies, David se serait attaqué à lui!

Sports

«Les cadrans sont à zéro»

Shawinigan — Même s’ils ont réécrit quelques records de la LHJMQ, les Huskies assurent qu’ils abordent la première ronde des séries face aux Cataractes avec humilité. Le pilote Mario Pouliot ne ressent même pas le besoin d’aborder la question avec ses hommes, convaincu que son club ne regarde pas les Shawiniganais de haut.

«On a tellement une bande mature. Ces gars-là n’ont pas pris personne à la légère de l’année, ils ne commenceront pas aujourd’hui. Je viens de diriger une de nos meilleures pratiques de l’année, pour moi ça en dit beaucoup sur le sérieux de mes joueurs», explique Pouliot, à la recherche d’une deuxième Coupe du Président d’affilée après avoir mené le Titan d’Acadie-Bathurst à la Terre Promise le printemps dernier.

Sports

Une belle occasion bousillée

Shawinigan — Pas moyen pour les Cataractes de récolter des points par les temps qui courent. Mercredi soir, les hommes de Daniel Renaud ont encaissé un 13e revers d’affilée en pliant l’échine 3-2 devant le Phoenix de Sherbrooke.

Les Shawiniganais étaient pourtant en position, en troisième, d’au moins sortir de l’aréna avec un point. Un mauvais départ avait permis au Phoenix de prendre les commandes du match. Les Cataractes ont couru après leurs visiteurs toute la soirée, et ils ont fini par les rattraper au milieu du dernier tiers grâce à un filet en avantage numérique de Leon Denny. Cette égalité de 2-2 n’a toutefois pas duré bien longtemps. Moins de quatre minutes plus tard, Alex-Olivier Voyer récupérait une rondelle dans l’enclave et redonnait une avance d’un but au Phoenix. À la recherche d’une première victoire en neuf matchs, les équipiers de Stéphane Julien ont ensuite neutralisé les locaux dans les cinq dernières minutes de jeu.

Steve Turcotte

Une semaine déterminante pour les Cataractes

CHRONIQUE / Ils s’entraînent ensemble depuis le début août. En comptabilisant les sorties préparatoires, ils ont plus de 70 matchs derrière le protecteur buccal. Et ils ont bouffé des milliers de kilomètres de route.

Pourtant, la dernière semaine de travail des jeunes Cataractes sera la plus déterminante dans l’appréciation de leur saison. Une qualification pour les séries, même si c’est au photo-finish, et l’organisation pourra se vanter d’avoir fait un pas en avant. Malgré les tempêtes d’hiver, elle va rappeler que la bande à Anthony Beauvillier avait suivi un cheminement semblable lors du cycle précédent, avant de se hisser la saison suivante dans le top 5 du classement général, puis d’atteindre la grande finale de la LHJMQ un an plus tard. On pourra vous servir de l’espoir pour digérer toutes ces volées encaissées.

Sports

Cataractes: aux vétérans de se lever

Shawinigan — Dans cette course aux séries qui est amorcée depuis deux mois face aux Sea Dogs de St-John, les Cataractes occupent toujours le siège du conducteur. Mais pour ne pas voir le tapis leur glisser sous le pied, il est impératif de trouver une façon de mettre un peu plus de points en banque.

Le match de vendredi soir face aux Islanders de Charlottetown, et les deux points qui s’y rattachent, est dans le collimateur de Daniel Renaud, qui a défié ses vétérans jeudi.

Sports

L'indiscipline coule les Cataractes face aux Remparts

Shawinigan — Passer la soirée au cachot quand tu es le pire club de la ligue pour te défendre en désavantage numérique, c’est te condamner à quitter l’aréna les mains vides. Les Cataractes l’ont à nouveau expérimenté mercredi soir, dans une défaite de 7-3 subie face aux Remparts de Québec.

Le dernier match entre les deux clubs lors de la Classique hivernale avait produit des étincelles, il y a 10 jours. Peut-être un peu trop fringants, les locaux n’ont pas été en mesure de tracer la ligne entre fougue et indiscipline. Les Remparts leur ont fait payé chèrement en début de match, marquant trois fois sur l’avantage numérique, dont deux alors que leur ex-coéquipier Mikaël Robidoux était au banc des punitions. 

Sports

Une nouvelle rivalité, gracieuseté de Robidoux

SHAWINIGAN — Tigres et Voltigeurs offrent une rivalité géographique aux Cataractes. Les Sea Dogs, parce qu’ils évoluent sur le même cycle depuis 2011, sont eux aussi des rivaux de choix pour la plus vieille organisation de la LHJMQ.

À cette courte liste, il faut maintenant ajouter les Remparts de Québec… depuis la dernière période de transactions. Dans son grand ménage, Patrick Roy a refilé Mikaël Robidoux aux Cataractes contre un choix de quatrième ronde, en plus de placer Xavier Cormier au ballotage, qui s’est également retrouvé en Mauricie.

Sports

Cataractes: transporter l’enthousiasme

Shawinigan — Les Cataractes vont tenter de transporter l’euphorie de la dernière Classique Hivernale à Saint-Tite jusqu’au Centre Gervais Auto jeudi soir. Les hommes de Daniel Renaud reprennent le boulot face aux Saguenéens, un premier match d’une série de trois en quatre jours qui va se poursuivre sur la route.

«C’est notre seul match à domicile de la fin de semaine, il est très important. J’ai adoré nos derniers jours. Ce fut probablement notre meilleure semaine d’entraînement de l’année. Le défi, et j’en ai parlé aux joueurs, c’est de s’assurer que cet enthousiasme soit encore là quand la rondelle va tomber face aux Saguenéens.»

Sports

Classique hivernale: «On est prêts pour jouer deux matchs excitants!»

SAINT-TITE — Même si l’échantillon paraît mince, l’entraîneur-chef des Cataractes, Daniel Renaud, possède une fiche parfaite lors de la Classique hivernale de la LHJMQ.

Le 24 janvier 2015, Renaud avait en effet eu le privilège de savourer une victoire en tirs de barrage devant les Cataractes, en tant qu’adjoint à Philippe Boucher chez les Remparts de Québec. Quatre ans plus tard, c’est dans les bottines des favoris de la foule qu’il tentera de préserver son dossier intact. Renaud et sa bande auront d’abord droit à un rendez-vous avec l’Océanic de Rimouski du surdoué Alexis Lafrenière, vendredi soir (19 h 30), avant de se frotter à son ancienne organisation des Remparts, samedi après-midi (15 h).

Sports

«On a hâte que ça commence!»

SAINT-TITE — Après les Cataractes la veille, l’Océanic de Rimouski a eu l’occasion de donner ses premiers coups de patin au coeur des Grandes Estrades de Saint-Tite, jeudi soir.

Du lot, la coqueluche de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Alexis Lafrenière, semblait s’amuser tel un gamin dans un magasin de bonbons! «C’est très différent que de pratiquer à l’intérieur, mais les gens ont fait un très bon travail pour préparer une glace qui a de l’allure. Les installations sont encore mieux que je l’imaginais. On a hâte que ça commence pour vrai et qu’on puisse vivre notre classique hivernale. Ça va être le fun!»

Sports

«Il fait chaud... quand on patine!»

Saint-Tite (VG) — La majeure partie des milliers de spectateurs qui s’entasseront dans les Grandes Estrades se rangeront évidemment derrière les Cataractes de Shawinigan. Mais on peut toutefois être certain qu’une poignée d’entre eux s’époumoneront pour encourager l’Océanic de Rimouski.

On peut les comprendre. Ils voudront offrir tout le support possible à deux jeunes patineurs ayant grandi dans la région. Dans l’ombre des ténors de l’Océanic, les recrues Frédéryck Janvier et Zachary Massicotte vivent leur première saison dans la LHJMQ.

Sports

Classique hivernale: «C’est magique!»

SAINT-TITE — Les joueurs des Cataractes de Shawinigan sont retombés en enfance, l’espace d’une heure mercredi soir, alors qu’ils ont apprivoisé la glace des Grandes Estrades de Saint-Tite pour une première fois en vue de leurs deux duels de la Classique hivernale de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, qui seront présentés vendredi soir et samedi après-midi.

À 48 heures de leur première confrontation, les protégés de l’entraîneur Daniel Renaud avaient bien l’intention de profiter de chaque instant de cette semaine qui s’annonce mémorable. Du groupe, vous pouvez parier que Charles Beaudoin savourera pleinement l’occasion qui s’offre à lui!