Hockey junior

Mission accomplie

SHAWINIGAN — Roger Lavergne avait le sourire facile en fin de journée samedi. Le président des Cataractes venait de voir son organisation relever haut la main le pari qu’ils avaient pris de tenir les Assises de la LHJMQ à Shawinigan.

Le Centre Gervais Auto était rempli à craquer samedi matin pour la séance de sélection des joueurs midgets. Jeudi, plus de 500 convives ont été épatés par le Banquet du Commissaire, une soirée signée par Jonathan Saint-Jean à Espace Shawinigan. Ajoutez le Fan Fest le mercredi, l’exposition sur le hockey au Centre des Arts, les différentes réunions, et le petit tour privé à la cité de l’Énergie vendredi pour les équipes et vous avez un menu varié et étoffé qui rendait fier Lavergne.

«Ce fut un travail d’équipe de plusieurs mois. Mais ça valait la peine, je serais prêt à recommencer demain matin! On aurait pu être très traditionnel dans notre approche, on a plutôt choisi d’élever la barre. À entendre tous les commentaires, autant des autres équipes que de la ligue, on a rempli le mandat. C’est très satisfaisant.»

LHJMQ

Les Cataractes misent sur Bourque et Beaudoin

SHAWINIGAN — C’est avec un adolescent qu’ils connaissent sous toutes ses coutures que les Cataractes ont décidé de bâtir le futur de leur équipe. Avec le troisième choix au total de l’encan de la LHJMQ, le dépisteur-chef Mario Carrière a jeté son dévolu sur le centre Mavrik Bourque, un joueur natif des Bois-Francs qui était la vedette offensive des Estacades midget AAA de Trois-Rivières la saison dernière.

Bourque était répertorié comme le cinquième meilleur espoir disponible. Il a amassé 46 points en 40 matchs la saison dernière. «C’est un rêve qui devient réalité pour moi aujourd’hui. Je veux partager ce moment avec ma famille, je ne serais pas ici sans elle aujourd’hui. Je vais me donner à 100% pour bien représenter l’organisation, la ville, et pour aider les Cataractes à devenir une équipe gagnante.»

Martin Mondou et Mario Carrière ont reconnu tous les deux avoir hésité entre Bourque et Patrick Guay. «Le fait que Mavrik ait joué dans notre cour, c’est l’fun, mais ça n'a pas été le facteur déterminant. C'est un joueur qui a connu une superbe progression. Il nous fait penser à Philip Danault. Un joueur intelligent, qui est dédié partout sur la glace. C'est le genre de joueur avec qui tu veux gagner», soulignait le directeur-gérant. «Il est pile dans notre ADN. Il rend tout le monde meilleur autour de lui. Sa vision du jeu est incroyable», ajoutait le dépisteur-chef.

Bourque est le premier joueur des Estacades repêché dans le top 5 depuis le Trifluvien Philippe Lefebvre en 2007.

Dans l'oeil de... Martin Mondou

Deux minutes pour façonner cinq ans

Tout le monde le dit, le repêchage n’est pas une science exacte. Surtout dans le junior, alors que ce sont des adolescents de 15 ans qui paradent sur l’estrade. J’en sais quelque chose, j’en serai à mon onzième repêchage à titre de directeur-gérant des Cataractes, samedi.

Le Nouvelliste vous propose de revisiter de façon ponctuelle de grands moments de l’histoire sportive de la région, à travers les mots des acteurs principaux. Pour amorcer cette série, plongeons dans la première séance de sélection de Martin Mondou à titre de directeur-gérant des Cataractes de Shawinigan, en 2008.

Sports

Qui osera parier sur Rochette?

Shawinigan — Son nom est sur toutes les lèvres sur la planète LHJMQ depuis une semaine.

Théo Rochette, qui évoluait en Suisse l’an dernier, est débarqué en Mauricie vendredi et il a rencontré quelques équipes – dont les Cataractes – désireuses d’en apprendre davantage à son sujet. Sa réputation de joueur doué l’a précédé en Amérique. Certains croient qu’il est le joueur le plus talentueux parmi tous ceux qui sont disponibles samedi. Reste à voir quelle équipe osera le réclamer sans même l’avoir vu jouer en personne.

Sports

Les deux mains dans le buffet!

SHAWINIGAN — Habitué depuis deux ans de voir les pièces de résistance lui passer sous le nez, le dépisteur-chef des Cataractes Mario Carrière va avoir les deux mains dans le buffet samedi matin, lorsque va s’amorcer le repêchage des joueurs midgets au Centre Gervais Auto.

Carrière dispose des 3e et 11e choix de la première ronde, en plus d’avoir accès à trois autres sélections en deuxième ronde. Pas besoin de vous dire que le vieux renard est fébrile. «Le travail est le même mais c’est sûr que cette année, c’est un peu plus excitant. Quand tu piges seulement au milieu de la deuxième ronde, tu sais que tu dois faire une croix sur un certain groupe de joueurs. Cette fois, ce n’est pas le cas. On aura accès à du talent de grande qualité.»

LHJMQ

Le supplice des Cataractes est terminé

La 49e saison des Cataractes appartient maintenant aux livres d’histoire. Les hommes de Daniel Renaud ont conclu leur calendrier régulier samedi après-midi par une défaite de 5-3 encaissée aux mains des Voltigeurs de Drummondville.

Écartés des séries, les Shawiniganais ont ainsi collectionné un 15e revers consécutif. Le scénario de samedi colle à la réalité des derniers mois, ils ont été totalement éclipsés sur les unités spéciales. Les Voltigeurs, dont le sort au classement était pourtant scellé, sont apparus aussi plus affamés que leurs visiteurs et après avoir pris rapidement les devants 2-0, ils n’ont plus jamais eu besoin de regarder derrière.

Tirant de l’arrière 5-1 en troisième, les Cataractes ont réussi deux buts d’affilée pour au moins éviter de se faire déclasser. L’un des buteurs de cette poussée fut le vétéran de 20 ans Samuel Blier, qui a terminé samedi un stage de cinq saisons dans la LHJMQ.

«Ce fut une journée spéciale, remplie d’émotions. J’avais une quarantaine d’amis et de parents dans les gradins pour vivre ce moment avec moi. C’est plate de finir ça sans séries. Par contre, je m’estime chanceux d’avoir pu vivre une finale avec les Cataractes il y a deux ans», soulignait le sympathique attaquant, qui va joindre les rangs des Patriotes de l’UQTR la saison prochaine. 

«Je ne serai pas trop loin de Shawinigan! Je compte d’ailleurs rester dans les parages, m’impliquer d’une façon ou d’un autre si on m’en donne l’occasion. J’espère être au repêchage en juin.»

Daniel Renaud y sera assurément, lui, au repêchage, pour préparer la deuxième saison de son règne chez les Cataractes. La première s’est terminée samedi sur une note amère, son club n’a pas été en mesure de stopper cette séquence de défaites. «C’est dur à accepter. On est tous des fiers compétiteurs, on veut tous gagner. Mais en même temps, le hockey, ce n’est pas juste une question de victoires et de défaites. On fait grandir les jeunes, on pousse certaines valeurs. Collectivement, les résultats n’ont pas été au rendez-vous en fin de saison, mais individuellement, j’ai vu plusieurs de nos jeunes progresser. C’est bon signe pour le futur.»

Renaud et tout le personnel hockey vont rencontrer les joueurs une dernière fois lundi et mardi. Puis, il y a aura le post mortem avec la presse en milieu de semaine. Puis les Cataractes vont se concentrer sur les Assises de la LHJMQ qu’ils vont recevoir en début juin. Au repêchage, point culminant de ce rendez-vous annuel, les Cataractes disposeront de deux choix de premier tour, et trois sélections de deuxième ronde pour regarnir leurs effectifs avant le début de la deuxième saison de ce cycle.

LHJMQ

Cataractes: reflet de la saison

Shawinigan — C’est par une défaite de 2-1 subie en fusillade face aux Saguenéens de Chicoutimi que les Cataractes ont conclu leur saison à domicile samedi après-midi. Une foule de 3913 spectateurs a assisté à ce match sans enjeu pour les locaux, qui avaient été éliminés de la course aux séries la veille à Victoriaville. Ces gradins presque remplis à pleine capacité portent à 109 680 le nombre de personnes qui ont franchi les tourniquets du Centre Gervais Auto cette saison, le cinquième plus haut total dans la LHJMQ.

Jérémy Manseau a été le seul marqueur des Cataractes face aux Saguenéens. Son but réussi dans les derniers instants du match à créé l’égalité 1-1 et provoqué la tenue du temps supplémentaire. C’est un bijou de Vladislav Kotkov qui a départagé les deux clubs en fusillade.

«Ça aurait été l’fun que ça tourne de notre bord en fusillade», confiait Daniel Renaud, pilote des Cataractes. «Le match a été un peu le reflet de notre saison. Les gars ont compétitionné mais il nous manquait un petit quelque chose pour faire pencher la balance en notre faveur. Ce n’était pas un match évident à jouer, on a eu moins de 20 heures pour se remettre de notre élimination.  C’est peut-être ce qui explique notre départ un peu plus difficile. Mais plus le match avançait, plus je sentais l’énergie sur le banc.»

Les Cataractes ont une fois de plus été coulés par leur incapacité à s’imposer sur les unités spéciales. Ils ont mordu la poussière sur huit avantages numériques, dont un cinq contre trois de près d’une minute. «C’est arrivé souvent cette saison, on a laissé beaucoup de points sur la table en raison de nos problèmes dans ce rayon», soupirait Renaud, qui n’en revenait pas de voir autant de gens dans les gradins. «Incroyable comme support. Ce fut le cas toute la saison et même aujourd’hui, les gens étaient au rendez-vous. Nous sommes très chanceux de compter sur un tel appui.»

Dans l’autre camp, Yannick Jean était satisfait de repartir de la Mauricie avec deux points de plus. «On a joué un bon match. On a frappé six ou sept poteaux. Pas évident comme match, les Cataractes jouaient sans pression. J’ai aimé notre concentration», livrait Jean, dont l’équipe peut améliorer son sort d’ici la fin de la saison. «Mais la priorité à ce stade-ci de l’année, c’est vraiment notre façon de jouer. Peu importe qui on va jouer en première ronde, nous sommes assurés de rencontrer une excellente équipe. Il faut donc se concentrer sur nos choses, et se préparer le mieux possible pour le défi qui s’en vient.» 

Il reste deux matchs à la saison des Cataractes, qui seront disputés sur la route le week-end prochain.

Sports

S’inspirer de 2013

Trois-Rivières — Vingt-sept points séparent les Draveurs et les Éperviers au classement de la Ligue nord-américaine de hockey. Les premiers adversaires de Trois-Rivières en séries ont fini l’année au premier rang, avec 12 victoires de plus qu’eux. Mais l’entraîneur-chef Alain Côté ne s’en soucie guère. Des surprises, il y en a eu quelques-unes depuis qu’il dirige cette équipe.

Son meilleur souvenir associé aux éliminatoires remonte au printemps 2013. Cette année-là, le Caron et Guay avait sorti l’Isothermic de Thetford, la meilleure formation du circuit, en cinq parties. En prolongation de surcroît!

LHJMQ

Neuviève revers d’affilée pour les Cataractes

Les Cataractes se dirigent tout droit dans le mur. Vendredi soir au Centre Gervais Auto, ils ont subi un neuvième revers d’affilée, pliant l’échine 5-1 devant les Olympiques de Gatineau.

Logiquement dominés la veille face à la meilleure équipe de la ligue, l’Armada, les hommes de Daniel Renaud n’ont guère mieux paru face à une formation pourtant beaucoup plus accessible. Il manquait en effet quelques soldats de qualité chez les Olympiques, qui avaient en plus délégué Creed Jones entre les poteaux, un gardien qui n’avait qu’une seule victoire en carrière dans la LHJMQ.

Les Shawiniganais ont été coulés vendredi soir par leurs pires défauts. Il est évidemment question de leur incapacité à profiter de leurs avantages numériques, et leur tendance à se faire piler dessus en deuxième période. Tirant de l’arrière 1-0 après 20 minutes, les locaux ont vu les Olympiques se détacher au deuxième tiers, eux qui ont alors porté la marque à 4-1. Incapables de percer la défensive des visiteurs en troisième, les Cataractes ont accepté leur sort sans trop rechigner. Certains, malheureusement, semblent avoir déjà la tête aux vacances.

Vasily Glotov et Jan Drozg font partie de ceux qui ont connu une dure soirée. Les deux ténors de l’attaque ont été cloués au banc en troisième, sauf pour une attaque massive de deux hommes au milieu de l’engagement. Multipliant les revirements sur des manœuvres individuelles, ils ont été largement déclassés par Dawson Theede et Shawn Boudrias, qui ont fourni quatre buts aux Olympiques.

«Ils travaillent, mais ils ne le font pas de la bonne façon. Marquer des buts et bien jouer, ce sont deux choses différentes. Marquer des buts, plusieurs gars peuvent faire ça. Ce n’est pas ça par contre qui va t’amener au prochain niveau», soupirait Daniel Renaud, qui écartait toutefois l’idée de se passer de leurs services dimanche face aux Remparts. «On va continuer de travailler avec eux pour les amener à jouer de la bonne façon. On ne les lâchera pas.»

Les deux Européens ne sont pas les seuls coupables de ce revers, bien entendu. De façon générale, le sentiment d’urgence était resté au vestiaire. «Je ne suis pas satisfait du niveau d’engagement. Trois des buts des Olympiques ont été marqués avec trois gars dans l’enclave. On a aussi eu des chances, mais on a essayé de marquer de l’extérieur. On n’était pas aussi affamé qu’eux. Nos ennuis sur l’avantage numérique affectent aussi le reste de notre match, c’est assez clair. C’est plate parce qu’en début de deuxième, je sentais que nous avions de l’énergie.»

C’était une neuvième défaite d’affilée pour les Cataractes, qui restent à six points des séries en raison du revers des Foreurs face aux Screaming Eagles. Ils ne disposent toutefois plus que de six matchs à combler l’écart.

«On n’a pas le choix d’y croire. Il nous reste trois matchs à la maison, c’est faisable», martelait Renaud.

Même son de cloche de la part de la part d’Antoine Demers, seul buteur de son équipe. «On a travaillé ce soir. Le problème, c’est qu’on n’a pas profité de nos chances. On se doit d’être plus opportunistes. On peut toujours réussir à se rendre en séries.»

Dans l’autre vestiaire, Éric Landry était satisfait de sa troupe, qui s’est imposée devant plus de 3300 personnes réunies sur l’avenue Jacques-Plante. «On a joué à notre façon, en limitant les grosses chances de marquer. À deux semaines des séries, je sens qu’on s’en va dans la bonne direction.»

Carnet de notes

Dans le cadre de leur 50e anniversaire, les Cataractes ont honoré trois travailleurs de l’ombre avant le match face aux Olympiques. Arthur Lord et Jacques Lamy étaient accompagnés de leur famille pour cette reconnaissance, tandis que Jean-Claude Gélinas a vécu ce moment avec Patrick Léonard, André Baker, René Arbour et Maxime Plourde, avec qui il travaillé comme préposé à l’équipement.

Sports

Les Cataractes démolis à domicile

Shawinigan — Habitués de livrer des matchs serrés, dans la victoire comme dans la défaite, les jeunes Cataractes ont dérogé à cette bonne habitude samedi au Centre Gervais Auto. Après avoir pris les devants 1-0, les équipiers de Daniel Renaud ont perdu le nord, et le Drakkar en a profité pour les démolir 7-2 devant 3300 amateurs présents sur l’avenue Jacques-Plante.

Le Drakkar ne connaît pas la saison espérée sur la Côte-Nord, alors la bande à Martin Bernard ne s’est pas gênée quand elle a senti qu’un pique-nique s’offrait à elle. Il y a eu une poussée de cinq buts – amorcée par l’ex-Estacades Shawn Element - en première qui a envoyé Mathieu Bellemare aux douches.