Partisan et bénévole de longue date chez les Cascades de Shawinigan, Luc Lefebvre doit une fière chandelle à l’entraîneur-chef des Brewers de Montréal, François-Alexandre Tombosso.

Cascades-Brewers: au-delà de la rivalité

SHAWINIGAN — Depuis le début de la série demi-finale au baseball senior québécois, les Cascades de Shawinigan et les Brewers de Montréal ne se font pas de cadeaux, même que la tension atteint parfois son paroxysme, autant dans les gradins que sur le terrain. Les deux équipes ont laissé de côté cette forte rivalité, le temps de quelques minutes dimanche soir, quand un bénévole des Cascades a été victime d’un malaise, au parc Optimiste de Shawinigan.

Luc Lefebvre ne se souvient pas du moment où il s’est effondré, en fin de huitième manche alors que les Cascades tentaient une remontée dans le premier match de ce duel éliminatoire de la Ligue de baseball majeur du Québec.

Au sol et en convulsions, il a rapidement été pris en charge par quelques personnes présentes à la partie... dont l’entraîneur-chef des Brewers, François-Alexandre Tombosso.

Pompier de profession dans la région métropolitaine, Tombosso a été l’un des premiers répondants avant l’arrivée des ambulanciers. C’est finalement avec eux que Luc Lefebvre a retrouvé ses esprits.

Après une nuit à l’hôpital, il a obtenu son congé lundi matin. Dès le lendemain, il était de retour au stade de baseball du secteur Shawinigan-Sud pour encourager ses joueurs dans le troisième match de la série.

«Je suis très reconnaissant. J’ignore ce qui s’est passé, mais les premiers résultats sont encourageants, selon le médecin. C’est probablement une bonne chute de pression en raison du stress. Lors de mon transport en ambulance, je ne comprenais même pas pourquoi j’étais dans cette situation. Je me demandais pourquoi j’étais en train de rater la fin d’un excellent match!»

Au-delà de la rivalité

Le bénévole a été touché, dans les heures suivant son malaise, de constater à quel point la communauté du baseball est tissée serrée.

«Au-delà de la rivalité, c’est spécial de voir l’entraîneur de l’autre équipe aller à ton secours. Je tiens à remercier tout le monde qui m’a aidé dimanche, car ils étaient plusieurs.»

Ses enfants de 2 et 4 ans accompagnaient le père de famille au moment de l’incident. Ils ont eux aussi été pris en charge par des spectateurs et des bénévoles. Bref, un bel esprit d’entraide a régné au parc Optimiste et deux jours plus tard, tout le monde était de retour au terrain dans un soupir de soulagement généralisé.

Patrick Flageol a de nouveau connu une belle sortie pour les Cascades avec un circuit de deux points.

«C’est un de nos hommes à tout faire depuis les débuts des Cascades il y a cinq ans. Il est dévoué à l’équipe», sourit le directeur général de l’équipe Eraklis Tzavellas.

«C’est un de nos partisans parmi les plus intenses», renchérit Alain Boucher, lui aussi impliqué depuis la création de l’équipe.

Shawinigan prend les devants 2-1

De retour à son siège, Luc Lefebvre était aux premières loges pour assister à la victoire de ses Cascades, mardi soir, au compte de 7-3 sur les Montréalais. Les Cascades prenaient ainsi les devants 2-1 dans cette série, qui se poursuivra dans quelques heures dans la métropole.

Patrick Flageol, le héros de la veille, a de nouveau connu une belle sortie pour les Cascades avec un circuit de deux points, qui portait la marque à 3-0. Peu de temps avant, un double de Michaël Laprise avait permis à Julien Bélanger de croiser la plaque. Ce dernier a marqué trois fois mardi.

Mathieu Tremblay (deux en quatre, un point inscrit et un point produit) a fourni une bonne contribution au bâton.

En défensive, le receveur Marc-Antoine Perron-Rousseau a effectué un jeu important dès la première manche en épinglant un coureur en tentative de vol vers le deuxième coussin.

Sur le monticule, Jean-Félix Proulx n’avait pas à rougir de sa performance lui non plus. Il n’a permis que trois points aux visiteurs et a su se sortir de l’embarras dans les moments clés.

Face à un alignement des Brewers misant sur plusieurs anciens joueurs de la Ligue Can-Am, comme Jonathan Malo, Josué Peley et Jean-Luc Blaquière, c’était tout à son honneur.

«Nous avons le momentum en ce moment», observait l’entraîneur des vainqueurs Matthew Rusch.

«Flageol m’impressionne de plus en plus. C’est un vétéran avec tellement de puissance! Quant à Jean-Félix, il devient meilleur plus la saison avance. Il a encore été fantastique ce soir.»

Rusch enverra Alexandre Janelle-Gagnon sur la butte mercredi, à Montréal, pour le quatrième affrontement de la demi-finale.