Roger Lavergne et Camille Estephan vont explorer d’autres options pour meubler la finale du gala du 15 juin.

Carman-Kean II en péril?

Trois-Rivières — Oubliez le scénario d’une revanche entre Simon Kean et Dillon Carman coulée dans le béton pour le 15 juin à Shawinigan. Si Roger Lavergne et Camille Estephan étaient prêts à orchestrer le deuxième rendez-vous entre les deux poids lourds malgré la cinglante défaite de l’Ontarien en Russie le week-end dernier, ils tenaient à renégocier l’entente de façon à contrer les effets possibles de cette déconfiture sur les ventes aux guichets.

Or le clan Carman a renié sa parole au cours des dernières heures de revoir à la baisse son cachet, ce qui met en péril sa participation au gala au Centre Gervais Auto. «Dans l’entente, on acceptait que Carman puisse se battre en Russie. Mais il était clair que si la défaite était sans appel, il faudrait revoir les modalités de la revanche. Tout le monde était d’accord autour de la table. Mais là, la position du clan Carman a changé. Désolé, mais ça ne fonctionne pas comme ça en affaires», lance Lavergne, furieux.

Le président des Cataractes veut être clair. Si Kean gagne son combat de retour dans deux semaines à Montréal, le gala du 15 juin sera présenté comme prévu. Mais Carman ne fera pas les frais de la finale, à moins de revenir sur Terre. 

«Carman vend très cher ses services. Beaucoup plus cher qu’au premier combat. Même si on diminue sa bourse, il sera très bien payé. Si ça ne lui convient pas, on va tout simplement passer à un autre appel. On a le budget pour amener un boxeur très bien coté, pour s’assurer que les fans seront à nouveau comblés de venir passer la soirée avec nous. On a quelques noms, on commence les appels tout de suite. Si Carman ne se réveille pas rapidement, ça va lui passer sous le nez», prévient Lavergne, qui dit avoir le soutien d’Estephan. 

«Nous sommes à la même place. Comme d’habitude. En boxe, ce sont des choses qui arrivent parfois. On va travailler pour que Simon (Kean) et nos fans ne soient pas déçus. Le seul qui peut perdre là-dedans, c’est Carman», insiste-t-il.