Carey Price a réalisé le point tournant du match en frustrant Jordan Eberle du bout du pied, en deuxième période.

Un match parfait qui tombe à point

COMMENTAIRE / La perfection n’existe peut-être pas, mais le Canadien s’en est drôlement approché pour encaisser deux énormes points face aux Islanders, jeudi.

Du début à la fin, le Tricolore a dominé ses rivaux dans chaque phase de jeu. À commencer par les héros obscurs qui ont donné le ton en écoulant deux pénalités successives en début de match. En tête de liste, il faut lever notre chapeau à Nate Thompson et Phillip Danault. Ces travailleurs infatigables vaudront leur pesant d’or en séries éliminatoires. Mais il faut d’abord s’y qualifier!

Le groupe d’attaque massive semble même avoir été inspiré en touchant la cible pour une rare fois. Mieux encore, un miracle s’est produit puisque Joel Armia a trouvé le fond du filet en avantage numérique. Une première pour lui en 242 matchs dans la LNH!

Après s’être entêté à garder le colosse finlandais sur son jeu de puissance, Claude Julien a enfin été récompensé. Ça, ça représente beaucoup de patience... ou un manque criant de ressources!

Un plomb de Shea Weber plus tard, c’est Carey Price qui a offert le point tournant du match. Avec une avance de deux buts, Sa Sainteté a réussi un vol aux dépens de Jordan Eberle, du bout du patin.

Plutôt que de permettre aux Islanders de réduire l’écart à un but, il a donné l’élan qui a mené au magnifique filet de Jonathan Drouin, admirablement servi par Armia et Jesperi Kotkaniemi.

Le Bleu-blanc-rouge n’a plus été inquiété par la suite et, heureusement, aucun soldat n’est tombé au combat en cours de route. Même lorsque les Islanders ont laissé leur subtilité de côté en fin de match, en lâchant lousse le très peu délicat Matt Martin.

Bref, grâce à beaucoup de vitesse et une éthique de travail irréprochable, tout fonctionnait pour le Tricolore, jeudi. À vrai dire, il ne manquait qu’un petit détail pour que tout soit véritablement parfait: un premier but dans la grande ligue pour Victor Mete.