Steven Stamkos a fait mal au Canadien en inscrivant son premier but de la soirée en toute fin de deuxième période. Le capitaine du Lightning en a ajouté un en début de troisième, permettant à son équipe de l'emporter 3-1.

Stamkos terrasse le CH avec deux buts

TAMPA BAY, Fla. — C’est possible de surmonter six désavantages numériques contre certaines formations de la Ligue nationale de hockey, mais face au Lightning de Tampa Bay, ça peut finir par coûter cher. Et c’est ce qui est arrivé au Canadien de Montréal.

Steven Stamkos a donné le ton à une poussée de trois buts en moins de cinq minutes entre la fin de la deuxième période et le début du troisième vingt et le Lightning est venu à bout du Canadien par la marque de 3-1, jeudi soir.

Le prolifique marqueur du Lightning a été le grand artisan de cette explosion en déjouant Carey Price en deux occasions grâce à de spectaculaires tirs des poignets.

Le premier de ces buts, son 14e de la saison, est venu alors qu’il ne restait que 11,8 secondes au cadran à la deuxième période, au moment où les hommes de Claude Julien menaient 1-0.

Stamkos a complété son doublé à 4:45 de la troisième période au moment où le Lightning profitait d’une supériorité numérique de deux hommes, avec Nicolas Deslauriers et Max Pacioretty au cachot.

Entre les deux buts de Stamkos, Brayden Point a inscrit son 15e filet de la saison, après seulement 30 secondes d’écoulées à la troisième période.

«Il y a une chose que je sais : tu ne peux pas donner six supériorités numériques à une équipe comme Tampa Bay, la meilleure dans la ligue avec l’avantage d’un homme, et espérer gagner un match dans ces circonstances», déplorait Claude Julien.

«À cinq vs cinq, on tenait notre bout et on était compétitif. Je pense que le Lightning a eu trois avantages numériques en deuxième période, et ça leur a donné un élan. C’est important d’être discipliné et de demeurer à l’extérieur du banc des punitions contre une équipe comme Tampa Bay», a répété l’entraîneur-chef du Tricolore.

La punition à Pacioretty a fait particulièrement mal, d’autant plus qu’il s’est fait prendre en défaut à accrocher un rival à la ligne bleue du Tricolore au lieu d’effectuer une ou deux foulées additionnelles.

«Il n’y a pas de doute qu’il s’agissait d’une punition méritée», a commenté Julien au sujet de la pénalité à Pacioretty. «La première (à Deslauriers), je n’en suis pas autant convaincu. C’est facile de blâmer le capitaine pour cette punition. Il y a eu d’autres choses durant le match qu’on aurait pu mieux gérer. Il y a eu six punitions pendant la rencontre. Ce sont des choses qu’on devait éviter, et on ne l’a pas fait», a tranché Julien.

Brendan Gallagher, lors d’un avantage numérique tôt en deuxième période, a réussi l’unique but du Canadien aux dépens d’Andrei Vasilevskiy, qui a réalisé 31 arrêts.

La défaite a relégué à l’arrière-plan une autre solide performance du gardien Carey Price, une deuxième en autant de soirs.

Comme ce fut le cas mercredi, le Tricolore a connu un lent départ au point où le Lightning dominait 11-1 au chapitre des tirs aux buts après sept minutes de jeu. Price, qui a bloqué 31 rondelles, a été impeccable tout particulièrement lors d’un avantage numérique du Lightning durant lequel les hommes de Jon Cooper ont obtenu quatre tirs.

«Notre gardien a été extraordinaire, a noté Julien. Si on continue de compter sur un gardien qui fait des arrêts comme ce soir, on va toujours se donner une chance de gagner. C’est à nous, à partir de la défense jusqu’aux attaquants, d’élever notre jeu et de trouver le moyen de marquer des buts.»

Drouin discret

À son retour au Amalie Arena, Jonathan Drouin a été plutôt discret. En plus d’avoir été tenu en échec, Drouin n’a obtenu que trois tirs en un peu moins de 17 minutes d’utilisation et il a terminé la rencontre avec un ratio défensif de-1.

À la suite de cette défaite, une troisième d’affilée, le Canadien (16-18-4) a glissé au 13e rang de l’Association Est, un point derrière les Panthers de la Floride.

Le Canadien et les Panthers livreront bataille samedi soir à Sunrise, dans ce qui sera le dernier match de la formation montréalaise en 2017. Ce duel viendra aussi clore une séquence de sept matchs à l’étranger du Tricolore, amorcée lors du match en plein air du 16 décembre à Ottawa. Jusqu’à maintenant, les hommes de Claude Julien affichent un dossier de 2-4.