Si Carey Price joue et l’emporte samedi, il signera la 289e victoire de sa carrière et rejoindra Patrick Roy au deuxième rang de l’histoire du Canadien.

Price pourrait rejoindre Roy dans l'histoire du CH

BROSSARD — Claude Julien s’est gardé une porte ouverte en annonçant que Carey Price sera «probablement» le gardien du Canadien, samedi à Ottawa. Si ça se confirme, il aura l’occasion de poursuivre sa progression dans le livre des records de l’équipe.

Deux jalons sont à la portée du gardien; l’un dont il était au courant, l’autre qu’il ignorait totalement. Si Price joue et vient à bout des Sénateurs, il signera alors la 289e victoire de sa carrière. Cela lui permettra de rejoindre Patrick Roy au deuxième rang chez le Canadien. Le meneur est Jacques Plante, avec 314 victoires.

«Ce serait pas mal cool. C’est une statistique dont je peux être très fier. J’ai joué avec beaucoup de grands joueurs de hockey et avec de bonnes équipes au cours de ma carrière. Ça m’a aidé à me rendre où je suis. Il y a beaucoup de gens qui sont passés dans ma vie et qui m’ont appuyé. Je leur en suis très reconnaissant.

«Quand j’étais jeune, je rêvais d’être comme Patrick. De m’être rendu aussi loin dans ma carrière, c’est quelque chose qui me rend fier», a-t-il plus tard déclaré.

Price se souvient très bien de sa toute première victoire, le 10 octobre 2007. Le gardien, alors âgé de 20 ans et 55 jours, avait stoppé 26 rondelles dans un gain de 3-2 au Mellon Arena, l’ancien domicile des Penguins de Pittsburgh. «Il me semble que ça fait une éternité, mais c’est certainement l’un des moments les plus mémorables.»

À 75 minutes de Plante

Par ailleurs, si Price passe 60 minutes sur la patinoire du Centre Canadian Tire, il totalisera alors 33 209 minutes de jeu en saison régulière. Il ne lui en restera que 15 à écouler pour passer devant Plante au tout premier rang dans l’histoire du Canadien. C’est un tour de force qu’il pourrait concrétiser, mardi soir, au Centre Bell, lors de la visite des Flames de Calgary.

«Vraiment? Je l’ignorais», a admis Price. Je n’ai jamais vraiment été porté sur les statistiques, sur les chiffres. J’entame la deuxième moitié de ma carrière. Plus j’avance en âge, mieux je prends soin de moi. En fait, je commence à me sentir mieux.»

En attendant de poursuivre sa progression dans les annales du Canadien, Price pourrait affronter samedi soir une équipe qui surprend autant que la sienne. «Leur situation est semblable à la nôtre parce que les attentes n’étaient pas très élevées en début de saison. Nous allons devoir nous préparer pour affronter une équipe enthousiaste. On dirait qu’ils jouent toujours bien contre nous.»

Selon Claude Julien, les Sénateurs forment une équipe compétitive. «C’est une équipe qui est capable de marquer des buts. Je sais que présentement, on leur reproche un peu leur jeu défensif. Mais ils sont jeunes et de ce que j’ai vu, ils ont mérité leurs victoires contre Dallas et Los Angeles.

«Quand tu n’as pas de pression, tout ce que tu fais, c’est que tu joues avec beaucoup de confiance. C’est ce qu’ils font présentement.»

***

Le 1002e de Plekanec attendra

Tomas Plekanec a dû patienter pendant une dizaine de jours avant d’atteindre et dépasser le plateau des 1000 matchs en carrière dans la LNH. Ce n’est toutefois pas demain la veille qu’il jouera son 1002e match. Le vétéran joueur de centre souffre d’une blessure au bas du dos. «C’est arrivé pendant le dernier match. Plus le match avançait, plus il ressentait des douleurs au dos. 

Il a été capable de finir. Sa situation risque de le garder à l’écart pendant au moins quelques semaines», a expliqué l’entraîneur-chef du Canadien.

La situation entourant Plekanec pourrait mener à un jeu de chaise musicale en ce qui a trait à la liste des blessés, puisque Nicolas Deslauriers a reçu le feu vert des médecins pour revenir au jeu. Il n’a pas joué depuis le tout premier match hors-concours, le 17 septembre, contre les Devils. Il avait alors subi une fracture au visage à la suite de son combat contre Brandon Baddock. S’il est inséré dans la formation samedi, il évoluera avec un casque muni d’une grille, un outil qu’il devra probablement utiliser pendant environ un mois, estime-t-il. (Presse canadienne)