Artturi Lehkonen a percé le mystère Edward Pasquale en troisième période pour permettre au Canadien d'arracher deux précieux points face au Lightning.

Prêt pour les séries

COMMENTAIRE / Si les places en séries éliminatoires étaient distribuées selon l’effort, le Canadien mériterait automatiquement sa qualification après sa performance titanesque livrée face au Lightning, mardi soir, dans un des matchs les plus excitants présentés cette saison au Centre Bell.

Malheureusement pour les amateurs au sang bleu-blanc-rouge, le circuit Bettman ne fonctionne pas ainsi, si bien que le Tricolore se réveille encore à l’écart du grand bal printanier, à quatre jours de la fin du calendrier régulier.

La bonne nouvelle, c’est que le Canadien demeure au plus fort de la lutte, à égalité avec Columbus et un point derrière la Caroline. Il n’a toutefois pas son sort entre ses mains...

Le Canadien a prouvé qu’il pouvait tenir le rythme face à la meilleure équipe de la LNH. Avec de la vitesse et un échec avant sans relâche, les hommes de Claude Julien ont dominé ceux de Jon Cooper qui, avouons-le, étaient passablement affaiblis. En plus du meneur en défensive, Victor Hedman, qui était absent, le Lightning était mal pris devant le filet. Tellement qu’il a délégué l’obscur Edward Pasquale, un vieux routier de la Ligue américaine qui disputait seulement un deuxième match en carrière dans la LNH... à 28 ans!

D’ailleurs, avec tout le talent qui foisonne dans le vestiaire des champions du calendrier régulier, qui aurait cru que cet inconnu des ligues mineures allait être celui qui embêterait sérieusement le Canadien? Sans ses acrobaties devant sa cage, les partisans tricolores auraient pu entonner les ‘Olé, olé, olé’ dès la deuxième période.

Au moins, l’acharnement a fini par payer. Et qui de mieux pour dénouer l’impasse? Un Artturi Lehkonen qui retrouve sa touche au bon moment avec trois buts en six matchs.

Il reste encore deux énormes parties à jouer, mais le Canadien a démontré qu’il était bel et bien prêt pour les séries. Avec Brendan Gallagher qui laisse ses tripes sur la glace et Carey Price qui tient le fort, il est encore possible de rêver à une fièvre printanière.