Carey Price

Parmi les grands

COMMENTAIRE / Comme il l’a fait trop souvent depuis son arrivée dans la métropole en octobre 2007, Carey Price a dû puiser au fond de ses ressources pour sauver le derrière de ses coéquipiers et venir à bout des Red Wings afin de devenir le gardien le plus victorieux de l’histoire du Canadien.

Cette 315e victoire en carrière lui permet non seulement de dépasser Jacques Plante au sommet de la hiérarchie de la riche histoire du Tricolore, elle permet aussi à son équipe de suivre la cadence effrénée dans la course aux séries éliminatoires.

On pourrait débattre longtemps de la place de sa Sainteté dans l’histoire du Canadien. Même s’il est difficile de comparer les époques, il demeure que Price n’est certainement pas au sommet pour l’instant. Il lui manque toujours un précieux trophée, assorti d’une grosse bague, à son palmarès. Mais n’empêche qu’il mérite d’être associé à la crème des hommes masqués qui ont défendu la cage tricolore au fil des ans.

Chose certaine, avec ses 20 arrêts, Price permet au Bleu-blanc-rouge de continuer à rêver à une fièvre éliminatoire ce printemps. Non, cette performance de 20 arrêts n’avait rien d’héroïque. Mais lorsque ça s’est mis à chauffer en troisième période, avec un écart d’un seul but, le 31 s’est assuré de remettre le couvercle sur la marmite, avec éclat.

Price doit d’ailleurs un gros merci à Jesperi Kotkaniemi pour cette place dans l’histoire des Glorieux. KK a littéralement sauvé la mise en milieu de troisième période. Après un arrêt spectaculaire de Price face à Tyler Bertuzzi, la recrue du Canadien a empêché Frans Nielsen de marquer dans un but ouvert sur le retour. Le genre de jeu qui peut passer inaperçu aux yeux des plusieurs mais qui tombera certainement dans l’oeil de Claude Julien.

Malgré tout, le Canadien devra offrir du jeu plus inspiré dans les 12 derniers matchs de la saison, s’il veut permettre aux partisans de rêver au-delà du 6 avril. Mardi, il a eu besoin de tout son petit change pour vaincre les pauvre Red Wings. Les deux points permettent de garder la cadence avec les Blue Jackets et les Penguins qui ont aussi gagné.

Mais les prochains s’annoncent beaucoup moins commodes...