Carter Hart des Flyers a bloqué les 29 tirs auxquels il a fait face et il a maintenant blanchi le Canadien pendant un peu plus de 122 minutes.
Carter Hart des Flyers a bloqué les 29 tirs auxquels il a fait face et il a maintenant blanchi le Canadien pendant un peu plus de 122 minutes.

Le Canadien subit un autre jeu blanc et fera face à l’élimination

Michel Lamarche
La Presse Canadienne
C’est à se demander si la récolte de cinq buts du Canadien de Montréal vendredi contre les Flyers de Philadelphie n’était, en fait, qu’un mirage. Comme ceux que l’on peut voir au loin sur une route par une chaude et ensoleillée journée estivale.

Pour une deuxième sortie d’affilée, le Canadien a subi une défaite par blanchissage, cette fois par le score de 2-0 lors du quatrième match de sa série de premier tour de l’Association Est, mardi après-midi au Scotiabank Arena de Toronto.

Après avoir été rossés lors du deuxième match, Carter Hart et les Flyers dominent la série avec trois victoires contre une.

Hart a bloqué les 29 tirs auxquels il a fait face et il a maintenant blanchi le Canadien pendant un peu plus de 122 minutes, soit depuis le but de Joel Armia vers la fin de la deuxième période vendredi dernier.

Le dernier but du Tricolore a été celui de Jesperi Kotkaniemi contre Brian Elliott, en milieu de troisième période vendredi.

«Nous savions, lors des deux dernières rencontres, que nous allions affronter une équipe qui ferme le jeu et qui est très à l’aise de jouer un match à bas score. Nous devons être à l’aise avec cette même attitude», a noté l’entraîneur-chef par intérim du Canadien, Kirk Muller.

«Lors du dernier match, nous avons frappé quelques poteaux. Aujourd’hui, c’était un autre match serré, mais il y a eu quelques moments, tôt dans la rencontre, où nous n’avions aucun élan. Nous voulions générer plus de vitesse en zone neutre et tirer plus souvent au filet, et c’est pour cette raison que j’ai tenté diverses combinaisons pour voir s’il y avait de la chimie parmi différents joueurs.»

Michael Raffl, en première période, et Philippe Myers, tard en deuxième période, ont déjoué Carey Price, qui a fait face à 22 rondelles.

Les Flyers auront l’occasion d’éliminer le Canadien dès mercredi soir.

«Ce match est fini et nous allons nous réveiller demain et nous préparer afin de trouver une façon de gagner un match de hockey demain soir. Nous avons de bons professionnels ici, ils sont fiers et je m’attends à les voir prêts à jouer et livrer une vraie bonne bataille demain», a mentionné Muller.

Changements de part et d’autre

Autant Muller que son rival Alain Vigneault avaient apporté des changements à leur formation. Pendant que James van Riemsdyk et Nicolas Aubé-Kubel étaient inactifs du côté des Flyers, Muller a joué dans ses trios en ramenant, notamment, Phillip Danault au centre de Tomas Tatar et de Brendan Gallagher.

L’initiative a failli porter fruit dès la première minute de jeu quand Tatar a servi une belle passe à Danault, dans l’enclave, sauf que le tir du joueur de centre du Canadien a raté l’objectif.

Le Tricolore a eu une autre véritable chance de marquer avec environ six minutes à jouer à l’engagement quand Paul Byron a tenté de profiter d’un retour de lancer de Jeff Petry pour pousser le disque dans un filet grand ouvert. Toutefois, le défenseur Ivan Provorov est intervenu avec son bâton et fait dévier la rondelle par-dessus le filet de Hart.

Entre ces deux séquences, les Flyers ont exploité leur meilleure chance de marquer. Après un revirement à la ligne bleue du Canadien, Sean Couturier a laissé la rondelle derrière lui à Raffl, qui a battu Price en haut du bouclier, grâce à un tir des poignets de qualité à 6:32.

Le Canadien a mieux joué en deuxième période, tout particulièrement pendant la première moitié de l’engagement. Il s’est vu offrir un premier avantage numérique dans le match lorsque Scott Laughton a fait tomber Artturi Lehkonen à la suite d’une mise en jeu dans le territoire du Canadien avec neuf minutes à jouer. Le Tricolore n’a rien généré.

«Coup de chance»

Quelque quatre minutes après la fin de cette supériorité numérique, le Canadien s’est retrouvé devant un déficit de deux buts quand un tir inoffensif, en apparence, de Myers a frappé l’intérieur du bâton de Price avant de passer sous le bras du gardien du Tricolore et aboutir dans le filet.

«C’est le coup de chance dont nous aurions eu besoin, mais vous devez créer vos coups de chance», a déclaré Muller.

«(Carey Price) a été solide jusqu’à maintenant, mais vous devez marquer des buts pour gagner des matchs de hockey. C’est un but difficile à concéder. Mais comme je l’ai dit, vous devez créer ces coups de chance vous-mêmes.»

C’était la première fois depuis le début de la série que les Flyers se donnaient une avance de deux buts, et la côte s’est avérée trop abrupte à remonter pour le Canadien malgré une douzaine de tirs au troisième vingt.

+

ÉCHOS DE VESTIAIRE

Brendan Gallagher, au sujet du fait qu’il a passé plusieurs minutes sur le banc en troisième période:

«Vous jouez pour une raison : vos coéquipiers. Je dois trouver un moyen. Chaque fois que vous allez sur la glace, il faut en tirer avantage. Si l’entraîneur croit que d’autres joueurs feront le boulot mieux que vous, c’est son travail. Ça ne veut pas dire que je vais m’asseoir et l’accepter. Mais mon travail est de jouer et lorsque l’on m’envoie sur la glace, c’est d’essayer d’aider.»

Phillip Danault, sur la façon de se relever après les deux dernières défaites:

«Pas de buts dans les deux derniers matchs, il faut être plus affamé autour du filet. Ce n’est pas compliqué, il faut aller dans la zone bleue, il faut payer le prix. C’est ce qu’on n’a pas fait lors des deux derniers matchs.»

Shea Weber, quand invité à expliquer ce qui a changé chez le Canadien depuis le deuxième match:

«Si je pouvais vous le dire, nous arrangerions le problème et je pense que les résultats seraient très différents.»