Comme rentrée locale, on a déjà vu plus explosif.

Canadien: le travail ne suffit pas toujours

Comme rentrée locale, on a déjà vu plus explosif. La magie des deux premiers matchs sur la route n’y était tout simplement pas, jeudi au Centre Bell.

Pour travailler, le Canadien travaille. Il n’y a pas de doute. Ç’a encore été le cas face aux Kings. Mais disons que le niveau d’engagement aurait pu être un brin plus incisif en cette ouverture locale. Surtout lorsque le talent joue nettement contre le Bleu-blanc-rouge.

Trop souvent, le petit Tricolore s’est buté aux colosses des Kings qui ont protégé à merveille le centre de la patinoire. Ainsi, c’est en périphérie que les hommes de Claude Julien ont obtenu la majorité de leurs «occasions de marquer». Ça va prendre toute une garnotte pour marquer depuis l’extérieur des points de mise au jeu...

Pourtant, le Canadien avait bien entamé le match en plaçant les visiteurs sur les talons grâce à sa vitesse et son déplacement de rondelle rapide. Toutes ces bonnes intentions semblent toutefois s’être envolées pendant une supériorité numérique. Un petit risque mal calculé s’est transformé en surnombre pour les Kings qui en ont profité pour ouvrir la marque depuis le bâton d’Adrian Kempe. Quelques minutes plus tard, un petit oubli dans l’enclave a permis aux visiteurs de doubler leur avance, même si le Canadien avait jusqu’alors dominé les échanges.

Une fois cette avance de 2-0 en poche, les Kings ont mis à profit leurs attributs physiques pour rendre la tâche facile à leur jeune gardien Jack Campbell. Par ailleurs, ça manque clairement de talent brut sur cette attaque à cinq. La cohésion, ça se peaufine pendant une saison. Mais pour le talent, c’est autre chose. À ce sujet, tant qu’à nous servir du Andrew Shaw sur l’avantage numérique, n’y aurait-il pas moyen de laisser la place à un plus jeune? Nikita Scherbak? Charles Hudon? Ça se rapprocherait davantage d’un virage jeunesse.

Enfin, un petit conseil à ceux qui seraient tentés de jeter la pierre à Carey Price qui a cédé trois fois sur 29 lancers. Sa Sainteté n’est nullement à blâmer. Bien sûr, un ou deux larcins auraient aidé la cause de son équipe, mais encore faut-il que ses coéquipiers trouvent le fond du filet!

Le Canadien a beau travailler, ça ne sera tout simplement pas suffisant certains soirs.