Canadien

Le Canadien retrouve le chemin de la victoire

MONTRÉAL — Le Canadien de Montréal a retrouvé le confort du Centre Bell... et le chemin de la victoire alors qu’il a défait les Rangers de New York par la marque de 3-1, jeudi soir.

Tomas Plekanec et Jeff Petry ont marqué face à Alexandar Georgiev, un Bulgare de 22 ans qui disputait son tout premier match dans la Ligue nationale de hockey. Phillip Danault a ajouté un but dans un filet désert d’un tir provenant tout juste de l’intérieur de sa ligne bleue.

Abandonné à son sort pendant les deux premières périodes, Georgiev a montré de belles choses alors qu’il a réalisé 38 arrêts.

À l’autre extrémité, Antti Niemi a bloqué 31 tirs pour sa troisième victoire de la saison, toutes dans l’uniforme du Canadien. Il a perdu son jeu blanc avec trois minutes à jouer au temps réglementaire lorsque Kevin Hayes a inscrit son 15e filet de la saison

À l’origine, le but avait été refusé, les arbitres considérant que Hayes avait poussé la rondelle avec son patin. La reprise vidéo a toutefois montré que le disque a ensuite touché la lame de bâton de Hayes. David Desharnais a récolté une mention d’aide sur le jeu.

Le Canadien, qui a mis fin à une séquence de six défaites, reprendra le collier samedi soir au Centre Bell face au Lightning de Tampa Bay

Des absents de renom

Dans un duel impliquant deux formations qui avaient croisé le fer en avril dernier pendant les séries éliminatoires, mais qui se dirigent vers des vacances hâtives, ce sont les hommes de Claude Julien qui ont montré le plus d’entrain.

Et ce, malgré les mauvaises nouvelles annoncées plus tôt en journée, soit la fin de la saison du défenseur Shea Weber, qui sera opéré au pied gauche, et l’absence de Carey Price pour une période indéterminée en raison d’une commotion cérébrale.

Il faut dire que les Rangers n’avaient certainement pas leur équipe «A» sur la patinoire non plus. Henrik Lundqvist a campé le rôle de réserviste à Georgiev.

Les Rangers étaient également privés des attaquants Rick Nash et Michael Grabner, qui ont tout simplement été laissés de côté, donnant plus de poids à des rumeurs de transaction imminente chez les Rangers. D'ailleurs, Grabner a été échangé aux Devils du New Jersey en fin de soirée, en retour d'un choix de deuxième ronde et du défenseur Igor Rykov.

De plus, le défenseur Ryan McDonagh, blessé au haut du corps, a raté un septième match d’affilée et n’a pas fait le voyage tandis que Chris Kreider n’est toujours pas en mesure de reprendre le collier après une absence de 24 matchs à cause d’une blessure aux côtes.

Domination totale après deux périodes

À leur retour devant leurs partisans après environ deux semaines d’absence, et un laborieux séjour de quatre matchs à l’étranger, les patineurs montréalais ont laissé les Rangers diriger les quatre premiers tirs du match vers Niemi — tous au moment où Logan Shaw se trouvait au cachot, pendant les quatre premières minutes de la rencontre.

À partir de ce moment, le Canadien s’est imposé et a pris le contrôle de la rencontre au point où il dominait les tirs au but 32-14 après 40 minutes de jeu, incluant une domination de 19-8 à ce chapitre pendant la seule deuxième période.

C’est à Plekanec qu’est venu l’honneur d’ouvrir la marque avec son sixième de la saison à 6:59 du premier vingt, à la suite d’une belle passe de Paul Byron.

Une autre belle passe, celle-là par Charles Hudon, a mené au deuxième but du Canadien, inscrit par Petry qui n’a eu qu’à pousser le disque derrière Georgiev à 3:50 de la période médiane.

Les Rangers se sont montrés plus fringants en troisième période, totalisant 18 tirs. Mais les efforts des hommes d’Alain Vigneault n’ont pas suffi pour faire tourner le vent contre Niemi.

Le CH reprendra le collier samedi soir au Centre Bell face au Lightning de Tampa Bay.

***

ILS ONT DIT...

«Depuis le début de l’année, les bonds ne vont pas de notre côté. Aujourd’hui, ç’a viré de notre côté.» – Charles Hudon

«Ç’a été différent de certaines autres parties. J’ai eu l’impression de me sentir de mieux en mieux à compter de la fin de la deuxième période.» – Antti Niemi, qui a été tenu peu occupé avant la troisième période

«On voit beaucoup dans les médias que c’est fini. Mais notre mentalité n’a pas changé. On va encore droit devant.» – Charles Hudon

***

En 5 moments-clés

Canadien

La saison de Shea Weber terminée

MONTRÉAL - Jusqu’à la dernière minute, tous les intervenants dans le dossier ont souhaité que Shea Weber puisse éviter le bistouri et revienne au jeu avant la fin du calendrier régulier. Ils ont tous dû se résigner à adopter le plan B.

Absent depuis le 16 décembre, le vétéran défenseur du Canadien de Montréal ne jouera plus cette saison et devra subir une intervention chirurgicale afin de réparer une déchirure à un tendon du pied gauche.

Le Tricolore a fait part de la nouvelle en début d’après-midi, dans un communiqué de presse.

Dans ce communiqué, le docteur Paul Martineau, le chirurgien orthopédique de l’équipe, a expliqué que la décision d’aller de l’avant avec l’opération faisait suite à une rencontre avec un spécialiste de Green Bay, au Wisconsin, le docteur Robert Anderson, le tout avec l’assentiment de Weber.

La rencontre a eu lieu mercredi.

Le communiqué du Canadien ajoute que le groupe médical de l’équipe supervisera le protocole de remise en forme pour s’assurer d’une guérison complète afin que Weber soit au sommet de sa condition pour le début du camp d’entraînement la saison prochaine.

«La période de rétablissement sera déterminée au terme de l’intervention, qui sera effectuée par le docteur Anderson», a fait savoir le docteur Martineau.

La date de l’intervention n’a pas été précisée.

«Nos médecins ont tout fait pour essayer de le ramener. Il y avait des possibilités, mais ça n’a pas fonctionné et la deuxième option, c’est celle qu’on prend présentement avec l’appui de Shea qui a décidé que c’est ce qu’il voulait faire», a déclaré Claude Julien lors d’une mêlée de presse devant le vestiaire du Canadien, peu après 17h.

Blessé dès le premier match?

Selon de nombreuses informations qui ont circulé au cours des dernières semaines, Weber se serait blessé dès le premier match de la saison à Buffalo, alors qu’il aurait été atteint par un tir d’un adversaire.

Interrogé à ce sujet, Julien n’a rien confirmé.

«Je ne connais pas tous les détails. Quelque chose est arrivé en début de saison, mais je ne sais pas si c’est exactement ça qui a causé le reste parce qu’il a quand même joué bon nombre de matchs. Mais ça empirait. On soupçonne que c’est probablement ça, mais de là à dire qu’on a la preuve, je ne suis pas certain.»

Weber a participé à 19 des 20 matchs suivants, s’absentant lors de la visite du Wild du Minnesota le 9 novembre pour une raison différente, selon la direction du Tricolore.

Le vétéran défenseur a raté six parties consécutives entre les 21 et 30 novembre et est revenu au jeu le 2 décembre face aux Red Wings de Detroit au Centre Bell. Il a participé à cinq autres rencontres, mais n’a pas joué depuis le match en plein air du 16 décembre à Ottawa, et a raté les 26 dernières parties de son équipe.

Toutes ces absences, selon le Canadien, sont liées à cette blessure au pied gauche.

Selon l’entraîneur-chef, le Canadien n’a nullement erré en permettant à Weber de jouer même s’il était blessé.

«Ç’a été géré de la façon que la situation aurait dû être gérée. L’objectif, c’était d’essayer de le ramener sans qu’il ait besoin d’une chirurgie et ça n’a pas fonctionné. La deuxième option, c’est celle-là. C’est un bon moment pour le faire pour qu’il soit à 100 pour cent avant le prochain camp d’entraînement», a affirmé Julien.

À sa deuxième saison avec le Canadien, après la désormais célèbre transaction qui a envoyé P.K. Subban aux Predators de Nashville le 29 juin 2016, Weber a inscrit six buts et dix mentions d’aide en 26 parties cette saison. Son ratio défensif est de - 8.

Le Canadien, qui ne s’est pas entraîné jeudi matin en prévision de son match contre les Rangers de New York, avait procédé au rappel du défenseur Noah Juulsen du Rocket de Laval, mercredi.

Canadien

Voracek se charge du Tricolore

PHILADELPHIE — Claude Julien était de bien meilleure humeur après le match de mardi soir qu’il ne l’était après la rencontre de samedi à Las Vegas. Ça ne veut pas dire que la chance a été du côté des joueurs du Canadien de Montréal.

Jakub Voracek a inscrit deux buts en moins de trois minutes entre la fin de la troisième période et la prolongation et il a permis aux Flyers de Philadelphie d’arracher une difficile victoire de 3-2 au Centre Wells Fargo.

Le Canadien a subi une sixième défaite consécutive (0-4-2) et n’a pas gagné depuis le week-end du Super Bowl lorsqu’il avait vaincu les Ducks d’Anaheim et les Sénateurs d’Ottawa au Centre Bell.

À l’étranger, le Canadien s’est incliné pour une 12e fois à ses 13 dernières sorties. Le Canadien a aussi subi une septième défaite consécutive sur les patinoires adverses, bien que contrairement aux six précédentes, elle leur procure un point au classement.

«À un moment donné, on jouait assez bien pour sortir avec une victoire quand même assez serrée, a déclaré Claude Julien. Ça résume un peu ce qui se passe avec nous cette année, si quelque chose doit arriver, ça va arriver. Encore là, il faut se retrousser les manches, retourner à la maison et continuer à travailler pour avoir plus de succès et gagner des matchs.»

L’entraîneur-chef Dave Hakstol venait tout juste de rappeler son gardien Alex Lyon au banc des joueurs lorsque Voracek a créé l’égalité avec son 12e de la saison, à 18:35 du troisième vingt.

Sur la séquence, Voracek a décoché un tir sur réception d’une cinquantaine de pieds qui a dévié sur Max Pacioretty avant de se faufiler entre les jambes du défenseur Karl Alzner, puis entre les jambières du gardien Carey Price.

En prolongation, Voracek a d’abord raté une chance en or de mettre fin au match lorsqu’il s’est présenté seul devant Price. Toutefois, son tir du revers a plutôt abouti dans le filet protecteur.

Mais les hommes de Claude Julien ne perdaient rien pour attendre. Voracek a eu une autre occasion de toucher le fond du filet et cette fois, il ne l’a pas ratée alors qu’il a déjoué Price grâce à un excellent tir des poignets, décoché de l’enclave, après 1:26 de jeu.

«Ce n’est pas l’idéal, c’est certain. Jusque-là, nous jouions un bon match, a déclaré Price, en parlant de la fin de la rencontre.

«Il y a des segments de nos matchs où nous jouons vraiment très bien, puis on s’effondre mentalement et on dirait que ça vient toujours nous couler.»

Ce but couronnait une forte soirée de travail pour Voracek, qui avait aussi participé au premier but des Flyers, celui de la recrue Nolan Patrick en deuxième période lors d’un avantage numérique.

«On n’a jamais abandonné. Honnêtement, je crois que nous étions un peu fatigués, mais nous avons trouvé un moyen de gagner. Tout s’est bien terminé», a déclaré le héros de la soirée.

Les hommes de Claude Julien se sont aussi inclinés malgré le fait qu’ils aient pris les devants en deux occasions dans la rencontre, ce qu’ils n’avaient pas fait à l’étranger depuis le 19 janvier à Washington.

Jeff Petry a ouvert la marque avec son neuvième de la saison, tard en première période, et Paul Byron a ajouté son 14e à mi-chemin de la troisième période. Le but de Byron était son premier depuis cette victoire du Canadien à Washington.

Price solide

Dans la défaite, Price a livré une solide performance alors qu’il a fait face à 30 rondelles.

«Carey a joué tout un match ce soir. Il a fait de gros arrêts pour nous et il nous a vraiment donné une chance de gagner», a déclaré Julien.

Le Canadien a dirigé 27 tirs en direction de Lyon, dont le travail a été complimenté par Hakstol. Ce dernier a aussi loué le travail de Price.

«Notre gardien a très bien joué et le leur a été excellent. C’est un match qui est allé jusqu’au bout, nous avons continué de mettre la pression et nous n’avons pas abandonné. Les joueurs ont tenu bon et nous avons trouvé un moyen de gagner.»

Le Tricolore complète donc son périple de quatre matchs à l’étranger avec une fiche de 0-3-1. Il disputera ses quatre prochaines rencontres à Montréal, à commencer jeudi soir contre les Rangers de New York.

Canadien

Les Golden Knights ne font qu'une bouchée du CH

LAS VEGAS — Reilly Smith et Jonathan Marchessault ont amassé trois points chacun et les Golden Knights de Vegas ont facilement vaincu le Canadien de Montréal 6-3 samedi soir au T-Mobile Arena.

Smith a inscrit le premier but du match aux dépens d'Antti Niemi, lors d'un avantage numérique, dès la troisième minute de jeu de la rencontre. Il a ajouté l'éventuel filet d'assurance à 3:46 de la deuxième période contre Carey Price, seulement 39 secondes après le filet de Ryan Carpenter.

Ces deux buts permettaient aux hommes de Gerard Gallant de se forger un coussin de 5-2 et ils n'ont plus jamais été menacés. Marchessault a récolté des aides sur les deux buts de Smith et sur celui de Carpenter.

Après la défaite, Claude Julien a affiché tout son mécontentement d'une manière jamais vue de sa part depuis son retour avec le Canadien il y a un an.

«On n'est pas satisfait du tout de notre match ce soir, pour moi, ce n'est pas acceptable. Je n'ai pas aimé notre match du tout, même s'il y a des choses qui ont bien paru, on n'a pas gagné le match et on n'a pas mérité de gagner le match. On a fait trop d'erreurs et on a trouvé le moyen de perdre ce soir. C'est aussi simple que ça», a lancé l'entraîneur-chef.

Lorsqu'un journaliste lui a parlé des deux buts rapides des Golden Knights au deuxième vingt et ajouté qu'il s'agissait d'un problème récurrent, la réponse de Julien ne pouvait être plus laconique: «T'as raison.»

Lorsque le même journaliste lui a demandé s'il s'agissait d'un problème de concentration, Julien a livré ses états d'âme.

«Écoute, je suis frustré, je ne sais pas c'est quoi, mais je te dis que ce n'est pas acceptable. C'est ce que j'ai dit du match de ce soir.»

Julien n'a même pas laissé le temps à un autre journaliste de poser sa question. Il a tout simplement décidé de mettre fin au volet francophone de la mêlée de presse et demandé qu'on passe au volet anglophone.

Brad Hunt et Tomas Nosek ont également déjoué Niemi au cours de la première période.

Plutôt solide depuis qu'il s'est joint au Canadien, le vétéran gardien finlandais a passé moins de dix minutes sur la patinoire, accordant trois buts sur six tirs.

Après le but de Nosek, Claude Julien l'a rappelé au banc.

Nate Schmidt a inscrit le dernier but des Golden Knights tôt en troisième période.

En relève à Niemi, Price a fait face à 28 tirs et a été débité de la défaite puisqu'il a été victime de l'éventuel but victorieux, celui de Carpenter.

Dans la défaite, Charles Hudon (8e), Nikita Scherbak (1er), tous deux en première période, et Jonathan Drouin (9e), en avantage numérique mais dans une cause perdue, ont réussi à déjouer Marc-André Fleury, qui a reçu 32 tirs.

Hudon et Scherbak ont réalisé de belles pièces de jeu pour inscrire leurs buts, mais de toute évidence, ça n'a pas atténué le mécontentement de Julien...

Ainsi, la saison de rêve des Golden Knights (39-15-4) se poursuit, eux qui occupent maintenant le sommet du classement général de la LNH avec 82 points, un de plus que le Lightning de Tampa Bay.

De son côté, le Canadien a subi un cinquième revers consécutif et une 11e défaite à ses 12 dernières sorties à l'étranger.

La formation montréalaise occupe maintenant le 15e rang de l'Association Est. Le Canadien et les Sénateurs d'Ottawa totalisent 51 points, mais les Sénateurs ont joué 57 matchs comparativement à 58 pour le Tricolore.

Le Canadien complétera son périple de quatre matchs à l'étranger en visitant les Flyers de Philadelphie mardi soir.

Canadien

Le Canadien blanchi 2-0 au Colorado

DENVER — Semyon Varlamov est venu à la rescousse d'une attaque en panne avec une spectaculaire performance contre le Canadien de Montréal, mercredi soir. Le gardien de l'Avalanche du Colorado a repoussé les 43 tirs dirigés vers lui et il s'est révélé la grande vedette d'une victoire de 2-0.

Ce faisant, le Canadien a été blanchi pour une huitième fois cette saison, un sommet dans la LNH que les hommes de Claude Julien partagent avec les Sénateurs d'Ottawa.

«Nous n'avons pas réussi à trouver une façon de mettre la rondelle dans le filet», a résumé l'attaquant Brendan Gallagher.

Il a aussi subi une troisième défaite d'affilée et un neuvième revers à ses dix dernières rencontres à l'étranger. Sa seule victoire sur la route durant cette séquence remonte au 19 janvier, un gain de 3-2 à Washington. Le Tricolore a aussi perdu trois de ses neuf matchs par blanchissage.

«Notre attaque à cinq aurait pu nous faire gagner le match mais elle n'a pas été efficace ce soir, a analysé Claude Julien. Notre désavantage numérique a été excellent mais l'avantage numérique n'a pas été assez bon. Quand vous cherchez à marquer des buts, votre avantage numérique doit produire, surtout à cinq contre trois.»

Record des Nordiques égalé

La performance de Varlamov a par ailleurs permis à l'Avalanche de signer une dixième victoire d'affilée à domicile et d'égaler un record de l'histoire de la concession. Les Nordiques de Québec avaient réalisé pareil tour de force en 1983-84 et en 1994-95.

«Il semble que nous avons plus de difficultés à l'étranger, dernièrement, a déclaré Varlamov. Nous devons jouer de cette façon lors de nos voyages sur la route.»

Varlamov a récolté sa première victoire depuis le 29 décembre 2017 contre les Maple Leafs de Toronto. Il s'agissait de son deuxième blanchissage cette saison et de son 23e en carrière. Lors de son match suivant, il a dû quitter avant la fin après avoir subi une blessure à l'aine contre les Jets de Winnipeg. Il a raté dix parties avant de revenir au jeu le 3 février, face aux Jets. Mercredi, il s'agissait de son quatrième match depuis son retour, et l'un de ses meilleurs de la campagne. Il a maintes fois frustré les joueurs du Canadien au cours du troisième vingt.

L'Avalanche s'est approché à deux points du Wild du Minnesota, qui occupe le dernier rang donnant accès aux séries éliminatoires dans l'Association Ouest. L'Avalanche tient le rythme sans Nathan MacKinnon, son meilleur marqueur, qui a raté sept rencontres en raison d'une blessure à l'épaule gauche.

«Je n'ai pas tellement aimé notre match ce soir, mais “Varly” a réalisé des arrêts importants et nous a donné une victoire, a déclaré l'entraîneur-chef Jared Bednar. Parfois, c'est ce dont vous avez besoin de la part de vos gardiens. Il a été vraiment bon et nous avons obtenu la victoire. C'est bien, nous avions besoin des points.»

Carl Soderberg a fait mouche à 15:55 au deuxième vingt pour l'éventuel but gagnant contre le gardien Antti Niemi, qui a réalisé 23 arrêts. Soderberg a contourné le filet et a battu Niemi de vitesse, du côté gauche. C'était un 11e but cette saison pour le Suédois de 32 ans. Il n'avait pas marqué depuis le 18 janvier. Complice du but, Gabriel Bourque obtenait un quatrième point à ses cinq derniers matches. Alexander Kerfoot a ajouté son 14e de la campagne à 16:58 de la troisième période.

Le Canadien poursuivra son périple de quatre matchs à l'étranger dès jeudi soir alors qu'il affrontera les Coyotes de l'Arizona. Samedi soir, il visitera les Golden Knights de Vegas avant de livrer bataille aux Flyers de Philadelphie mardi.

Canadien

Rinne vole un point au Canadien

MONTRÉAL — S’il y avait eu une justice, le Canadien aurait ajouté deux points au classement samedi. Mais Pekka Rinne ne semble pas connaître la définition de ce terme.

Le gardien finlandais, qui a repoussé 47 rondelles, a été de marbre lors de la session de tirs de barrage et il a été la figure dominante d’un gain de 3-2 des Predators, au Centre Bell. Rinne a été particulièrement spectaculaire en prolongation, en bloquant les 10 tirs du Tricolore. En fusillade, il a repoussé les tentatives de Jonathan Drouin et de Max Pacioretty, après que Paul Byron eut raté la cible.

«Il est l’un des cinq meilleurs dans la ligue et il y a une raison», a noté Drouin. «Il est grand, il a une longue portée. On a bien joué, on a patiné, on a créé des chances, mais on n’a pas mis la rondelle dans le filet.»

«Pekka a été ridicule, formidable», a admis son coéquipier Ryan Johansen. «Sans lui, on n’avait aucune chance. C’est grâce à lui qu’on a gagné. Le Canadien a travaillé fort pour obtenir des occasions et ils nous ont donné du fil à retordre. On aurait pu être meilleurs dans notre zone. Il n’a pas fait que des arrêts faciles. Des déplacements transversaux, d’un poteau à l’autre.»

Ryan Ellis a été le seul buteur lors des tirs de barrage. Premier joueur dépêché par Peter Laviolette, le défenseur a battu Carey Price d’un tir dans la partie supérieure gauche.

20e but de Gallagher

Brendan Gallagher avec son 20e  de la saison à son 55e match, et Drouin avec son 8e tard en troisième période, ont réussi à déjouer la vigilance de Rinne. Gallagher a atteint le plateau des 20 buts pour la deuxième fois de sa carrière après sa récolte de 24 en 2014-2015. À ce rythme et s’il parvient à éviter les blessures, le petit attquant a une chance de se rendre à 30 buts.

«Je voulais être meilleur, cette saison. Cela dit, j’ai eu plus de plaisir à marquer 10 buts l’an dernier que 20 cette année. Ç’a été une saison frustrante pour tout le monde», a dit Gallagher.

«Chaque équipe a besoin de joueurs comme lui», a indiqué Claude Julien. «Même s’il ne joue pas son meilleur match, il donne toujours son meilleur effort. Il est constant, c’est un joueur de caractère et il donne de l’énergie. Les gars qui travaillent comme ça méritent d’être récompensés. Ça rentre cette année. J’aime son attitude, ses coéquipiers l’aiment. Tu gagnes avec ce genre de joueur.»

Scott Hartnell (8e) et Kevin Fiala (18e) ont trouvé le fond du filet contre Price, qui a réalisé 30 arrêts et qui n’a rien eu à se reprocher sur les deux buts dont il a été victime.

«On a fait du bon travail en échec-avant pour finir nos mises en échec et on n’a pas donné la chance à leurs défenseurs, qui sont de bons patineurs, de se lancer en attaque», a indiqué Julien  au sujet du plan de match du Canadien pour contrer la mobilité des défenseurs des Predators.

Le CH méritait mieux

Face à l’une des meilleures équipes dans la LNH, une équipe que plusieurs observateurs voient défiler avec la Coupe Stanley en juin prochain, le Canadien a livré l’une de ses meilleures performances de la saison.

«Tout ce que je peux dire, c’est qu’on méritait un meilleur sort. Ce soir, il y avait deux bons gardiens et ç’a gardé le match serré. Je n’ai rien de négatif à dire de notre équipe parce que du début à la fin, on a joué un match très solide. On a tout fait pour gagner et on aurait dû gagner», a commenté Julien.

Combatifs, les patineurs mont-réalais se sont imposés sur le plan de la robustesse, au point où, après deux périodes, ils totalisaient presque deux fois plus de mises en échec que leurs adversaires (27 contre 14).

Le Canadien ne reverra pas ses partisans avant le 22 février. Entre-temps, il disputera ses quatre prochaines rencontres à l’étranger, à commencer par mercredi face à l’Avalanche du Colorado. Ce périple mènera les hommes de Julien en Arizona jeudi, à Las Vegas samedi et à Philadelphie le mardi suivant.

***

Canadien

Une fin de saison préparatoire pour le CH

Il semble exister deux clans parmi les partisans du Canadien de Montréal en ce moment. D’un côté, il y a les optimistes irréductibles, pour qui chaque victoire est satisfaisante et rapporte des dividendes. De l’autre, ceux qui croient que chaque point amassé au classement représente un obstacle à une reconstruction qu’ils jugent nécessaire et qui passe par un choix aussi hâtif que possible au repêchage. Ceux-ci ont probablement été déçus au cours du week-end.

Grâce à un balayage de ses duels contre les Ducks d’Anaheim et les Sénateurs d’Ottawa, samedi et dimanche, le Canadien a atteint le plateau des 50 points.

Cinq formations, incluant les Sénateurs, ont accumulé moins de points que le Tricolore jusqu’à maintenant dans la course pour le premier rang du repêchage de juin prochain à Dallas.

Or, il semble d’ores et déjà assuré que les Sabres de Buffalo et les Coyotes de l’Arizona, avec 37 et 33 points respectivement, auront les meilleures probabilités de mettre la main sur le premier choix du prochain encan amateur.

Quant au Canadien, dont les chances de se qualifier pour les séries demeurent très minces malgré leurs deux dernières victoires, les deux matchs du week-end du Super Bowl et les 29 à venir d’ici la fin de la saison régulière pourraient servir d’audition à de jeunes joueurs en vue d’octobre 2018.

La liste inclut les attaquants Charles Hudon, Artturi Lehkonen, Nikita Scherbak et même Alex Galchenyuk. Ce dernier, on a tendance à l’oublier, n’a encore que 23 ans et joue de mieux en mieux depuis quelques matchs.

Le même principe s’applique à la ligne bleue, où Claude Julien pourrait octroyer de plus grandes responsabilités encore à Victor Mete, qui ne cesse de bien faire les choses.

Et dans un contexte où le Rocket de Laval semble destiné à rater les séries éliminatoires de la Ligue américaine, Marc Bergevin sera peut-être tenté d’ouvrir les portes du Centre Bell au jeune défenseur Noah Juulsen et lui faire vivre l’expérience de la Ligue nationale de hockey aussi tôt que possible pour voir de quel bois il se chauffe.

Confiance et maturité

En attendant un rappel possible de Juulsen, Scherbak a fort bien paru à son retour avec le Tricolore. Il a récolté une mention d’aide dans chacune des deux parties du week-end et a eu l’occasion de passer un peu de temps sur la patinoire lors de l’avantage numérique.

D’ailleurs, c’est dans de pareilles circonstances que le Russe de 22 ans a mérité ses deux premières mentions d’aide en carrière dans la LNH.

Scherbak avait été rappelé une première fois en octobre, mais une blessure subie contre les Kings de Los Angeles avait freiné son développement. Par contre, en retournant passer les trois derniers mois dans la Ligue américaine, Scherbak a eu du temps pour améliorer les lacunes à son jeu. Samedi et dimanche, il a montré beaucoup de confiance et de maturité sur la patinoire.

«Pour donner une chance à un jeune, il faut que tu lui donnes l’occasion de jouer beaucoup et de retrouver son synchronisme, a déclaré Claude Julien après le match de dimanche.

«Si on le ramène trop tôt, on ne voit peut-être pas le même Scherbak que l’on voit aujourd’hui et on n’a peut-être pas la même évaluation. Je pense qu’il était prêt à revenir, il joue de bons matchs depuis qu’il est arrivé et ce sont des signes encourageants pour un jeune joueur.»

L’autre grand gagnant du week-end aura été Lehkonen. Le Finlandais n’a jamais perdu la confiance de Julien, qui a continué de l’utiliser en avantage numérique, malgré son incapacité à faire vibrer les cordages depuis son retour au jeu après une absence de 16 matchs.

Lehkonen était visiblement heureux dimanche, après son doublé.

«Nous avons eu une conversation avec lui pour le garder encouragé, a raconté Julien. Nous avions le sentiment qu’il avait eu de bonnes occasions de marquer, mais la rondelle n’allait pas dans le filet. Il a gardé la bonne attitude, et quand tu travailles fort et que tu maintiens cette attitude, ça finit par cliquer.»

Canadien

Niemi solide, le Canadien bat les Ducks 5-2

Quand le Canadien a mis la main sur Antti Niemi au ballottage en novembre, un peu tout le monde pensait qu'il s'agissait d'une solution à court terme. Mais il semble que Niemi avait d'autres idées en tête.

Niemi a réalisé 43 arrêts et il a été l'artisan d'une victoire de 5-2 du Canadien de Montréal aux dépens des Ducks d'Anaheim samedi après-midi au Centre Bell.

À son premier départ à Montréal dans l'uniforme du Tricolore, Niemi s'est dressé devant la formation californienne pendant les cinq premières minutes du match, largement dominées par les visiteurs.

Durant cet intervalle, les Ducks ont décoché neuf tirs sans riposte.

«Ce n'étaient pas d'excellentes chances de marquer, a nuancé Niemi en faisant allusion aux cinq premières minutes de la rencontre, une opinion que partageait d'ailleurs l'entraîneur-chef Claude Julien.

«Mais on n'a pas donné de buts et à partir de là, nous avons commencé à mieux jouer», a ajouté le gardien finlandais.

Niemi a été tout aussi vigilant au deuxième vingt et tôt en troisième période, lorsque Andrew Cogliano s'est présenté complètement seul devant lui pendant que le Tricolore évoluait à cinq contre quatre.

«Je ne savais pas trop ce qu'il allait faire. Je sais seulement qu'il est rapide et qu'il possède un bon tir», a mentionné Niemi.

Ce fut d'ailleurs l'une des rares défaillances du Canadien en avantage numérique. Les hommes de Claude Julien ont profité de telles occasions pour marquer trois buts. Jeff Petry (sixième et septième) en a obtenu deux, l'autre allant à Joe Morrow (quatrième), en première.

L'ancien des Ducks Logan Shaw (troisième) a réussi son premier avec le Canadien, tout comme le défenseur David Schlemko. Rappelé vendredi du Rocket de Laval, Nikita Scherbak a récolté une aide sur le but de Morrow.

Le Canadien a inscrit ses trois premiers buts en à peine quatre minutes au premier vingt contre Ryan Miller, qui n'a fait face qu'à sept tirs. Reto Berra l'a remplacé et a reçu 22 rondelles.

Corey Perry (neuvième) et Rickard Rakell (19e), tous deux en deuxième, ont été les seuls à déjouer Niemi. Rakell a ajouté une mention d'aide et Cam Fowler en a obtenu deux.

Le Canadien complétera ce traditionnel week-end du Super Bowl dimanche après-midi, en accueillant les Sénateurs d'Ottawa.

Julien a du flair

En début de match, on a cru que les Ducks allaient servir la même médecine qu'ils avaient réservée au Canadien au premier vingt de leur rendez-vous du 20 octobre, en Californie.

Les Ducks ont d'ailleurs détenu un avantage sans équivoque au chapitre des tirs au but lors du premier vingt, avec 16 contre neuf. Ils sont cependant rentrés au vestiaire avec un net recul au tableau indicateur.

«On savait qu'ils sortiraient avec vigueur et qu'ils pratiqueraient un style de jeu lourd, a analysé Petry. Je ne crois pas que nous étions très efficaces au départ, mais au fur et à mesure que le match avançait, nous avons mieux joué.»

Trois joueurs qui n'étaient pas de l'alignement jeudi contre les Hurricanes de la Caroline ont, chacun leur tour, contribué à une explosion de trois buts en quatre minutes et trois secondes.

Shaw, qui avait affronté le Canadien dans l'uniforme des Ducks en octobre, a d'abord déjoué Miller à 6:10, sur le deuxième tir du Tricolore. Il s'agissait du premier de l'équipe à forces égales depuis la fin de la deuxième période du match du 25 janvier, face aux Hurricanes.

À peine deux minutes plus tard, en avantage numérique, Scherbak a préparé le but de Morrow avant que Schlemko, lui aussi inactif jeudi, ne marque. C'en était fait de la journée de travail de Miller. Berra a pris la relève et n'a vu que deux tirs pendant le reste de la période, le premier presque six minutes après le but de Schlemko.

En deuxième, le Canadien a tiré profit d'une deuxième supériorité numérique quand Petry, habilement, a déjoué Berra dès la quatrième minute de jeu.

Ce but n'a toutefois pas découragé les Ducks, qui ont coupé de moitié l'avance des locaux grâce à Perry, à cinq contre trois, et à Rakell, moins de quatre minutes plus tard.

N'eût été de Niemi, qui a bloqué 18 des rondelles dirigées vers lui pendant la période, la formation californienne aurait facilement pu s'approcher davantage, voire créer l'égalité.

Il a réalisé l'un de ses meilleurs arrêts du match contre Ryan Kesler alors que le Canadien jouait à quatre contre cinq.

Petry, avec son deuxième du match tard en troisième, est venu confirmer la deuxième victoire de Niemi cette saison, toutes deux avec le Canadien.

***

Canadien

Le CH blanchi 2-0 par les Hurricanes

RALEIGH — Le match a été moins fou, mais le résultat a été le même. Une semaine après avoir perdu 6-5 contre les Hurricanes, le Canadien a de nouveau perdu contre la Caroline, jeudi, cette fois au pointage de 2-0.

«Ce n’est pas un manque d’effort», a estimé l’entraîneur-chef Claude Julien. Mais quand vous ne gagnez pas beaucoup de mises au jeu [79 % en faveur de la Caroline], vous devez toujours essayer de reprendre la rondelle. Au fil de 60 minutes, ça fait une différence.»

Julien aimerait par ailleurs voir un peu plus de hargne de ses protégés. «Il faut avoir davantage l’énergie du désespoir. C’est tannant de ne pas sortir gagnants de matchs serrés comme ça.»

Pour un club affichant 33,8 tirs par match, en moyenne, le Canadien a très très peu défié Cam Ward au premier vingt. Il a fallu près de 15 minutes pour qu’on voit un premier tir officiel des visiteurs, celui de Victor Mete. Ils n’ont finalement tiré que sept fois en première période, tout comme les Hurricanes.

Brett Pesce a donné les devants 1-0 aux Hurricanes en début de deuxième tiers. Marcus Kruger a remporté une mise au jeu et Elias Lindholm a glissé le disque à la pointe à Pesce, dont le tir frappé lui a valu un premier but cette saison.  Brock McGinn a mis la touche finale au match à 14:51 en troisième période, en inscrivant son huitième de la campagne en profitant d’une belle passe du revers de Justin Williams.

«Nous devons trouver comment créer plus d’attaque», a soutenu le capitaine Max Pacioretty. Il faut mieux anticiper les jeux... je ne sais pas si c’est une question de chimie ou autre chose, mais nous devons trouver des façons de générer plus d’occasions.»

Une première pour Ward

Carey Price a bloqué 27 tirs pour le CH, qui subissait un troisième revers d'affilée. Quant à Ward, il a stoppé 27 rondelles pour signer un deuxième jeu blanc cette saison, un 27e en carrière, mais son premier en 36 matchs contre le CH. «Il [Ward] a été de loin le meilleur joueur sur la glace ce soir», a estimé Pesce.

C’était la troisième fois de la saison que Ward avait le dessus sur Price. «Carey Price est un gardien de premier plan. Je savais qu’il reviendrait en force et que je devrais encore faire mieux que lui»,  a analysé le vétéran portier. 

Les Hurricanes, qui disputaient jeudi le deuxième de huit matchs consécutifs à la maison, sont maintenant à égalité avec les Flyers au huitième rang. «On doit garder l’œil sur le classement et se comporter comme si les séries étaient déjà commencées», estime Ward. «On se doit de bâtir un certain momentum devant nos partisans et récompenser ceux qui viennent avec des victoires.» 

Le CH va disputer deux matchs en après-midi à domicile cette fin de semaine : contre les Ducks d’Anaheim samedi, puis face aux Sénateurs d’Ottawa dimanche. 

5 moments-clés du match

Canadien

Le Canadien se bute à la muraille de Carter Hutton

SAINT-LOUIS - Carter Hutton a repoussé 33 tirs, Ivan Barbashev a enfilé son deuxième but de la saison et les Blues de St. Louis ont vaincu le Canadien de Montréal 3-1, mardi soir.

Barbashev, Patrick Berglund et Alexander Steen, dans un filet désert, ont fait bouger les cordages chez les Blues, qui ont signé un troisième gain consécutif.

Hutton, qui en était à son sixième match d’affilée, a quant à lui tenu le Canadien en échec.

«Nous étions beaucoup mieux qu’au dernier match, a souligné l’entraîneur-chef Claude Julien quant à la défensive de la formation montréalaise. Nous avons été assez bons défensivement, mais il reste qu’il faut faire de même offensivement.»

Charles Hudon a été le seul à percer la muraille des Blues, alors qu’il ne restait que 1:07 à faire en troisième période. Carey Price a bloqué 28 des 30 rondelles dirigées vers lui.

«Nous aurions dû mettre plus de trafic devant (Hutton)», a admis Julien.

Privé des services d’Andrew Shaw, Shea Weber et Phillip Danault, le Bleu-blanc-rouge a eu la frousse lorsque Paul Byron est demeuré étendu sur la patinoire après avoir été plaqué contre la rampe par Colton Parayko, tard en fin de rencontre. Il était cependant trop tôt pour que l’entraîneur puisse se prononcer sur l’état de son attaquant après la rencontre.

Un retour décevant

De retour au travail après la pause du match des étoiles, le dirigeant du Tricolore a remis les pendules à l’heure lors de son point de presse avant le match. Un discours qui a semblé porter ses fruits, puisque le Canadien semblait sur la bonne voie lors des premières minutes de jeu.

Les trois premiers trios ont multiplié les opportunités, mais c’est Nicolas Deslauriers qui a obtenu la meilleure chance de marquer. Sur la séquence, l’attaquant québécois a décoché un tir sur réception dans le haut de l’enclave qui a été bloqué par Hutton.

Les Blues ont cependant profité des trois dernières minutes du premier engagement pour enchaîner des tirs dangereux. Alors qu’elle tirait de l’arrière 11-0 au chapitre des tirs, la troupe de Mike Yeo a enfilé huit tirs sans riposte. Devant la menace, Price a une fois de plus sauvé la mise en sortant la jambière aux dépens de Jaden Schwartz à la suite d'une mise en jeu en territoire du Canadien.

Barbashev a profité d’une bourde de Jeff Petry en territoire central pour ouvrir la marque. Alors que le défenseur du Canadien jonglait avec le disque, le jeune joueur en a profité pour récupérer la rondelle et déjouer Price dans la partie supérieure du filet, du côté du bouclier.

«Un moment donné, quand tu joues de cette façon-là, et que tu n’as rien pour tes efforts, tu donnes l’occasion à l’autre équipe de rester dans le match, a expliqué l’entraîneur-chef du Tricolore Claude Julien. Ils ont profité de leurs chances, beaucoup plus que nous.»

Au deuxième engagement, Price a multiplié les efforts afin de maintenir son équipe à un seul but d’écart, repoussant 13 des 14 tirs dirigés vers lui lors de cette période. Jonathan Drouin semblait enfin pouvoir profiter d’une occasion en or de noircir la feuille de pointage avant le deuxième entracte, mais fut stoppé par Jay Bouwmeester, qui a littéralement volé au secours de son équipe sur la séquence.

Berglund a bénéficié d’un avantage numérique pour doubler l’avance des siens. Tage Thompson s’est tout d’abord moqué de la brigade défensive à la gauche de Price pour décocher un tir vers le filet adverse. Laissé seul dans l’enclave, malgré la présence de trois joueurs du Canadien, Berglund a profité du retour généreux accordé par Price pour creuser l’écart.

Alors qu’il restait un peu plus d’une minute à disputer, Hudon a gâché le blanchissage de Hutton, malgré une révision demandée par les Blues.

+