Adam Braidwood est persuadé que son duel avec Simon Kean se produira au Québec.

«Ça va arriver»

Trois-Rivières — Parole d’Adam Braidwood, la guerre qu’il livre à Simon Kean depuis un an à travers les médias sociaux va bientôt déménager dans un ring. Ce n’est pas un hasard si sa gérante Mel Lubovac a montré beaucoup plus d’ouverture ces derniers jours à ficeler une entente.

«Je suis tanné d’attendre. J’ai dit à ceux qui gèrent ma carrière de mettre sur pied le combat prochainement sinon, j’allais me trouver d’autres promoteurs. Je suis rendu là. C’est le temps de régler ça sur le ring!», lance le colosse natif de Colombie-Britannique, qui félicitait Kean pour sa victoire samedi. «Il a fait un bon combat. Contre un bon adversaire. Il a fait ce que Simon sait faire, il a joué safe. La seule chose que je peux ajouter, c’est que je suis un animal différent de Santos.»

D’ici quelques semaines, Braidwood croit que les papiers seront signés. «Il n’y a que de petits détails à régler pour que tout se confirme. C’est entre les mains des promoteurs de Kean. Ça n’a rien à voir avec l’argent, juste des petites choses à mettre en place.»

L’une d’elles, c’est de permettre à Braidwood de faire une dernière sortie préparatoire. «J’espère me battre contre Kean en juin, j’aimerais que cette dernière sortie préparatoire soit en mars. Je ne fais que m’entraîner, je suis prêt. Je veux un gros rival, avec une bonne fiche, car je veux montrer que j’ai aussi du talent. Je pense que le gens me sous-estiment à ce niveau. Ensuite, je vais être fin prêt pour Kean. Et ce combat va avoir lieu au Québec», tranche-t-il. Braidwood n’a pas voulu trop commenter sur la possibilité de voir se produire sur la même carte que le Trifluvien en mars, question de mousser l’intérêt. «Je ne peux pas commenter à ce sujet. À part que ce serait excitant, hein?»

«Ce sera un combat pour hommes»
Kean, de son côté, se disait aux anges d’apprendre les nouveaux développements. «Je commençais de moins en moins à y croire au combat, Braidwood avait toujours des excuses. J’ai tellement hâte de régler ce dossier», racontait le Trifluvien, qui s’envole d’ici quelques jours pour une semaine de vacances dans le sud. Kean devrait ensuite mettre le cap sur Las Vegas pour mettre les gans avec Joseph Parker.

«Braidwood sera un boxeur plus difficile à vaincre que Santos. Il lui ressemble côté agressivité, mais il est plus fort et plus tough. Ce sera un combat pour hommes, il va y avoir du sang versé sur le ring. Vous n’avez pas idée à quel point j’ai hâte!»