Le record actuel pour le plus grand nombre de kilomètres parcourus en eau libre durant 24 heures est de 55. Heidi Levasseur a effectué 88 tours dans la rivière Saint-Maurice pour un total de 72,5 kilomètres, ce qui devrait lui permettre de se tailler une place dans le livre Guiness des records.

Ça sent le record pour Heidi

Heidi Levasseur pourrait peut-être voir son nom figurer dans le livre Guinness des records plus tôt que prévu.
La Sirène du Québec s'attaquait à son plus imposant test de l'été, les 21 et 22 juillet, alors qu'elle nageait durant 24 heures consécutives dans le bassin de la promenade du capitaine Jos-Veilleux à Shawinigan. Un défi qu'elle a relevé haut la main, puisqu'elle a effectué 88 tours pour un total de 72,5 kilomètres, soit un peu plus que son objectif de départ qui était de 70 kilomètres.
«Je suis très contente du résultat final, les conditions météorologiques étaient idéales pour m'aider à bien performer. Malgré le dénouement positif, ce fut loin d'être facile», confiait Levasseur, près de 48 heures après sa sortie de l'eau.
Le record actuel pour le plus grand nombre de kilomètres parcourus en eau libre durant 24 heures est de 55. Levasseur a fracassé cette marque haut la main, mais elle ne s'attendait pas à pouvoir obtenir sa place dans le fameux livre avec cette récente performance, puisqu'elle n'avait pas eu de nouvelles de la part de Guinness concernant les détails de l'épreuve.
Ce scénario a changé lundi midi lorsque la Québécoise a reçu un courriel de la prestigieuse organisation, qui l'avisait de leur faire parvenir sa performance, avec un dossier le plus détaillé possible.
«J'ai été filmée tout le long du défi. Il y avait deux témoins qui me surveillaient et qui ont attesté avoir assisté à chacun de mes tours. Nous ferons parvenir tout ce que Guinness veut savoir: force du vent, température de l'eau, équipement, etc. Je ne suis pas prête à dire que ce sera accepté à 100 %, mais je suis optimiste».
Un défi difficile mentalement
Au cours de ces 24 heures, Levasseur aura connu quelques moments difficiles, qui l'ont parfois fait douter. Rester dans l'eau toute une journée, ça peut sembler interminable selon la nageuse.
«Par moments, je me suis demandé si j'allais être en mesure de compléter le défi. J'ai trouvé ça particulièrement ardu durant la nuit, car en plus de la noirceur et du froid, il n'y avait personne pour m'accompagner dans l'eau. Après les 12 premières heures, j'ai toutefois repris du galon mentalement et j'ai réalisé que tout allait bien se passer pour la suite des choses».
Ce n'est pas évident de se nourrir et de s'abreuver lorsqu'on donne 56 000 coups de bras dans l'eau en une seule journée. Levasseur aura eu besoin de l'aide de quelques bénévoles qui ont veillé à son alimentation durant cet imposant défi.
Lors des rares pauses qu'elle se permettait de prendre, l'athlète se nourrissait de bananes, de sandwichs, de chili, de soupes et même de patates pilées. Le tout accompagné de beaucoup de sel.
«Disons que ce n'est pas un plan alimentaire des plus conventionnel, mais dans mon cas c'est ce qui fonctionne le plus. J'ai besoin de sodium pour m'aider à tenir le coup car j'en perds énormément lorsque je nage», expliquait-elle.
Un support inestimable
Au cours de ses 24 heures de natation, Heidi Levasseur a été accompagnée de 20 nageurs différents, dont son copain, qui à divers moments de la journée sont allés lui tenir compagnie dans la rivière Saint-Maurice. Ce support l'a grandement aidé afin passer à travers cette aventure, qui l'aura mis à l'épreuve plus d'une fois.
«Grâce aux gens qui venaient nager, je me sentais moins seule et ça me donnait un boost d'énergie. Durant les dernières heures, j'avais constamment quelqu'un avec moi dans l'eau.
Pour les gens qui aimeraient jeter un coup d'oeil à la prestation de la nageuse, plusieurs séquences sont publiées sur la page Facebook «Sirène du Québec».