Ça jouait du coude sur la piste dimanche après-midi. Marc-Antoine Camirand (22), qui a mené pendant une bonne partie de l’épreuve, a dû se contenter du cinquième rang.

«Ça fessait d’un bord et de l’autre»

Marc-Antoine Camirand, Kevin Lacroix et Andrew Ranger sont quelques-uns des acteurs de la série NASCAR Pinty’s qui n’entendaient pas à rire une fois le drapeau à damier agité.

Les contacts répétés entre certaines voitures ont froissé l’orgueil des compétiteurs et certains d’entre eux n’ont pas été tendres envers des adversaires. Les huit relances ont contribué à ce climat: 20 des 50 tours de la course ont été disputés sous un drapeau jaune, conséquences d’accidents et de dérapages. C’est 40% de l’épreuve!

Ranger, qui a loupé le podium pour la première fois en 12 éditions du GP3R, s’expliquait mal le comportement de Jean-François Dumoulin. Rarement avait-on vu le numéro 27 aussi furieux après une course à Trois-Rivières. Il a rallié le fil d’arrivée en 15e position. Il était d’ailleurs beaucoup moins dur dans ses propos envers Camirand, même s’il y a eu des contacts avec lui également.

«Je ne sais pas ce qu’il avait aujourd’hui, mais ça fessait d’un bord et de l’autre. Tout le monde avait du sang dans la tête, c’était une course folle», disait Ranger.

«C’est correct d’être agressif, mais il y a une limite. Tu as beau être chez toi à Trois-Rivières, ce n’est pas une raison pour détruire les voitures comme ça. Je connais bien J.-F., j’ai du fun avec lui d’habitude, mais là, il a sauté la coche un peu trop. C’est une finale en queue de poisson pour nous.»

Le principal concerné dans l’affaire n’a pas été impressionné par les commentaires de Ranger. «Andrew m’est rentré dedans dans le coin 2 sur l’extérieur, est-ce qu’il s’en souvient? Il a fait le même coup à Camirand par après. Ça jouait pare-chocs contre pare-chocs pendant toute la course et avec pas mal de monde.»

Une relance de trop
Pour Camirand, on peut parler d’une relance de trop. La huitième lui aura fait mal, alors qu’il dit avoir été trompé par le rythme d’Alex Tagliani, le meneur, mais aussi son coéquipier.

«Il n’a pas suivi le rythme qu’il aurait dû à la relance et ça m’a déstabilisé. L.-P. est passé devant moi, puis il y a eu un léger contact avec Labbé.»

«Le pire contact est venu de la voiture 04 (celle de J.-F. Dumoulin), dans le virage 1. C’est certain que si je ne suis pas là, il ne fait jamais le virage. Il s’est accoté sur moi et ç’a brisé le rythme. C’est plate, ma voiture manquait de vitesse après les relances, par contre on se reprenait par la suite. On l’a prouvé durant toute la course.»

La théorie du départ bloqué sonnait faux pour les frères Dumoulin. Ni Louis-Philippe, ni Jean-François n’y ont cru. «Il a raté sa relance, c’est tout, tranchait le deuxième. S’il n’est pas capable de le faire, c’est plate pour lui. C’est Tagliani qui mène le rythme. S’il pense qu’il a été bloqué, c’est qu’il n’a pas fait les choses comme il aurait dû.»

Une fois cette petite tempête passée, Jean-François Dumoulin savourait sa quatrième place. Il imitait ainsi sa performance de 2014, quand son frère était monté sur la plus haute marche du podium.

«C’est une de mes meilleures courses! L’équipe a fait du gros travail.»

De son côté, Camirand voyait un week-end prometteur se conclure sur une fausse note. Il devra encore attendre avant de savourer sa première victoire en NASCAR.

«On va revenir plus forts! Nous avons été dans la game pendant toute la fin de semaine, on a prouvé qu’on pouvait rouler à l’avant.»

Les quelque 150 personnes identifiées à son partenaire GM Paillé n’auront pas eu l’occasion de célébrer la victoire de leur préféré. Camirand leur a promis que ce n’était que partie remise.

Bris de moteur pour Lacroix

Gagnant du GP3R en 2015 et 2016, Kevin Lacroix a été victime d’un bris de moteur. Il avait qualifié sa voiture en troisième place la veille. Il se retrouve maintenant à 39 points de Louis-Philippe Dumoulin dans la lutte au championnat (328 contre 289).

Camirand (318) et Tagliani (317) sont respectivement deuxième et troisième.

Lesage satisfait
Luc Lesage était le quatrième pilote de la région à prendre part aux 50 Tours Can-Am. Il n’avait déniché un volant, celui de la Chevrolet #56, que vendredi. Il n’avait donc aucune attente. Pourtant, il a fini en neuvième place!

«J’ai évité tous les accidents et les dérapages devant moi. Au moins six ou sept! Un top-10, c’est très satisfaisant. Nous avions des problèmes samedi, une pièce de différentiel était cassée et on l’a vue seulement après la qualification. Dans les circonstances, c’est excellent.»

Ça joue dur dans les puits
On a eu droit à de belles et de moins belles bagarres sur la piste et l’action s’est transportée dans les puits, à un certain moment.

Andrew Ranger a tiré à boulets rouges sur Jean-François Dumoulin après la course.

Les équipiers de James Vance et Mark Dilley ont eu maille à partir après un accrochage entre les deux pilotes. Une altercation à l’image de cette course NASCAR.

Top-10 du GP3R

1. Alex Tagliani

2. Louis-Philippe Dumoulin

3. Alex Labbé

4. Jean-François Dumoulin

5. Marc-Antoine Camirand

6. D.J. Kennington

7. Donald Theetge

8. Frédéric Gabillon

9. Luc Lesage

10. Mark Dilley

-----------------------

Top-10 après 8 courses

1. Louis-Philippe Dumoulin (328)

2. Marc-Antoine Camirand (318)

3. Alex Tagliani (317)

4. Cole Powell (315)

5. D.J. Kennington (308)

6. Andrew Ranger (294)

7. Kevin Lacroix (289)

8. Donald Theetge (289)

9. Brett Taylor (258)

10. Adam Martin (248)