André Bouvet-Morrissette défend les couleurs des Éperviers de Sorel-Tracy depuis 2017.

Bouvet-Morrissette de retour chez les pros?

TROIS-RIVIÈRES — André Bouvet-Morrissette est de retour chez les pros. Du moins pour quelques jours! L’athlète de Bécancour, âgé de 28 ans, croyait en avoir fini avec le hockey professionnel il y a deux ans, lorsqu’il est rentré chez lui pour finir son baccalauréat. Il défend maintenant les couleurs des Éperviers de Sorel, et il a même amorcé son parcours professionnel il y a quelques mois chez Blue Sports, à Nicolet.

Mais bon, le grand attaquant de 6’3’’ est un client de Paul Corbeil, dont la persévérance est reconnue. Le Grand Manitou du Groupe Paraphe lui a mentionné la semaine dernière qu’il l’avait chaudement recommandé au Rocket de Laval, qui se cherchait des joueurs pour amorcer son camp.

Bouvet-Morrissette a été surpris sur le coup, mais en quelques jours, la petite flamme est revenue. Alors quand Joël Bouchard l’a appelé samedi pour officiellement l’inviter à son camp, l’ex-joueur des Voltigeurs de Drummondville a volontiers accepté!

«C’est du Paul tout craché! Il trouve des opportunités là où on ne pense pas qu’il y en a. Je me suis tenu en forme cet été comme à l’habitude, en pensant à ma prochaine saison avec les Éperviers. J’étais loin de me douter que ça me servirait pour un essai dans la Ligue américaine», sourit-il.

Bouvet-Morrissette ne se berce pas d’illusions, il sait qu’à la base, il est là en attendant que le Canadien fasse ses coupures. «Les équipes ont besoin de gars pour remplir des gilets. Je ne suis pas dupe. En même temps, une fois rendu là, on ne sait jamais ce qui peut se produire. J’ai été très bien accueilli par le personnel d’entraîneurs ce matin. Ils ont pris le temps de faire des corrections avec moi sur la glace, ce qui prouve qu’ils ne font pas la distinction entre les gars de l’organisation et les invités. Je vais prendre les jours un à la fois et on verra bien ce qui va se passer.»

Bouvet-Morrissette ne cache pas que la première pratique a été un peu ardue.

«Je patine depuis trois semaines à Sorel, mais ça n’a rien à avoir avec le tempo de la Ligue américaine. Joël a démarré ça avec beaucoup d’intensité ce matin, ça m’a pris une couple de minutes avant de bien me sentir. Mais plus la pratique avançait, plus je me sentais à ma place.»

Celui qui a passé cinq saisons dans les rangs mineurs professionnels, majoritairement dans la East Coast League, ne demande pas mieux que d’avoir un peu de temps pour montrer ce qu’il pourrait apporter à la table de l’équipe.

«Je comprends beaucoup mieux le jeu qu’à 21 ou 22 ans, je suis bien plus mature physiquement aussi. Ça fait de moi un meilleur joueur, j’en suis convaincu», laisse tomber Bouvet-Morrissette, qui ne se fera pas tirer l’oreille si jamais il tombait dans l’œil de Joël Bouchard et Alex Burrows.

«Ce serait très, très difficile de dire non à la Ligue américaine. À Laval en plus. Je suis trop vieux pour la ECHL, mais la Ligue américaine, c’est clair que c’est attrayant. Maintenant, ça ne donne rien de voir trop loin. Je connais mon statut ici. Je vais me présenter à l’aréna avec le seul objectif de montrer le meilleur de moi tant qu’on voudra de mes services et on verra bien comment tout ça va finir», conclut-il.