En 21 matchs jusqu’ici, Mavrik Bourque affiche 10 buts et 8 passes pour un différentiel de -3.

Bourque en avance sur Beauvillier

SHAWINIGAN — La dernière semaine de Mavrik Bourque a sûrement fait rêver un peu les partisans des Cataractes, qui ont droit à plus que leur part de pain noir depuis un an et demi.

L’ex-vedette des Estacades a été choisie en juin dernier comme la principale pierre de la reconstruction de l’équipe, alors que le dépisteur-chef Mario Carrière a investi son troisième choix au total de la séance de sélection des joueurs midgets pour le réclamer.

Depuis ce jour de juin, les parallèles sont inévitables avec Anthony Beauvillier, fer de lance du précédent cycle. Carrière avait pourtant prévenu tout le monde au repêchage qu’il ne fallait pas juger Bourque sur ses statistiques en début de carrière, car il n’était pas tiré du même moule que Beauvillier. Plus explosif, Beauvillier. Bourque, en revanche, est peut-être plus complet.

Chose certaine, c’est une belle surprise de constater que l’adolescent de 16 a déjà surpassé le total de but de l’attaquant des Islanders à sa première saison. Tito avait inscrit neuf buts et amassé 24 passes en 64 matchs, en plus d’afficher un différentiel de -27. En 21 matchs, Bourque affiche déjà un palmarès de 10 buts, huit passes et un différentiel de -3.

«C’est sûr que c’est spécial pour moi de voir ça. Anthony Beauvillier, c’est un excellent joueur. Il a fait son propre chemin. Moi aussi, j’aspire à faire le mien», sourit Bourque.

Daniel Renaud ne veut pas trop s’aventurer au jeu des comparaisons lui non plus, évoquant que c’est toujours difficile d’évaluer deux gars qui ont joué à des périodes différentes, dans des équipes différentes. Justement, c’est peut-être un peu plus facile dans ce cas-là puisque Beauvillier était au même endroit il y a cinq ans, lui aussi dans une équipe en reconstruction. Même position, même utilisation, mêmes défis...

«Il ne faut jamais oublier que les deux joueurs sont différents. Anthony avait marqué 50 buts dans le midget AAA, Mavrik est davantage un fabricant de jeu», fait valoir de son côté le directeur-gérant Martin Mondou. «Ils se rejoignent quand même sur deux aspects. Comme Anthony, Mavrik est extrêmement dédié et sérieux dans sa préparation. C’est aussi un joueur qui veut être complet, comme l’était Anthony. Ce sont les raisons qui font qu’ils ont du succès. Cette combinaison déclenche un paquet de bonnes choses», ajoute Mondou.

Bourque et les Cataractes tenteront de mériter une troisième victoire d’affilée jeudi soir lors de la visite des Wildcats de Moncton. Même s’ils ont perdu leurs deux derniers matchs, les Wildcats se bagarrent pour rien de moins que la tête du classement général. Les Wildcats misent notamment dans le champ arrière sur Gabriel Sylvestre, qui a passé ses quatre premières saisons dans la ville de l’électricité. Leur meneur offensif est Jeremy McKenna, deuxième au championnat des marqueurs avec une production de 45 points en 27 matchs.