Michaël Bournival a disputé 19 matchs avec Tampa Bay en 2016-17.

Bournival récompensé par le Lightning

Les bonnes performances de Michaël Bournival au cours de la dernière saison ont été récompensées. L'organisation du Lightning de Tampa Bay a confirmé, mardi matin, l'octroi d'un contrat d'une saison, à deux volets, au Shawiniganais.
Bournival a paraphé une entente qui pourrait lui permettre d'empocher 650 000 $ s'il réussit à percer l'alignement du Lightning. Son salaire diminuera de quelques milliers de dollars si toutefois il est rétrogradé dans la Ligue américaine.
L'attaquant de 25 ans était devenu joueur autonome sans compensation depuis le 1er juillet dernier. Même si sa situation contractuelle ne lui donnait pas encore de l'urticaire, Bournival avoue avoir ressenti un léger soulagement en apposant sa signature au bas du contrat.
«Je suis très heureux de demeurer à Tampa Bay. C'est une superbe organisation qui traite très bien ses joueurs, autant dans la Ligue nationale que dans les mineurs. Je savais que le Lightning était intéressé à ce que je demeure avec eux, j'ai donc laissé travailler mon agent et ça s'est réglé plutôt rapidement», a lancé Bournival, lorsque joint par Le Nouvelliste.
L'ancien capitaine des Cataractes de Shawinigan a fait bonne impression l'an dernier avec le Crunch de Syracuse, où il a enregistré neuf buts et dix mentions d'aide, en plus d'afficher un différentiel de + 15 en 38 matchs. Le Québécois a également disputé 19 rencontres avec le Lightning, au cours desquelles il a inscrit deux filets, en plus de récolter une passe.
«J'ai vraiment adoré mon expérience l'an dernier. J'avais un bon temps de glace même lorsque je jouais à Tampa Bay. Il y a vraiment un bon groupe de gars dans les deux équipes. Je suis très optimiste pour la suite des choses».
Un été différent
La saison morte de Bournival est quelque peu différente des autres cette année, puisque lui et ses coéquipiers ont atteint la grande finale de la Ligue américaine de hockey. Malheureusement pour le Shawiniganais, le Crunch a plié l'échine en six parties face aux Griffins de Grand Rapids. Une expérience qu'il n'oubliera pas de sitôt. «Ce fut toute une aventure, les partisans ont été d'un support incroyable. Malgré la conclusion un peu décevante, j'en ressors grandi».
Au terme de ces éreintantes séries éliminatoires, Bournival s'est permis un long congé afin de prendre du repos. L'ailier gauche a entamé sa préparation en vue de la prochaine saison il y a trois semaines. Il peaufine donc son jeu sur la glace en compagnie de Pierre Aubry, en plus de travailler avec Jean-François Brunelle hors de la patinoire au CAPS de l'UQTR, une recette qui lui a toujours souri. 
«L'entraînement va bon train en ce moment. J'aime pouvoir rester en Mauricie et être près de chez moi, j'ai l'impression d'arriver au camp d'entraînement la tête plus reposée», explique-t-il.
Bouleverser l'échiquier offensif
Aux prises avec des problèmes de commotions cérébrales lors des années antérieures, Michaël Bournival se dit heureux de la tournure des événements en 2016-17. Avec un corps en santé, il se rapportera au Lightning en excellente condition physique. 
Comme il l'avait fait il y a quatre ans avec le Canadien, le Québécois entend bien bousculer la hiérarchie offensive de l'équipe en se taillant un poste avec le grand-club. «Je sais ce que le Lightning attend de moi. Je ne suis pas là pour marquer 50 buts l'année prochaine. Ce qui m'a souri depuis le début de ma carrière, c'est l'énergie que je peux apporter et ma vitesse. Si je demeure fidèle à mon style de jeu, on ne sait jamais ce qui peut se produire».