Michaël Bournival est menacé de ne pas être de la formation lorsque la saison s'amorcera, le 8 octobre.

Bournival placé en mode survie

Alors que le Canadien n'a pas encore disputé un seul match convaincant, il se prive d'une vraie bougie d'allumage en renvoyant Michaël Bournival se dégourdir les jambes à Hamilton. J'ai beau chercher, je ne trouve toujours pas la logique derrière cette décision.
D'accord avec Michel Therrien, Bournival ne doit pas moisir trop longtemps dans les estrades. Mais sa place était dans l'alignement du Canadien jeudi soir face aux Bruins, pas dans la Ligue américaine!
L'idée n'est pas de présenter le Shawiniganais comme un martyr. Ni comme un sauveur. Il est jeune, ça fait partie de la réalité du sport professionnel de mériter ses galons. Mais pour ça, Bournival doit obtenir sa chance. Si tout était au beau fixe chez le Canadien, personne ne s'étonnerait d'une telle décision.
Or malgré une récolte de six points en quatre matchs, c'est loin d'être le cas. Avez-vous vu beaucoup de ses coéquipiers saigner du nez en échec-avant depuis le début de la saison? Des gars comme Jiri Sekac et Dale Weise sont, soyons polis, très discrets...
Laissé de côté depuis le jour 1 du calendrier, Bournival aurait été prêt à tout laisser sur la glace jeudi soir si Therrien avait fait appel à lui. Bien sûr, il sera dans le même état d'esprit à son retour de Hamilton. C'est un guerrier, Bournival, qui a joué chacun de ses matchs dans l'uniforme du Canadien avec un sentiment d'urgence. Contrairement à Sekac, personne ne lui a fait de cadeau, il a toujours mérité son temps de jeu...
Maintenant, si cette rétrogradation n'aura aucun impact sur sa fougue, elle pourrait par contre affecter sa confiance en attaque. Il s'était promis cette saison de créer plus de choses autour du filet adverse, de s'autoriser à laisser de côté certains comportements robotisés.
En fragilisant son statut, Therrien vient sûrement de lui enlever le petit soupçon d'audace qu'il voulait ajouter à sa palette. Placé en mode survie, Bournival va réagir en conséquence et c'est ce qui est le plus triste dans ces petites vacances forcées avec les Bulldogs.