Le propriétaire de Synergy Performance, Raphaël Gauthier, exécutant une flexion des jambes.
Le propriétaire de Synergy Performance, Raphaël Gauthier, exécutant une flexion des jambes.

Bouger au temps de la COVID-19

Trois-Rivières — Ces derniers jours, notre quotidien est totalement chamboulé par une crise sans précédent. Ceux qui le peuvent travaillent de la maison et les parents font tout en leur possible pour que les enfants vivent leur enfance. Mais qu’en est-il du sport dans tout ça? Comment peut-on continuer à bouger en cette période de pandémie, de confinement et de distanciation sociale?

«Il faut tenter de maintenir le plus possible la fréquence d’activité physique que nous avions avant. Si nous avions l’habitude de nous entraîner ou faire du sport deux ou trois fois par semaine, c’est bien de continuer de le faire», mentionne d’emblée la kinésiologue Geneviève Leclerc, entraîneuse-chef au centre Énergie Cardio de Trois-Rivières.

Situation extrême oblige, les centres sportifs ont été fermés en début de semaine. Les nageurs n’ont plus accès à la piscine, les joueurs de tennis n’ont plus de partenaire et les adeptes de l’entraînement en salle n’ont plus de poids et haltères. Pour plusieurs, c’est assurément déconcertant. Car si c’est bon pour le corps, le sport l’est aussi pour l’esprit.

Cet arrêt nécessaire de notre société moderne impose une modification de nos habitudes sportives. Et si cela pouvait avoir des bénéfices?

«Une personne qui s’entraîne normalement en puissance avec de grosses charges, peut miser plus actuellement sur l’endurance avec de petites charges ou le poids de son corps», précise la kinésiologue Geneviève Leclerc. «Ça ne peut pas faire de tort de s’entraîner différemment un certain temps.»

L’entraîneur Raphaël Gauthier est propriétaire du centre de crossfit Synergy Performance de Trois-Rivières. Selon lui, la clé du succès est la routine journalière. Particulièrement pour les parents de jeunes enfants.

«On peut prévoir de l’activité physique à l’extérieur avec les enfants le matin après le déjeuner et ensuite après la sieste de l’après-midi pour ceux qui ont de jeunes enfants», propose-t-il.

Pour ceux qui n’ont pas d’enfants, Raphaël Gauthier recommande d’utiliser le poids du corps pour s’entraîner. Répétées plusieurs fois, les flexions des jambes (squat) demeurent toujours très efficaces, rappelle-t-il.

Des outils en ligne

Plusieurs centres sportifs, comme Énergie Cardio, Synergy Performance ou encore le Complexe sportif Alphonse-Desjardins (gratuitement via le groupe Facebook Athlètes du CSAD), proposent sur les réseaux sociaux à leurs clients et plus largement au grand public des capsules vidéo souvent quotidiennes qui permettent de continuer à bouger en étant à la maison. Et c’est aussi une façon de garder le contact avec sa communauté sportive.

«Les gens s’entraînent à domicile, mais on voulait garder une constance dans le sport. On fait donc une vidéo par jour pour aider nos membres à continuer à s’entraîner», note Raphaël Gauthier du centre Synergy Performance.

«On voulait garder le contact avec les gens. Étant donné qu’on ne peut pas les voir et être près d’eux, le minimum qu’on peut faire c’est de faire des vidéos que les gens peuvent regarder à la maison. C’est une façon aussi de garder les gens motivés.»

Continuer à bouger permet de «changer le mal de place», ajoute Raphaël Gauthier. «On entend juste parler de COVID-19. Prendre une heure dans ta journée pour penser à toi et à ta condition physique, c’est le minimum qu’on peut faire.»

Retrouver l’enfant en nous

Pour les enfants, c’est tout naturel de bouger. Ils courent, sautent, tombent, rampent, se relèvent et recommencent. Tout ça, dans le contexte du jeu. Raphaël Gauthier souligne que ce sont pourtant les bases de l’entraînement.

«Simplement suivre les mouvements que nos enfants font, ça peut être vraiment plus épuisant que ce qu’on pense», assure le propriétaire de Synergy Performance.

«On peut aussi prendre nos enfants comme charge et faire des mouvements avec eux tout en s’amusant.»

Les petits circuits d’entraînement ou d’obstacles peuvent aussi être de belles options à explorer avec les enfants, suggère pour sa part Viviane Fiset, directrice générale du centre Énergie Cardio de Trois-Rivières.

Comment bougez-vous?

N.D.L.R. : L’équipe des sports du Nouvelliste souhaite savoir comment vous bouger seul ou avec les enfants en cette période de confinement. Nous vous invitons à nous soumettre des photos de vos activités sportives. Les photos les plus originales et représentatives pourraient être publiées prochainement sur quelques-unes de nos différentes plateformes. Vous êtes donc invités à contrer l’isolement et envoyer vos photos à sports@lenouvelliste.qc.ca.