Les joueurs du Vert et Or étaient inconsolables après la rencontre.

Bol d'Or: défaite crève-coeur du Vert et Or

THETFORD MINES — Dans un scénario dramatique, le Vert et Or du Séminaire Saint-Joseph a vu ses espoirs de rentrer à la maison avec le Bol d'Or s'envoler en fumée, samedi avant-midi, sur le terrain du stade du Cégep de Thetford. En avance pratiquement tout au long de la rencontre, les joueurs de l'entraîneur-chef Hugo Gélinas se sont finalement inclinés 28-27 face aux Voltigeurs du Collège Bourget.

Tirant de l'arrière 27-21 en fin de quatrième quart, les adversaires des Trifluviens ont orchestré une belle séquence offensive qui s'est soldée par un touché du receveur Vincent Drolet sur le dernier jeu du match. Comme le Vert et Or avait raté la transformation à la suite de son dernier touché, le point supplémentaire obtenu par les Voltigeurs grâce à celle réussie par le botteur Louis Vincent leur a permis de mettre la main sur le symbole de la suprématie du football québécois.

Cette conclusion n'était évidemment pas celle qu'espérait la troupe trifluvienne pour la saison 2019, qui était d'ailleurs parfaite jusque là. Visiblement extrêmement déçus par le résultat final, la quasi-totalité des joueurs et membres du personnel d'entraîneurs étaient en pleurs après la rencontre. Plusieurs anciens, qui portaient pour la plupart leur manteau du Vert et Or pour l'occasion, peinaient eux aussi à retenir leurs larmes. Certains devaient d'ailleurs se souvenir des autres défaites qu'a subies le Vert et Or au Bol d'Or au cours de sa longue histoire...

En bon père de famille, coach Gélinas retenait quant à lui ses émotions. Après s'être entretenu pendant de longues minutes avec ses protégés, il a pris sur lui de ramasser les cruches d'eau et les gourdes alors que ses joueurs se dirigeaient vers leurs proches pour obtenir un peu de réconfort.

«On dirait qu'on a quelque chose contre nous. On n'est pas capable de gagner ce match-là. Ils ont mis le ballon dans les mains de leur meilleur joueur au dernier jeu du match et ç'a marché», a-t-il indiqué, bon joueur, après la rencontre.

Néanmoins, il s'est dit très fier de la façon dont ses joueurs se sont battus et comportés, autant lors de la finale que pendant le reste de la saison.

«Je leur ai dit qu'ils pouvaient sortir du terrain la tête haute. Ils forment un groupe spécial et je veux qu'ils le sachent. J'en perds 33 aujourd'hui, mais je vais continuer à être avec eux dans leur cheminement», a-t-il poursuivi.

L'un des rouages les plus importants du Vert et Or cette saison, Xavier Gaillardetz, était inconsolable après la rencontre.

«C'est le pire sentiment. On savait que le fait d'avoir été invaincus en saison régulière ça ne voulait rien dire. On en a eu la preuve», a-t-il confié, entre deux sanglots. Comme prix de consolation, ce dernier a été choisi joueur par excellence des siens.

Froid et gros jeux

L'affrontement a été ponctué de plusieurs gros jeux et d'erreurs souvent attribuables aux conditions climatiques.

Après un premier quart sans point et au cours duquel les joueurs des deux équipes ont offert du jeu typiquement hivernal, le Vert et Or a ouvert la marque dès le premier jeu du deuxième quart après qu'Antonin Roy eut capté une passe du quart-arrière Simon Brunelle avant de prendre la poudre d'escampette sur 69 verges jusqu’à la zone des buts adverse. Les Voltigeurs ont cependant créé l'égalité dès la possession suivante grâce à une course de 23 verges du porteur de ballon Félix Joly.

Les Trifluviens ont par contre repris les devants dès le botté de reprise. Grâce à une longue course de 73 verges au cours de laquelle il a brisé plusieurs plaqués, Xavier Gaillardetz a à son tour porté le précieux objet pour un majeur. Le score était alors 14-7 pour les Trifluviens et est demeuré inchangé jusqu'à la mi-temps.

Le Vert et Or est revenu du vestiaire gonflé à bloc en début de deuxième demie. Après un long retour de botté d'envoi de 55 verges de Gabriel Landry-Rouette, Simon Brunelle a effectué une remise à Gaillardetz, qui s'alignait alors comme receveur intérieur. Le joueur étoile a alors galopé en puissance sur 55 verges pour marquer son deuxième touché de la rencontre.

Même s'ils tiraient alors de l'arrière par deux majeurs transformés, les Voltigeurs n'ont pas abandonné. Ils ont en effet diminué l'écart à sept points peu de temps après grâce à un touché de l'imposant Vincent Drolet, portant la marque 21-14.

Signe de maturité, les joueurs du Vert et Or n'ont pas paniqué après ce touché adverse. Ils ont en effet repris 13 points d'avance avec cinq minutes à faire au quatrième quart grâce au troisième majeur du match de Gaillardetz.

Mais comme ce fut cas plus tôt dans la rencontre, les Voltigeurs ont répondu par un autre touché transformé quelques minutes plus tard, réduisant l'écart à six points. Le Vert et Or a par la suite repris le ballon, avant de le redonner aux Volontaires pour leur ultime poussée victorieuse.

Carnet de notes

Le journaliste sportif François Bessette et l'ancien joueur des Alouettes de Montréal et du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke, Samuel Giguère, agissaient comme descripteur et analyste de la rencontre pour la webdiffusion présentée sur le site du Réseau du sport étudiant du Québec.