Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La LNH va perdre plus d'argent en disputant la saison plutôt qu'en l'annulant.
La LNH va perdre plus d'argent en disputant la saison plutôt qu'en l'annulant.

Bettman soutient que la LNH doit être prête à s'ajuster en cours de route

Alexis Bélanger-Champagne
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Le commissaire de la LNH, Gary Bettman, ne veut pas établir un cadre trop rigide en prévision de la saison de 56 matchs qui commencera mercredi, alors qu’il croit que toutes les parties impliquées devront faire preuve de flexibilité.

Bettman a rappelé que le circuit, en collaboration avec les autorités de santé publique, a établi un protocole pour limiter les risques de propagation à grande échelle de la COVID-19 entre les joueurs et le personnel des équipes. Il est aussi conscient que la situation sera plus difficile à contrôler que lors de la relance des activités cet été dans des «bulles» à Toronto et Edmonton.

Les Stars de Dallas ont déjà dû repousser le début de leur saison puisque six joueurs et deux membres du personnel de l’équipe ont produit des échantillons positifs au coronavirus. Les Blue Jackets de Columbus, les Penguins de Pittsburgh et les Canucks de Vancouver ont aussi dû annuler des entraînements en raison d’expositions possibles au virus.

«Nous allons devoir prendre des décisions en temps réel en bénéficiant du maximum d’informations possibles et des conseils des experts», a mentionné Bettman en visioconférence, lundi.

«C’est une réponse peu satisfaisante, mais nous allons devoir gérer chaque situation quand elle se présentera à nous, a-t-il ajouté lorsque questionné sur les critères qui pourraient mener au report d’un match. Il n’y a pas de solution rapide qui nous indique que ceci ou cela sera la meilleure approche.»

Le médecin en chef de la LNH, docteur Willem Meeuwisse, a indiqué qu’il avait des discussions avec ses homologues des autres circuits sportifs professionnels nord-américains chaque semaine pour partager des informations concernant la lutte contre le virus.

«Nous avons produit 12 protocoles totalisant 213 pages, a souligné Bettman. Et comme j’ai dit aux directeurs généraux et aux entraîneurs, les protocoles ne sont pas des suggestions ou des recommandations, ils sont ce que nous devons faire si nous voulons faire face et passer à travers la pandémie.»

Bill Daly, l’adjoint au commissaire, a aussi souligné que l’ajout d’un groupe de réserve composé de quatre à six joueurs offrira plus de flexibilité aux équipes si plusieurs joueurs doivent être écartés du groupe en raison de la COVID-19.

Des pertes importantes

Bettman a insisté pour dire que les équipes de la LNH vont perdre plus d’argent en disputant la saison plutôt qu’en l’annulant, indiquant que le chiffre des pertes totales à travers le circuit sera dans les milliards de dollars américains.

«Nous allons présenter cette saison parce que nous croyons que c’est important de le faire pour notre sport et parce que c’est ce que nos partisans et les joueurs souhaitent, a déclaré Bettman. Ça peut offrir une certaine normalité aux personnes en isolement ou qui doivent respecter un couvre-feu.

«Mais nos propriétaires sont d’accord à l’unanimité avec ça parce qu’ils savent qu’il était important de le faire.»

Bettman a ajouté que malgré cette situation financière inquiétante, chacune des 31 équipes allait passer à travers cette crise.


« Nous allons présenter cette saison parce que nous croyons que c’est important de le faire pour notre sport et parce que c’est ce que nos partisans et les joueurs souhaitent. Ça peut offrir une certaine normalité aux personnes en isolement ou qui doivent respecter un couvre-feu »
Gary Bettman

Il a également répété que les revenus liés à la présence de spectateurs dans les gradins (guichets, concessions alimentaires, etc.) représentent environ 50 % des revenus du circuit.

En date de lundi, seulement quatre équipes prévoyaient commencer la saison avec un pourcentage de spectateurs dans les gradins: les Stars, les Blue Jackets, les Coyotes de l’Arizona et les Panthers de la Floride.

«Il ne faut pas penser que c’est une décision financière, a insisté Daly. C’est pour rester engagé avec les partisans, parce qu’il n’y aura pas beaucoup d’argent à faire avec le faible de nombre de spectateurs admis.»

Bettman a également affirmé que certaines stratégies de commandites, comme la présence du logo d’un commanditaire sur les casques des joueurs et les nouvelles désignations des sections avec les noms de commanditaires, avaient comme objectif de maintenir des revenus, et non d’en générer des nouveaux. Il a précisé que ces moyens seront réévalués à la fin de la saison et pourraient ne pas être réutilisés la saison prochaine.

En vrac

La LNH a annoncé qu’elle présentera deux matchs à Lake Tahoe, près de la frontière entre la Californie et le Nevada, dans un décor pittoresque les 20 et 21 février. Les matchs, qui ne seront pas présentés devant des spectateurs, opposeront les Golden Knights de Vegas à l’Avalanche du Colorado, puis les Flyers de Philadelphie aux Bruins de Boston.

Les Sharks de San Jose doivent rencontrer les autorités du comté de Santa Clara mardi afin de savoir s’ils pourront commencer leur saison à domicile ou poursuivre leur exode en Arizona. Les autorités du comté ont interdit la pratique des sports de contact sur leur territoire pour limiter les risques de propagation de la COVID-19. Le premier match à domicile des Sharks est prévu le 1er février.

La LNH n’a pas l’intention de couper les lignes afin d’obtenir un vaccin contre la COVID-19, sauf si une source d’approvisionnement alternative devait s’offrir à elle. Bettman a ajouté que tout projet de vaccination obligatoire à travers la LNH nécessiterait l’approbation de l’Association des joueurs.