Marc Bergevin

Besoin de vacances!

COMMENTAIRE / Est-ce que ça va bien Marc? As-tu besoin de vacances? Crois-tu sincèrement que la descente aux enfers de ton club, entreprise au mois d’avril, relève de la malchance et d’un manque de constance?

Je pense que tu as besoin de quelques jours de repos. Les mauvaises langues répliqueront que tu dors au gaz depuis un certain nombre de mois, mais je ne me rendrai pas là.

Ton club a marqué, dimanche, son premier but à cinq contre cinq en 306 minutes. C’était aussi la première fois en sept sorties qu’il inscrivait deux buts dans un match.

Non, tu n’agiteras pas le drapeau blanc de sitôt. Tu en as fait la promesse aux membres des médias, te qualifiant de fighter. À voir tes biceps, nul doute que tu ne tournes pas les coins ronds au gym.

J’aime bien ton optimisme, mais je peine à croire que tu prévoyais qu’un défenseur comme Mark Streit aiderait ta défensive et la relance de l’attaque. Qu’il était souhaitable d’attirer Ales Hemsky à Montréal.

Savais-tu que pour le même prix (1 M$), tu aurais pu te payer Jaromir Jagr? Avec la seule présence du 68 au Centre Bell sur une base régulière, tu aurais probablement «bouché» quelques bancs rouges...

Au moins, tes p’tits gars t’ont donné un break. Deux victoires de suite ne régleront pas les problèmes, mais leur sortie face aux Canucks, dans les minutes suivant ton discours à la nation tricolore, a été concluante.

Le Canadien a gagné les 13 derniers matchs dans lesquels ton capitaine a marqué. Alex Galchenyuk a de nouveau enfilé l’aiguille de son endroit de prédilection en avantage numérique.

Charles Hudon a décoché près d’une dizaine de lancers et Karl Iron Alzner, ton homme de fer, a noirci la feuille de pointage en plus de montrer l’exemple en revenant dans le match après s’être planté dans le coin de la patinoire.

Brendan Gallagher, le véritable meneur de l’équipe, a encore une fois allumé le feu et c’est à lui que revient l’honneur de la belle remontée en troisième, alors que les Canucks menaçaient.

Quand l’action reprendra samedi contre Boston, ton équipe risque de se trouver à une douzaine de points des séries. Profite de la relâche, la dernière session s’annonce pénible...