Mais est-ce vraiment une équipe aspirante? À moins que Carey Price redevienne le meilleur joueur sur la planète, la réponse est non. Il y a au moins un gros trou de trop à l'attaque dans le top 6 pour pouvoir prétendre à ce statut. Et Bergevin a beau avoir collectionné des défenseurs au cours des dernières heures, aucun n'est qualifié pour jouer à la gauche de Shea Weber.

Bergevin se contente de peu

COMMENTAIRE / Marc Bergevin a été conséquent avec ses paroles, dans les derniers jours. Quand il a embauché Claude Julien, il a dit que son club était un aspirant à la coupe Stanley. Il s'est donc appliqué à ajouter de la profondeur et du gabarit à sa formation.
Vrai que c'était un problème à corriger, particulièrement à l'attaque. Avec une demi-douzaine de joueurs en bas de six pieds, ça faisait du schtroumpf au pied carré sur l'échiquier offensif!
Dwight King, Andreas Martinsen et Steve Ott rétablissent un peu l'équilibre, même si ce sont des joueurs de soutien. En défense, j'aime bien l'acquisition de Jordie Benn, plus efficace et plus stable que Greg Pateryn. Le Canadien est une meilleure équipe qu'il y a une semaine, pas de doute là-dessus. 
Mais est-ce vraiment une équipe aspirante? À moins que Carey Price redevienne le meilleur joueur sur la planète, la réponse est non. Il y a au moins un gros trou de trop à l'attaque dans le top 6 pour pouvoir prétendre à ce statut. Et Bergevin a beau avoir collectionné des défenseurs au cours des dernières heures, aucun n'est qualifié pour jouer à la gauche de Shea Weber. 
Il faut admettre toutefois que ces deux brèches étaient difficiles à colmater dans le marché actuel. Kevin Shattenkirk aurait pu remplir ce rôle à la ligne bleue, probablement que le prix exigé pour une location a refroidi Bergevin. Et aucun autre défenseur échangé ne pouvait faire ce job.
En attaque non plus, il n'y a pas eu avalanche de joueurs clés qui ont bougé. Thomas Vanek et Jarome Iginla ont été les prises les plus intéressantes.
Or, Vanek n'est pas le plus brave ni le plus vaillant, et il reste bien peu d'essence dans le réservoir à Iginla. Reste que ces deux joueurs, qui ont été obtenus à rabais, auraient pu donner un coup de main à l'attaque de tire-pois de Claude Julien. Je vous rappelle que ce dernier n'a toujours pas gagné un seul match en temps réglementaire depuis son arrivée à la barre de l'équipe!
Les prochains mois seront donc intéressants, dans la mesure où on verra si l'analyse de Bergevin tient la route. Un aspirant à la coupe Stanley, c'est un carré d'as dans mon esprit. En bas de ça, Geoff Molson devra se questionner s'il a besoin d'un meilleur architecte pour élever cette équipe au rang des puissances du plateau...