Marc-Andre Bergeron se dit en grande forme et prêt à faire ses valises quand il recevra une offre à son goût.

Bergeron rêve aux Olympiques

Les camps de la LNH sont ouverts. Les saisons en Europe sont amorcées. Marc-André Bergeron est encore à la maison.
La combinaison de ces trois éléments laisse croire que le Trifluvien de 36 ans est sur le point d'annoncer sa retraite, non? Pas du tout! Du moins pas à court terme. Bergeron souhaite toujours poursuivre sa carrière, mais il n'est pas pressé de choisir son prochain port d'attache. 
«On a eu des offres en Europe mais rien pour me faire partir encore. Je vais être sélectif, je n'irai pas n'importe où, ni à n'importe quelle condition. Je suis en forme, je me suis entraîné tout l'été pour jouer, je suis prêt. Reste à trouver la bonne situation», sourit celui qui a passé une décennie dans la LNH, de 2002 à 2013. 
Bergeron aurait d'ailleurs pu retenter sa chance à un camp de la LNH. Son agent lui a présenté quelques opportunités pour un essai il y a quelques semaines. Il est venu à un cheveu de réussir l'exploit l'an dernier de se tailler une place avec les Blue Jackets de Columbus, passant finalement quelques mois dans la Ligue américaine avec leur club-école à Cleveland. Ce genre d'aventure ne l'excite plus autant.
«C'est passé tellement proche l'an passé. Si je ne m'étais pas fait mal à l'épaule, je pense que j'aurais au moins joué quelques matchs LNH. Mais bon, les blessures font partie du jeu. J'ai maintenant les yeux sur d'autres choses.»
Terminer en beauté avec les Olympiques?
C'est évidemment une participation aux prochains Jeux olympiques qu'il reluque. Puisque les joueurs sous contrat avec une équipe de la LNH n'y participeront pas, la porte est ouverte pour des vétérans comme Bergeron.
Il a touché au hockey international avec la Coupe Spengler il y a quelques années, l'ex-joueur du Canadien ne demande pas mieux que de boucler la boucle avec les Olympiques.
«Il y a eu des discussions avec les gens de Hockey Canada, c'est sûr qu'ils vont prioriser les gars qui vont jouer cette saison. C'est normal, je comprends ça. C'est la raison pour laquelle on cherche une bonne opportunité. Il nous reste du temps, le tournoi olympique est à la mi-février. J'ai appris à être patient. Quand la bonne porte va s'ouvrir, je serai prêt. La famille aussi, tous nos trucs sont en règle point de vue scolaire si nous devons partir pour l'Europe.»