Alex Bellemare a signé sa quatrième meilleure performance en un an, terminant huitième de la Coupe du monde de slopestyle en Autriche.

Bellemare parmi les dix meilleurs

Le skieur acrobatique québécois Alex Bellemare pointe en huitième place à sa deuxième Coupe du monde de slopestyle de la saison. Son compatriote ontarien Evan McEachran a pour sa part récolté l’argent à cet événement présenté à Stubai, en Autriche.

Bellemare, de Saint-Boniface, a obtenu sa meilleure note de la finale à sa première descente. Les juges lui ont accordé 68 points.

«Ç’a quand même bien été. La température n’était vraiment pas au rendez-vous. Je suis content de m’être rendu en bas du parcours. Je suis quand même déçu, ce n’était pas parfait et j’aurais aimé monter sur le podium. Les obstacles du parcours étaient un peu petits, nous ne pouvions pas faire les descentes les plus difficiles au monde pour avoir un bon pointage», a-t-il commenté, lui qui avait pris le 36e rang à en août dernier à la Coupe du monde de Nouvelle-Zélande.

Le Norvégien Oystein Braaten (91,40 points) a été le plus fort de la compétition devant le Canadien Evan McEachran (86,20 points) et l’Américain Colby Stevenson (81,80 points).


«Je me sens bien et je suis très relax. J’essaie de ne pas me stresser avec tout le processus de sélection olympique. Je n’ai pas fait les finales en Nouvelle-Zélande et ici, j’ai fini huitième, ça va juste en progressant. C’est vraiment cool!»
Alex Bellemare

Les Britanno-Colombiens Tean Harle (21e), Patrick Dew (29e) et Noah Morrison (30e), l’Ontarien Max Moffatt (33e) ainsi que le Tremblantois Philippe Langevin (37e) ont été stoppés dans les qualifications vendredi.

Enjeux olympiques

La Coupe du monde de Stubai était l’une des dernières chances des athlètes de répondre aux critères de sélection olympique afin de qualifier une place pour les Jeux de 2018. Toutefois, pour ceux qui n’ont pas encore leur billet à la suite d’une préqualification, il reste encore des événements au calendrier pour faire leurs preuves et espérer se tailler une place dans l’équipe olympique canadienne.

Les spécialistes du slopestyle ont le même processus de qualification que ceux de la demi-lune, des sauts, des bosses et du ski cross. À Pyeongchang, le pays pourra envoyer jusqu’à 30 athlètes (maximum 16 femmes et 16 hommes), dont un maximum de quatre par épreuve.

Les skieurs pouvaient se préqualifier au terme de la saison 2016-17 grâce à leur résultat des Mondiaux et de la Coupe du monde de Pyeongchang. Ils doivent ensuite faire un top-12 à une Coupe du monde cette saison. Également, la Fédération internationale de ski a créé un classement basé selon un système de pointage regroupant les trois meilleurs résultats en
Coupe du monde 2016-17 et 2017-18 de toutes les disciplines acrobatiques.

«Je me sens bien et je suis très relax. J’essaie de ne pas me stresser avec tout le processus de sélection olympique. Je n’ai pas fait les finales en Nouvelle-Zélande et ici, j’ai fini huitième, ça va juste en progressant. C’est vraiment cool!», a fait savoir Bellemare.

«Tout ça est positif, mais en vrai, ma huitième place ne me sert à rien parce que, l’an passé, j’ai fini troisième, cinquième et septième. Ce sont les trois résultats qui comptent pour l’instant au cumulatif des points.»

Alex Bellemare sera de retour à la maison pour deux semaines avant de se diriger au Colorado pour le Dew Tour. Il compte d’ailleurs utiliser une nouvelle manœuvre pour épater les juges dans ses prochaines descentes de slopestyle.

«J’ai appris un Double Bio 1080. J’ai vraiment hâte de pratiquer ça cet hiver et de voir les points que je peux obtenir. Les sauts étaient trop petits ici pour que je l’essaie. J’ai aussi hâte de voir les différents parcours de rails avec lesquels j’aime bien m’amuser.»