Le Trifluvien Alex Beaucage, qui a bu dans la coupe Memorial au terme de la saison de hockey junior, est identifié comme le 64e meilleur espoir en Amérique du Nord.

Beaucage fébrile de recevoir son bulletin

Trois-Rivières — C’est la période des bulletins pour les écoliers du Québec. Pour les joueurs qui se soumettent au repêchage de la LNH, c’est un peu la même chose ce week-end à Vancouver!

Jeudi soir, Alex Beaucage va s’envoler avec ses parents et ses deux sœurs pour vivre un rêve de gamin. À moins d’une énorme surprise, il va revenir avec un nouveau maillot, gracieuseté de l’équipe du circuit Bettman qui aura réclamé ses droits professionnels.

Beaucage se présente à l’encan identifié comme le 64e meilleur espoir en Amérique du Nord. Les dépisteurs ont pu l’épier sous toutes ses coutures au cours des derniers mois. Il est apparu tôt sur les écrans radars grâce à un bon début de saison. L’adolescent de 17 ans a compilé des chiffres très avantageux au cours de cette deuxième campagne LHJMQ: 39 buts, 40 passes et 79 points, en 68 matchs. En séries, malgré une blessure lors de la première ronde, il a tout de même maintenu une moyenne d’un point par match (5-11) en 16 parties. Au passage, il a non seulement aidé les Huskies à mettre la main sur la coupe du Président, il a aussi bu dans la coupe Memorial deux semaines plus tard!

Ce repêchage viendra donc couronner une année magique pour l’ex-Estacades. «J’ai hâte, c’est sûr. Je ne suis pas encore nerveux, mais je suis sûr que samedi matin, ça va embarquer!», sourit celui qui croit être réclamé entre le deuxième et le quatrième tour. «Je vais aller avec mon agent Philippe Sauvé à l’aréna pour la première ronde le vendredi soir au cas où, mais tout indique que ma journée, ce sera le samedi. Maintenant, j’essaie de ne pas trop me fixer d’attente. J’ai vu la liste de la LNH, bien entendu, mais je n’ai pas consulté les autres listes qui circulent. C’est ma façon de ne pas me faire trop d’idées.»

Beaucage s’est dit satisfait de son Combine LNH, tenu quelques jours à peine après la conquête de la Coupe Memorial. «Bien sûr, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour me préparer physiquement à cette étape, mais je suis quand même content. J’ai eu la chance de rencontrer une vingtaine d’équipes, ce fut très enrichissant», livrait le franc tireur, qui dit ne pas avoir été trop déstabilisé par les questions. «Elles se ressemblent pas mal d’une équipe à l’autre. Celles qui te rencontrent ont un certain intérêt pour toi, elles tentent d’aller chercher un peu d’information. C’est flatteur.»

Oui, le Canadien était au nombre des équipes qui l’ont sollicité pour une petite rencontre. Beaucage a alors été questionné sur sa capacité à jouer dans le bouillant marché montréalais. «Je ne peux évidemment pas comparer ça à ce que je vis à Rouyn-Noranda en ce moment, mais ce n’est pas quelque chose qui m’effraie, bien au contraire», lance-t-il, en ajoutant qu’il ne détesterait pas repartir de Vancouver avec un gilet tricolore. «Je ne dirais pas non à ce scénario, c’est certain. Le Canadien, c’est le Canadien!»

Après une semaine de repos, Beaucage est déjà à l’entraînement en vue de la prochaine saison. «La petite pause a fait du bien mais je devais retourner au gym rapidement pour préparer la suite. Dans le fond, il ne reste pas tant de temps avant les camps d’entraînement!»