Les Québécois présents pour les matchs entre les Blue Jays et les Mets vendredi et samedi n'ont pas manqué de démontrer leur amour pour le baseball.

Baseball: un retour historique, selon Evenko

Quelques heures avant le duel remporté 2-0 par les Blue Jays de Toronto au dépens des Mets de New York au Stade olympique, le groupe evenko, promoteur et producteur de l'événement, a qualifié le week-end d'historique.
«Nous sommes extrêmement satisfaits de la réponse du public, a dit son porte-parole, Simon Arsenault. Les deux matchs (auxquels 96 350 personnes auront assisté - 46 121 vendredi et 50 229 samedi), se sont avérés un excellent rayonnement pour Montréal. Les spectateurs se sont déplacés de partout au Québec, de l'Ontario et des États-Unis.»
L'importante affluence - 20 000 personnes de plus que pour les deux matchs de calendrier régulier disputés en Australie la semaine dernière - fera réagir la direction du Baseball majeur. «Les assistances pour ces deux rencontres feront ouvrir les yeux à bien des gens à la haute direction du Baseball majeur et plusieurs propriétaires d'équipes, a déclaré le vice-président senior John McHale fils. (...) Cela aura pour effet que nous devrons réévaluer l'intérêt que portent les Montréalais à l'endroit du baseball.»
Du côté de la Régie des installations olympiques, son nouveau président-directeur général, Michel Labrecque, a souligné à quel point la première visite du Baseball majeur à Montréal en 10 ans a servi à démontrer l'utilité du Stade olympique. «C'est une preuve de plus que le Stade olympique, avec plus de 50 000 sièges, demeure un amphithéâtre qui est capable de recevoir de grands événements sportifs. On accueille des événements culturels, des grands salons, etc., mais ça demeure un grand stade de sport.»
Le président des Blue Jays, Paul Beeston, a répété les propos qu'il avait tenus la veille à La Presse Canadienne en rappelant à quel point l'organisation était surprise des assistances et de l'appui que lui a manifesté le public montréalais. «(Vendredi soir), nous avons vécu une soirée spéciale dans l'histoire des Blue Jays, a-t-il souligné. Ce n'est pas tous les soirs que vous allez sur la route et que vous êtes les bienvenus. Ça n'avait pas l'ambiance d'un match préparatoire.»
Pour sa part, Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, a fait remarquer que les matchs du week-end ne se sont pas avérés un exercice de nostalgie et que plusieurs jeunes spectateurs ont assisté à ces rencontres, ce qui n'est pas pour déplaire à d'éventuels investisseurs.
«Ce n'est pas seulement de la nostalgie: il y a un désir, il y a un rêve. Quel moment exceptionnel. On avait dit dans notre étude que les Québécois, et les Montréalais, avaient le goût de voir du baseball, et bien aujourd'hui, ils sont là.»