Le Baseball majeur et ses arbitres doivent discuter d'un plan qui ferait en sorte que l'arbitre en chef porte un micro afin d'expliquer les décisions prises à la suite d'une reprise vidéo, un peu à la manière de la NFL.

Baseball majeur: les arbitres au micro?

Adrian Gonzalez plonge au marbre, semble battre le receveur des Cubs Willson Contreras, mais est déclaré retiré. «Sauf!», crient les partisans au Dodger Stadium, qui viennent de voir la reprise sur l'écran géant.
Les arbitres révisent la séquence sur vidéo et près de trois minutes plus tard, ils rendent leur décision: retiré!
Vous voulez savoir exactement comment sont prises ces décisions contestées, comme celle-ci dans la dernière série de championnat de la Nationale? Bientôt, peut-être que nous le pourrons.
Bien que rien ne soit encore convenu, le Baseball majeur et ses arbitres doivent discuter d'un plan qui ferait en sorte que l'arbitre en chef porte un micro afin d'expliquer les décisions prises à la suite d'une reprise vidéo, un peu à la manière de la NFL.
Selon un des scénarios proposés, la première utilisation de ce système serait faite lors du match des Étoiles du 11 juillet. Il serait peaufiné pendant la deuxième moitié de saison et utilés pendant les séries.
Des personnes au fait de ces négociations ont parlé sous le couvert de l'anonymat à l'Associated Press puisque aucune entente n'a pour l'instant été conclue.
L'an dernier, le Baseball majeur avait demandé à l'arbitre au marbre de porter un micro pour le match des Étoiles, mais on avait manqué de temps.
Les arbitres sont à mi-chemin de leur convention collective de cinq ans et tout changement entraînerait des négociations, en plus de devoir s'assurer que les deux parties soient confortables avec ce système, qui devra être efficace, précis et facile.
Alors il n'y a aucune façon de savoir si les partisans à Camden Yards, au Coors Field ou tous les autres stades des Majeures reconnaîtront bientôt les voix des vétérans arbitres en chef, qu'ils soient le chanteur country Joe West, le pasteur Ted Barrett ou Dale Scott, qui a déjà été disc-jokey d'une station top 40.
«Ce serait apprécié d'obtenir un peu plus d'explications, a admis le releveur des Marlins Brad Ziegler. Ils devraient dire que la décision est maintenue ou confirmée. La plupart du temps, on n'obtient rien de cela. Ils ne font que signaler sauf ou retiré.
«Parfois, l'annonceur-maison le signale, mais ça ne semble pas être fait de façon uniforme d'un stade à l'autre. Et dans notre stade, en raison de l'acoustique, nous avons du mal à entendre notre annonceur dans l'enclos.»
Dans la NFL, d'entendre «après révision» fait maintenant partie de l'expérience d'une rencontre. La Ligue nationale de hockey demande aussi à ses arbitres d'expliquer les décisions rendues à la suite de reprises vidéo.
La NBA utilise une approche différente: les arbitres ont une conversation avec la centrale de révisions, expliquent la décision à la table du marqueur officiel et aux deux bancs, puis l'annonceur-maison informe la foule.
Le Baseball majeur a tenté d'accélérer le processus de révision cette saison, visant un temps maximal de deux minutes.
«Ça prendra plus de temps, a indiqué le lanceur des Red Sox David Price. Ça ne va pas accélérer le processus.»
Cela ne rendrait pas le processus plus intéressant pour les spectateurs?
«Oui, jusqu'à ce qu'ils éprouvent des ennuis avec le micro», a-t-il ajouté.
Pour la vedette des Marlins Christian Yelich, ça ne changerait rien pour lui.
«Qu'ils vous expliquent la décision ne la changera pas», a-t-il argué.
---
Le journaliste de l'Associated Press Steven Wine et le pigiste Ken Powtak ont contribué à cet article.