L’un des actionnaires majoritaires des Aigles de Trois-Rivières, Jean Tremblay, et le directeur général, René Martin, ont rencontré les médias après la rencontre.

Avenir des Aigles: une décision rendue d’ici mardi midi

TROIS-RIVIÈRES — La journée de lundi a été sans l’ombre d’un doute l’une des plus importantes de l’histoire des Aigles. En plus d’avoir obtenu un délai supplémentaire de 12 heures pour prendre la décision de poursuivre ou de mettre fin à l’aventure du baseball professionnel à Trois-Rivières, les propriétaires ont été informés en fin de journée que leur président, l’ex-hockeyeur professionnel Marc-André Bergeron, quittait ses fonctions.

Une vingtaine d’hommes et de femmes d’affaires ainsi que des représentants du milieu institutionnel, dont le maire Jean Lamarche et le conseiller municipal Michel Cormier, avaient répondu positivement à l’invitation lancée par les propriétaires afin de prendre part à la rencontre, qui avait ni plus ni moins comme objectif de fixer le sort du club. Alors qu’ils devaient faire part de leurs intentions avant 23 h 59, les actionnaires Jean Tremblay (Vertdure) et Michel Côté (Côté-Réco) ont finalement obtenu un autre, et ultime délai. Ils devront prendre leur décision d’ici mardi midi.

Les propriétaires avaient lancé ce cri du cœur afin de voir quel est l’attachement de la communauté des affaires pour l’équipe qui s’alignait, jusqu’à la saison dernière, dans la Ligue Can-Am. Ce circuit ainsi que la Ligue Frontier, deux ligues indépendantes de baseball, confirmeront bientôt leur fusion. Or, ce nouveau circuit demandera des garanties. Les cinq autres clubs de la Can-Am, dont Québec et Ottawa, ont déjà signifié qu’ils désiraient emboîter le pas. Rockland, Sussex et New Jersey, les formations américaines, sont également prêtes pour la fusion.

À la fin de la rencontre, qui a duré un peu moins de deux heures et auquel le président démissionnaire n’a fait que passer, Jean Tremblay a indiqué qu’il avait demandé aux personnes qui avaient répondu à son invitation de mettre sur papier leurs impressions et commentaires ainsi qu’en quoi ils pourraient aider les Aigles à l’avenir. 

Avares de commentaires à leur sortie de la salle de conférence du deuxième étage du Salon de jeux de Trois-Rivières, les participants étaient souriants pour la plupart.

«Nous allons lire tout ça et prendre une décision», avait-il déclaré.

Selon ce qu’il a été permis d’apprendre, une dizaine, voire une quinzaine de personnes, pourraient avoir de l’intérêt à rejoindre Tremblay et Côté, en s’impliquant financièrement d’une manière ou d’une autre.


Marc-André Bergeron

Bergeron satisfait de son travail

L’athlète retraité devenu homme d’affaires a fait part de sa décision aux membres de l’organisation lors d’une rencontre qui a précédé celle à laquelle étaient convoqués les gens d’affaires désireux de s’impliquer afin d’assurer la survie de l’équipe de baseball. Ils semblent d’ailleurs que son départ ait ébranlé plusieurs personnes qui étaient loin de se douter qu’il envisageait de quitter le navire.

Joint par Le Nouvelliste quelques minutes après que Jean Tremblay eut confirmé son départ, le principal intéressé a affirmé que sa démission n’était pas attribuable aux récents rebondissements concernant l’avenir de la formation, présente sur le territoire trifluvien depuis 2013. 

Alors que les Aigles espéraient obtenir une aide ponctuelle supplémentaire de 50 000 $ de la Ville de Trois-Rivières pour assurer leur saison 2020, le conseil municipal a plutôt choisi, la semaine dernière, de reporter la décision après l’adoption du budget 2020, en décembre prochain.

«Je m’étais fixé des objectifs au début de la saison et je les ai réalisés. Je crois que je suis bon pour de nouveaux défis», a-t-il déclaré, avant d’avouer que cette décision n’a pas été facile à prendre.

Pour l’instant, Marc-André Bergeron demeure propriétaire des Aigles dans une proportion de 10 %. Rappelons qu’en raison de la convention qui l’unissait aux deux actionnaires majoritaires, il ne participait plus aux déficits de l’organisation. Il a confié d’ailleurs qu’il serait prêt à se départir de ses parts à un très bon prix si un investisseur sérieux lève la main.

Parmi les autres dossiers qui l’occupent en ce moment, notons que Marc-André Bergeron a été mandaté par la Ville de Trois-Rivières pour trouver une équipe de hockey qui occupera le nouveau Colisée, présentement en construction au District 55.