Xavier Laneuvile va bientôt s’envoler pour Orlando.

Aux portes de son rêve

TROIS-RIVIÈRES — Son dernier examen de l’école secondaire étant bientôt chose du passé, Xavier Laneuville pourra enfin s’attaquer à son rêve de devenir un joueur de soccer professionnel. Le Trifluvien de 17 ans s’envolera au cours des prochains jours vers Orlando, où il aura la chance d’établir un premier contact avec son nouveau domicile, à la prestigieuse Académie Montverde.

Depuis le temps qu’il en rêve, le surdoué du Séminaire Saint-Joseph peine à tenir en place à l’aube de ce nouveau chapitre. «J’ai vraiment hâte. Je rêve de devenir un joueur professionnel. Je sens que je suis de plus en plus proche de ce but en me joignant à l’Académie Montverde.»

Sous les rayons de la Floride, le milieu de terrain passera un mois à s’entraîner avec le Gold Team de l’Académie Montverde, un groupe sélect qui n’ouvre ses portes qu’aux meilleurs joueurs de l’institution. À Orlando, Laneuville ne sera pas en terrain totalement inconnu puisqu’il côtoiera Jérémy Di Lallo, un Québécois avec qui il a eu l’occasion d’évoluer sur les différentes formations provinciales au fil des ans.

Après un mois d’acclimatation à Orlando, Laneuville rentrera brièvement au bercail pour deux semaines, avant de reprendre la route des États-Unis pour de bon, à la mi-août, pour le début de l’année scolaire. «C’est toujours rassurant de connaître quelqu’un. Les joueurs viennent d’un peu partout sur la planète alors il va pouvoir me présenter aux autres. Mes premières semaines vont aussi me permettre de me familiariser avec l’environnement dans lequel je vais évoluer pour la prochaine année.»

Avant de quitter pour le pays de l’Oncle Sam, le Trifluvien a eu l’occasion de disputer quelques matchs avec la formation U21 du Club de soccer de Trois-Rivières qui évolue dans la Ligue de soccer élite du Québec. De plus, Laneuville a aussi pris part au camp d’évaluation Ribeiro-Moojen, piloté par Antonio Ribeiro et Freddy Moojen, une vitrine offerte aux joueurs québécois désirant démontrer leur savoir-faire aux dirigeants des programmes universitaires américains.

Après des résulats intéressants l’an passé, Laneuville a une fois de plus réussi à attirer les regards. «Mon entraîneur à Montverde (Mike Potempa) semblait très satisfait de ce que j’ai livré. Aussi, il y a des déjà des universités américaines qui sont intéressées à moi, dont certaines de première division NCAA.»

Laneuville n’était d’ailleurs pas le seul produit de la région à tenter sa chance à ce camp.

Youssef Mouehli, un ancien des Rebelles de l’Est et de l’Académie de l’Impact, a lui aussi pris part au rendez-vous.