Les lanceurs des Aigles devront commencer à retirer des joueurs sur une base régulière. Sans quoi on pourrait bien revivre l'histoire de 2016.

Aux lanceurs de se lever

ANALYSE / Si les Aigles souhaitent éviter un scénario semblable à l'an dernier, alors qu'on les identifiait comme une équipe sortie de la course aux séries dès la fin du mois de juin, leurs lanceurs devront commencer à retirer des joueurs sur une base régulière. Sans quoi on pourrait bien revivre l'histoire de 2016.
Vrai que les Oiseaux n'ont pas encore démontré toute la puissance au bâton que le gérant T.J. Stanton leur promettait. En ce sens, Javier Herrera compte déjà 17 retraits au bâton en 10 sorties et il a démontré des signes d'impatience, dimanche, alors que son club subissait une raclée à domicile face aux Jackals.
Zach Mathieu, qui a beaucoup de difficulté à juger les tirs depuis le début de l'année, de même que Kyle Lafrenz et Brenden Webb, deux joueurs au statut LS-5, frappent tous pour moins de ,200.
Malgré tout, les Aigles ont mieux frappé la balle la semaine dernière. C'était pas mal plus convaincant qu'à Ottawa en lever de rideau et le jeu défensif s'est grandement amélioré, gracieuseté de l'arrêt-court Alexander Ayala, si on oublie ses gaffes de samedi.
Qui plus est, ce dernier a rapidement trouvé ses repères au bâton dans la Ligue Can-Am. Plutôt encourageant pour la suite.
Non, les principaux problèmes des Aigles résident surtout au monticule. Étonnamment, ils misent sur un ancien releveur étoile des Capitales de Québec comme gérant! Et c'est sans doute un avantage: Stanton profitera de son vécu pour guider ses hommes à ce chapitre, chose qu'il fait déjà aux côtés de l'entraîneur des lanceurs Matthew Rusch.
Parlant de Rusch, pour un as de sa trempe, disons que ce n'est pas le départ anticipé. Déjà trois défaites au compteur en autant de décisions: on s'attend à plus de lui qu'une moyenne de points mérités de 6,89. L'adversaire accumule les pique-niques contre lui, comme l'illustre cette moyenne au bâton de ,394 à ses dépens.
En dépit de toutes les difficultés vécues par les Oiseaux il y a un an, Rusch était parvenu à enregistrer 7 victoires contre 8 défaites. Il frôlait ainsi la fiche de ,500 et confirmait son statut de meilleur lanceur de l'organisation. On ne s'attend pas à moins cet été, surtout avec l'absence qui se prolonge pour le deuxième vétéran de la formation, Jeremy Kehrt.
Le Dominicain Angel Rincon devrait venir aider, lui qui a enfin obtenu ses papiers et devrait se présenter aux Oiseaux dans les jours à venir. Ce ne sera pas de trop après la performance de certains releveurs face aux Jackals.
Mais Rusch n'est pas le seul à se chercher. La moyenne générale de coups sûrs et de buts sur balles accordés par manche (WHIP) chez les Aigles, atteint 1,80. C'est bon pour le dernier rang dans la Ligue Can-Am et ça démontre à quel point les lanceurs peinent à retirer les frappeurs des autres équipes.
Hormis Edilson Alvarez et Ryan Leach, tous les lanceurs des Aigles ont une moyenne de points mérités supérieure à 5,00. Bref, au baseball, les chiffres parlent d'eux-mêmes. Et en ce moment, une lourde tendance se dégage à Trois-Rivières avec les hommes de confiance de Stanton, qui mettent ainsi beaucoup de pression sur une offensive en rodage.
Les Aigles n'ont complété que 10 % de leur saison jusqu'ici et leur équipe paraît plus talentueuse que celle de l'édition 2016. Sauf que le rodage ne pourra durer éternellement.