Aucune gardienne de première année n’a remporté plus de matchs (9) que la Trifluvienne Aurélie Dubuc, cette année dans la Ligue universitaire de hockey féminin du RSEQ.

Aurélie Dubuc brille à son année recrue

Trois-Rivières — Pendant que les hockeyeurs du campus de l’Université d’Ottawa affrontent ceux de l’UQTR, le volet féminin du programme des Gee-Gees se prépare pour le début des séries. L’une de ses têtes d’affiche est une gardienne de but de Trois-Rivières.

Avec neuf victoires en 14 matchs, aucune recrue n’a fait mieux qu’Aurélie Dubuc cette saison dans le réseau universitaire de hockey féminin au Québec. On dit au Québec, puisque les Gee-Gees, à l’image des Ravens de Carleton, jouent contre trois équipes québécoises du RSEQ. Elles ont terminé au troisième rang sur cinq, en partie grâce à l’excellent travail accompli par Dubuc.

La jeune femme de 21 ans venait d’être choisie athlète de la semaine sur son campus, toutes disciplines confondues, quand elle a retourné l’appel du Nouvelliste, à l’aube des éliminatoires.

«Est-ce que je suis surprise? Oui! Je ne m’attendais pas à si bien faire dès ma première année. Après les Fêtes, mon entraîneure m’a clairement envoyé un signal: on devait avoir une gardienne numéro un. En excluant une petite blessure, je pense m’en être bien tirée.»

Et comment! Son pourcentage d’arrêts de ,926 est l’un des meilleurs de la ligue. Sa moyenne de buts alloués de 2,03 aussi, en tenant compte du nombre de parties disputées. Pas plus tard que dimanche, ses Gee-Gees ont causé une surprise en battant les puissantes Ravens 5-3.

«Premièrement, je dois dire que ça fait du bien de gagner», sourit l’étudiante en sciences biopharmaceutiques, qui suit ses cours en français dans une université bilingue.

Pas que Dubuc ne se plaisait pas avec son club collégial de Lionel-Groulx (Sainte-Thérèse), mais les résultats n’étaient pas au rendez-vous. Avec Ottawa, ce qu’il y a d’encourageant, c’est que les filles semblent avoir pris leur erre d’aller après Noël. Voilà qui est de bon augure pour les séries, qui s’amorcent jeudi à Montréal contre les Martlets de McGill.

Aucune gardienne de première année n’a remporté plus de matchs (9) que la Trifluvienne Aurélie Dubuc, cette année dans la Ligue universitaire de hockey féminin du RSEQ.

«Les recrues forment la moitié de notre club, on est certainement l’équipe la plus jeune du circuit.»

Aurélie Dubuc s’attend à compléter son baccalauréat en quatre ans. Ça lui laisse beaucoup de temps pour s’imposer chez les Gee-Gees. Au final, elle ne regrette pas son choix d’avoir opté pour le hockey universitaire canadien. Elle convoitait aussi la NCAA.

«Je suis agréablement surprise par le niveau de jeu de notre hockey universitaire féminin. C’est très intense! J’ai même assisté à une bagarre, avec expulsions et tout, lors de notre dernier match contre les Carabins.»

Si les Gee-Gees réussissent à éliminer McGill au bout de leur série deux de trois, elles se qualifieront d’office pour le tournoi national, prévu le mois prochain à l’Île-du-Prince-Édouard.

Une invitation?

Si Dubuc poursuit son cheminement de cette façon, elle pourrait bien finir par enfin recevoir une invitation de Hockey Canada pour un camp d’entraînement. À 5 pieds 7 pouces, elle ne croit pas que son physique pose problème.

«Ils regardent moins la grandeur des gardiennes en hockey féminin», souligne avec justesse la principale intéressée, qui a toujours joué avec des garçons avant son entrée au cégep.

«C’est peut-être ça qui m’a nui, concède-t-elle. J’étais avec les gars dans les rangs juvéniles, ce n’est pas toujours bien vu par des dirigeants du hockey. Ça ne faisait pas l’affaire de tout le monde, quand je débarquais dans des camps d’essai.»

«C’est certain que j’aimerais qu’on me contacte pour une invitation, mais ça ne sera pas la fin du monde si ça ne se produit pas.»

Avec ses études, Aurélie Dubuc veut participer à l’avancement de la science en développant de nouveaux médicaments. Qu’elle soit invitée ou non à des camps d’Équipe Canada, elle aidera assurément la société. D’ici là, elle donne un solide coup de main au programme de hockey des Gee-Gees.