Au tour de la Classique de canots d’écoper

Trois-Rivières — Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, il n’y aura pas de départ de la Classique internationale de canots à La Tuque. Ni de passage remarqué devant des milliers de personnes à Shawinigan, ou encore une arrivée à Trois-Rivières, à l’embouchure de la rivière Saint-Maurice et du fleuve Saint-Laurent.

L’organisation de la légendaire épreuve de type canot marathon en a fait l’annonce jeudi. Son conseil d’administration n’a eu d’autre choix que de suivre la lourde tendance observée dans le secteur événementiel, cruellement frappé par la pandémie de COVID-19.

«Oui, on va en sortir avec des égratignures et des ecchymoses, mais nous serons prêts pour l’édition de 2021», confie le directeur des compétitions et coordonnateur de la Classique, Dominic Thibault, un kinésiologue présentement sur la ligne de front en zone de dépistage.

Il profitait de sa journée de «congé», jeudi, pour répondre aux questions des médias à la suite de l’annulation du rendez-vous annuel des canotiers, qui était prévu du 31 août au 3 septembre.

«On a pensé de modifier la formule. Comment arriver à respecter la distanciation sociale sur 200 km? Où ferons-nous les ravitaillements, comment contrôlerons-nous les attroupements? Nous avons planché sur diverses possibilités et au final, il a fallu se rendre à la conclusion que ce serait difficile.»

Thibault confirme que l’annulation des Défis du parc, une activité prisée des triathlètes et des cyclistes, a influencé la décision de son CA.

«C’est impossible de respecter les mesures sanitaires avec un peloton d’une quinzaine de personnes en C-2, encore moins en rabaska! On n’aurait pas voulu devenir un foyer de contagion du coronavirus. Avec mon travail, je suis le premier à rappeler qu’il faut respecter les mesures.»

Le coup est difficile à encaisser pour les athlètes, les organisateurs et les nombreux partenaires. Plusieurs s’entraînent en vue de la saison depuis quelques mois déjà.

Des trois étapes de la Triple couronne, la Classique est la deuxième à lever le drapeau blanc face à la pandémie pour 2020: la General Clinton Canoe Regatta dans l’État de New York n’aura pas lieu. On attend des nouvelles du Marathon du Michigan.

«Ce sera difficile, tant qu’il n’y aura pas de vaccin, de penser à nous réunir», regrette Thibault, qui a hérité d’une organisation en meilleure santé, après le travail abattu entre autres par Stéphane Boileau.

«On va être encore là en 2021 pour poursuivre notre mission de relancer le canot long parcours. Nous espérons seulement ne pas perdre de membres et d’adeptes du sport.»

La Classique vise aussi à rendre hommage à ses artisans et ses partenaires avec une activité symbolique, qui respecterait bien sûr les mesures de distanciation physique.

Jimmy Pellerin et Steve Lajoie ne pourront défendre leur titre acquis à la Classique de 2019, du moins pas cet été.

«Ça pourrait se réaliser par projection ou vidéo, on ne sait pas encore. Nous avons plein de canotiers au front, des gens qui travaillent entre 12 et 16 heures par jour pour le bien de notre société. Même s’il n’y a pas de course, on voudrait leur faire un clin d’oeil.»