Steve Turcotte
Lorenzo Canonica sera courtisé par les Cataractes au cours des prochains jourd.
Lorenzo Canonica sera courtisé par les Cataractes au cours des prochains jourd.

Après le choc, le flirt

CHRONIQUE/ Lorenzo Canonica a failli tomber en bas de sa chaise mardi quand il a appris que les Cataractes l’avaient sélectionné au repêchage européen.

Ce Suisse de 17 ans, éligible au repêchage 2021 de la LNH, s’attendait certes à se faire réclamer cette journée-là. Mais pas par Martin Mondou, qui a probablement damé le pion à une autre équipe de la LCH qui avait des liens plus étroits avec le clan Canonica.

Ce genre de manœuvre est courante au cours de cette séance. Les clubs parlent à des agents, tracent des plans A, B, C qui sont de potentiels ponts pour traverser l’océan. Si ces ponts explosent en cours de route parce que d’autres équipes étaient sur les mêmes dossiers, alors les hommes de hockey pigent dans le grand catalogue.

Plus le gars choisi est talentueux, plus c’est compliqué de réaliser une entente après coup. Ces jeunes ont d’autres options…

Un pari

Mondou savait qu’il venait de prendre un pari en choisissant Canonica, le meilleur joueur de son groupe d’âge dans son pays. Le talent ne fait aucun doute. Des rumeurs dans le milieu laissaient entendre qu’il est intéressé à se déraciner. Une autre équipe de la LHJMQ a dit à Mondou après sa sélection que Canonica était numéro un sur sa liste…

Ce beau pedigree sera toutefois bien inutile si Canonica reste chez lui. Mondou a déjà fendu l’air par le passé avec des initiatives semblables, il sait bien qu’il a été audacieux. La suite sera intéressante.

Pour le clan Canonica, une décision en vue de l’an prochain est imminente. Une dizaine de jours, deux semaines maximum. Son agent Sandro Bertaggia assure qu’il n’avait aucune entente sous la table avec une autre équipe canadienne. Il veut bien écouter ce que les Cataractes ont à dire. «On avait été clair avec les équipes que le plan de Lorenzo, c’était de jouer à Lugano la saison prochaine. C’est tout près de chez lui, et il y a un bon programme en place, avec une équipe junior et une équipe professionnelle. Ce fut donc toute une surprise de voir les Cataractes le sélectionner. Soudainement, la situation change, et il faut bien l’analyser. C’est ce que nous ferons au cours des prochains jours, puis la famille prendra une décision», explique Bertaggia.


« Je connais bien les patrons des Cataractes, ainsi que la Ligue canadienne de hockey. Je pourrai faire un tableau juste à la famille, qui a maintenant deux belles options à sa disposition. Elle fera ensuite son choix. »
Sandro Bertaggia, agent de Lorenzo Canonica

L’agent veut bien sûr parler à Lugano pour connaître le plan de l’organisation. Puis il répètera le même processus avec Mondou. En bout de ligne, ce n’est pas le fric qui va être décisif, mais bien l’environnement. «À son âge, le principal facteur, c’est le développement. Quel sera son rôle dans l’équipe? Avec qui il aura l’occasion d’évoluer? Est-ce que l’équipe est solide? L’organisation? Je connais bien les patrons des Cataractes, ainsi que la Ligue canadienne de hockey. Je pourrai faire un tableau juste à la famille, qui a maintenant deux belles options à sa disposition. Elle fera ensuite son choix.»

Le canal de communication est donc bien ouvert. Voilà un premier pas. Mondou a deux semaines pour faire le reste de la route le séparant d’une entente!

Toujours pas d’entraîneur

Parallèlement, les Cataractes se cherchent toujours un nouveau pilote. Ron Choules a été embauché mais tout indique que c’est en tant qu’entraîneur associé qu’il servira le club, pas en tant que pilote.

Gordie Dwyer est-il encore dans le portrait? Dur à dire. Mais comme il est le dernier pilote de l’équipe, et qu’il n’est toujours pas de retour, c’est facile de croire qu’il est toujours le candidat numéro un de Mondou. En coulisses deux autres noms circulent mais je n’arrive pas à avoir de confirmations, alors je vais attendre un peu avant de vous les soumettre. Je peux quand même vous donner des indices : l’un est un entraîneur avec beaucoup d’expérience, l’autre est adjoint dans le circuit… D’une façon ou d’une autre, Mondou ne semble pas pressé de prendre une décision dans ce rayon.

Surveillons aussi les cas de Michael Mastrodomenico et Thomas Pichette, deux joueurs qui évaluent leurs options en vue de l’an prochain. Mastrodomenico a été le premier choix de l’équipe le mois dernier. Depuis, il y a eu plusieurs discussions entre les deux clans. Pas impossible que Mastrodomenico attende au prochain camp avant de prendre une décision mais chez les Cataractes, on pense avoir de bonnes chances de le convaincre de jouer en Mauricie.

Quant à Pichette, c’est un peu plus nébuleux. Il est engagé avec l’université du Maine. Il devait donner sa réponse aux Cataractes à la mi-juin mais il n’a toujours pas statué. Pour les joueurs qui ont différentes options, ce carrefour est embêtant. Comment être sûr de prendre la bonne décision? Il n’y aucune garantie, d’un côté comme de l’autre. La COVID-19 complique encore plus la situation. Au souper familial, les discussions doivent être animées…