La Nicolétaine Angélique Proulx a disputé sa première saison de hockey collégial avec les Titans du Cégep Limoilou.

Angélique Proulx: «Une très belle année»

TROIS-RIVIÈRES — La hockeyeuse originaire de Nicolet, Angélique Proulx, a connu une saison de hockey assez chargée. En plus de disputer sa première saison de hockey collégial avec les Titans du Cégep Limoilou en division 1, elle a aussi participé aux Jeux du Canada et a fait une tournée en Chine pour promouvoir le hockey féminin. Ce n’est pas pour rien qu’elle représente l’un des plus beaux espoirs du hockey féminin au pays.

Proulx jouait avec les Rafales de la Mauricie lorsqu’elle évoluait au niveau midget, en plus de faire partie du programme de développement hockey en sport-études à l’Académie les Estacades.

Elle a par la suite décidé de poursuivre ses études au Cégep Limoilou en sciences de la nature, où elle pouvait alors conjuguer ses études avec le hockey collégial.

Le programme fonctionne selon un horaire adapté similaire au sport-études à l’école secondaire pour permettre le plus possible aux étudiants de concilier leurs études et le sport sans mettre en péril les résultats scolaires.

«Ça a été une très belle année, je n’aurais pas pu espérer mieux. On a quand même gagné un tournoi et les séries en plus d’avoir la chance d’aller en Chine», mentionne-t-elle.

Les Titans ont été sacrées championnes provinciales, remportant la finale des séries éliminatoires contre Lennoxville.

En 20 matchs de saison régulière, la défenseure a marqué un but et récolté sept mentions d’aide pour un total de huit points.

Proulx a effectué une tournée en Chine, avec les Titans, pour promouvoir le hockey féminin en Chine en vue des Jeux olympiques de 2022 à Pékin.

«Je pense que je me suis bien adapté au niveau collégial parce qu’il y a quand même une coche entre le midget et le collégial, surtout par rapport à la rapidité. Le jeu est vraiment plus vite, on voit que les filles ont plus d’expérience», poursuit Proulx.

Au printemps dernier, elle a pris part aux Jeux du Canada avec l’équipe du Québec. Les Québécoises se sont malheureusement inclinées en finale face à l’Alberta, par la marque de 2-1. «Ça a été une très belle expérience, on est vraiment passées proche de la médaille d’or. On avait vraiment une belle équipe, ça a été un beau trip», confirme l’athlète de la région.

Promouvoir le hockey féminin en chine

Son équipe collégiale a eu la chance de faire une tournée en Chine en mai dernier pour promouvoir le hockey féminin en vue des Jeux olympiques de 2022 qui auront lieu à Pékin. Les Titans ont participé au Tournoi international de la Longgang Cup à Shenzhen avant d’affronter les Kunlun Hongxing, la sixième équipe de la défunte Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF).

Elles ont enfin pris part à une rencontre amicale avec l’équipe nationale féminine de hockey junior chinoise. «Elles veulent se préparer pour avoir une bonne équipe pour les Jeux olympiques. On a eu droit à du très bon calibre même si c’est moins populaire là-bas. Tu vois que c’est plus difficile au niveau du système de jeu et des habiletés, mais elles sont aussi rapides que nous», soutient-elle.

Les hockeyeuses du Cégep Limoilou se sont rendues dans plusieurs écoles pour inciter les jeunes filles à jouer au hockey, en plus de visiter plusieurs attraits touristiques chinois.

L’athlète de 18 ans prévoit poursuivre ses études universitaires en kinésiologie dans une institution où elle pourra toujours jouer au hockey. Elle a été approchée par l’Université d’Ottawa et l’Université Concordia, mais comme il lui reste deux saisons avec les Titans, d’autres opportunités pourraient s’offrir à elle d’ici la fin de ses études collégiales. «C’est mon objectif de jouer au hockey universitaire, je veux vraiment aller chercher un diplôme. Peu importe, ça peut être avec le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) ou aux États-Unis, je magasine encore ça», affirme Proulx.

Elle possède toujours le rêve de participer aux Jeux olympiques avec l’équipe canadienne. «C’est encore mon rêve. Juste de pouvoir être sur le programme de développement de Hockey Canada, ce serait gros pour moi.»

Quel avenir pour le hockey féminin?

Avec la dissolution de la LCHF plus tôt cette année et l’augmentation en popularité de la Ligue nationale de hockey féminin (NWHL), le hockey féminin suscite un débat au Québec et même au Canada concernant l’avenir de la discipline. Proulx constate toutefois que les possibilités de percer dans le hockey féminin sont encore bonnes. «Je pense que c’est bien qu’il y ait qu’une seule ligue plus organisée pour que ça devienne un métier pour les joueuses. Je pense que les Canadiennes de Montréal ont fait un beau travail pour qu’il y ait une équipe dans la NWHL.»

La Nicolétaine s’est blessée plus tôt cette semaine lors d’une chute à vélo, se fracturant la clavicule. Bien que cette blessure arrive à un mauvais moment, sa place avec les Titans n’est toutefois pas en péril, puisque son poste est déjà assuré avec l’équipe. Elle commencera toutefois sa deuxième campagne collégiale un peu en retard. Cette dernière doit débuter le 24 août prochain.