Alexandre Martin a réalisé l’une des bonnes performances d’un kayakiste canadien en solo des dernières années.

Alexandre Martin cinquième au monde

Trois-Rivières — Le Trifluvien Alexandre Martin a réalisé l’une des meilleures performances d’un kayakiste en solo des dernières années au Canada, la fin de semaine dernière aux Championnats mondiaux juniors de canoë-kayak de vitesse, en Bulgarie.

Deuxième de sa demi-finale, l’athlète de 18 ans a pris le cinquième rang du K1 200m en finale A, enregistrant un chrono de 35,963 secondes. Martin était à environ trois dixièmes d’obtenir un podium. Il était d’ailleurs le seul kayakiste nord-américain dans ce groupe sélect de neuf rameurs, les huit autres étant tous des Européens.

Le protégé du Club de canoë-kayak de Trois-Rivières se trouvait dans le huitième corridor pour cette finale. Or, contrairement à son habitude, il a connu un départ un peu chancelant puisqu’il a anticipé le départ et frappé un bloc. Martin n’a pas été le seul à avoir été piégé de la sorte. Cela a eu comme conséquence de le ralentir un peu.

«Au lieu d’avancer, il a frappé le bloc. Au moins trois autres gars l’ont imité», relate son entraîneur du CKTR Mathieu Pelletier, qui ne s’est pas prié pour suivre l’action en direct, aux petites heures de la nuit de vendredi à samedi!

«Je ne crois pas que ce léger contact ait changé le résultat de sa course. En fait, il s’agit de l’une de ses meilleures courses en carrière. Et elle arrive aux Mondiaux! Il peut être très fier de lui.»

Laurent Lavigne aura une autre année d’éligibilité pour les Mondiaux juniors, l’an prochain.

Un top-5 dans une discipline où le calibre est aussi relevé relève effectivement de l’exploit. De mémoire d’homme, Pelletier ne se souvient pas d’avoir assisté à une telle prestation d’un kayakiste canadien. Pas depuis Adam van Koeverden du moins.

Par le passé, d’autres athlètes de la région comme Étienne Beauchesne et Olivier Courchesne ont su se distinguer aux Mondiaux en kayak, mais un top-5 individuel est plutôt rare. «C’est intéressant ce qu’il réussit à accomplir. On parle quand même d’un kayakiste qui a d’abord touché au canoë avant de se tourner vers le kayak. Ça augure bien pour la poursuite de son développement car Alexandre, les challenges, il adore ça. On a encore eu la preuve en Bulgarie.»

«Normalement, il est très rapide sur les 100 premiers mètres. On a donc pu voir une toute autre dynamique dans sa course samedi.»

Lavigne 12e
Un autre kayakiste du CKTR, Laurent Lavigne, avait été retenu par Canoë-kayak Canada pour voyager vers l’Europe. S’il n’a pas été en mesure d’atteindre la finale A, Lavigne a tout de même démontré de belles choses avant de finir 12e du K1 500m (1min41,524s).

C’est sa première course éliminatoire qui a été le plus ardue. Il s’est bien repris lors des deux suivantes. «Laurent sera encore éligible pour les Mondiaux juniors l’an prochain alors dans les circonstances, c’est excellent», retient Mathieu Pelletier, tout aussi positif dans son analyse de championnat pour son deuxième poulain.

«Il menait la finale B jusqu’à 450 m, il n’a été dépassé que dans les derniers mètres. On a une belle relève!»

La Québécoise Sophia Jansen fut l’une des grandes vedettes du Canada en Bulgarie, étant décorée de trois titres mondiaux.