À 25 ans, Alex Bellemare met un terme à sa carrière de skieur acrobatique.

Alex Bellemare prend sa retraite

TROIS-RIVIÈRES — Un an après avoir vécu l’ivresse des Jeux olympiques, à PyeongChang, le skieur acrobatique Alex Bellemare prend sa retraite de la compétition.

Le Bonifacien de 25 ans a en effet annoncé jeudi qu’il tirait un trait sur sa carrière internationale. Après plusieurs années à voyager autour du globe, la passion n’était tout simplement plus au rendez-vous.

«Depuis 2017, je n’ai plus autant de plaisir à repousser les limites. Avant, dès qu’il y avait une course, j’étais prêt à tout faire pour gagner. Ces derniers temps, je me contentais plutôt de faire ma descente et voir le résultat que ça allait donner. Je ne ressentais plus la flamme comme avant», a-t-il expliqué, en entrevue avec Le Nouvelliste.

Voilà donc déjà un bon moment que Bellemare était tiraillé par sa carrière. Il admet avoir quelque peu étiré la sauce, car il tenait absolument à vivre la frénésie des Jeux olympiques. Mais le point de non-retour a été franchi il y a quelques mois lors d’une compétition qui était présentée en Autriche. Alors que tous ses coéquipiers pratiquaient leur routine, la fierté de Vallée du parc ne voulait tout simplement pas prendre la piste.

«Ça m’a vraiment fait mal de ne pas faire cette course-là. Je voyais tout le monde descendre et je n’avais aucune envie d’y aller. Ç’a été difficile à vivre, mais il fallait accepter que ce n’était tout simplement plus pour moi», mentionne celui qui a été relégué de l’équipe nationale A à l’équipe B cette saison puisqu’il n’avait pas obtenu de podium l’an dernier.

Même s’il se retire de la compétition, Bellemare n’a pas l’intention de s’éloigner de ses skis pour autant. «Mon sport, c’est bien des choses avant d’être une compétition. J’ai encore du plaisir à skier et j’ai des commanditaires qui apprécient encore les trucs que je fais.»

Une carrière remplie

En plus de six ans sur le circuit mondial de ski slopestyle, Bellemare a su laisser sa marque aux quatre coins de la planète. Sa feuille de route comprend notamment une expérience aux Jeux olympiques (22e position), six participations aux X Games, une aux Championnats du monde de ski ainsi que 19 épreuves de la Coupe du monde.

Le Bonifacien avait d’ailleurs connu une rentrée fracassante sur le circuit de la Coupe du monde, en mars 2012. Confronté à l’élite de la planète pour une première fois, il avait surpris les observateurs, du haut de ses 19 ans, en grimpant sur la deuxième marche du podium à Mammoth Mountain, en Californie.

Parmi les autres dates marquantes de sa carrière, il est impossible de passer sous le silence le 2 février 2016 alors qu’il a signé son unique victoire sur le circuit de la Coupe du monde à Bokwang, en Corée du Sud. Bellemare garde aussi de précieux souvenirs de sa médaille de bronze obtenue aux X Games en 2015.

«Je me rappelle de chaque compétition. Ce sont plein de beaux souvenirs. Je me souviens même qu’après mon podium aux X Games, en 2015, j’étais un peu triste car je me disais que je venais de vivre le summum et que ma carrière s’en irait en descendant. Je m’étais trompé, car j’ai ensuite gagné une Coupe du monde et vécu les Jeux olympiques, raconte-t-il. Maintenant, j’estime que j’ai vécu ce que j’avais à vivre. Je n’ai tout simplement plus les manœuvres pour faire des compétitions internationales», mentionne Bellemare, qui entend continuer de suivre les activités de ses bons amis de l’équipe nationale.

«Je ne vais pas arrêter de regarder le ski de compétition. Ça va encore faire partie de mon quotidien. J’ai habité plus souvent dans ma vie avec Evan (McEachran), Teal (Harle) et ABM (Alex Beaulieu-Marchand) qu’avec mon chien! C’est certain que je veux rester en contact avec eux...»

Pour la suite, Bellemare ne sait pas trop ce que l’avenir lui réserve... à part de nombreuses descentes à Vallée du parc. «Je veux demeurer dans le monde du ski. Je ne peux pas arrêter d’un coup sec. Mais je ne sais juste pas encore ce que je vais faire de ma vie.»