À l’instar de ses coéquipiers, Raphaël Gladu a peu d’occasions de se faire valoir en situation de match depuis le début du camp d’entraînement. La rencontre de mardi contre les Champions a été annulée et celle de mercredi, à Ottawa, pourrait l’être aussi, advenant des averses.

Quel rôle attend Gladu?

TROIS-RIVIÈRES — Avec trois matchs préparatoires prévus en l’espace de cinq jours, le gérant des Aigles T.J. Stanton misait déjà sur un échéancier serré pour évaluer ses joueurs, particulièrement les nouveaux qui tentent de se greffer à l’équipe, dont le futur favori local Raphaël Gladu. Voilà que la pluie a forcé l’annulation de la deuxième rencontre, qui devait avoir lieu mardi à Trois-Rivières. Stanton se croise maintenant les doigts pour celle de mercredi après-midi, à Ottawa, où les Oiseaux ont rendez-vous avec les Champions.

«Ce n’est pas une situation idéale», lâche le grand manitou des Oiseaux, forcé d’organiser une séance d’entraînement à l’intérieur, mardi au Complexe sportif Alphonse-Desjardins. Il aurait préféré en découdre avec les Champions sur le terrain du stade. Depuis l’ouverture du camp la semaine dernière, les Aigles n’ont disputé qu’une partie hors-concours, celle de samedi à Sainte-Marie face aux Capitales de Québec, un revers de 15-11.

«C’est difficile pour les gars, car il n’y a aucune situation de match durant les pratiques. Pour la chimie, ça peut avoir un impact, surtout si les joueurs ne se connaissent pas. C’est vrai pour le milieu de notre avant-champ, par exemple», poursuit Stanton, en parlant de la paire formée de David Glaude (deuxième-but) et Thomas Roulis (arrêt-court). Ce dernier jouera ses premiers matchs officiels chez les professionnels dans l’uniforme des Aigles.

La bonne nouvelle, c’est que les deux jouent du bon baseball jusqu’ici. Glaude a notamment été le meilleur frappeur des Aigles samedi.

Quant au Trifluvien Raphaël Gladu, Stanton dit avoir apprécié ses deux présences au bâton en situation de match depuis le début du camp. Qu’à cela ne tienne, à environ trois jours du début de la saison prévu vendredi soir à Trois-Rivières, le gérant ne peut s’avancer sur le rôle qu’il conférera à l’ancien des Aigles juniors en fin de semaine. «À première vue, Raphaël est un bon frappeur, du calibre de la Ligue Can-Am. Mais son rôle défensif reste à définir. Je sais que les gens veulent le voir en action, ils en auront l’occasion. Sauf que pour l’instant, il est encore tôt et le fait que nous ne jouions que deux parties préparatoires n’aide pas dans l’évaluation.»

Utilisé comme voltigeur dans les rangs affiliés, Gladu conserve de bonnes chances de patrouiller un des trois champs extérieurs, vendredi contre Québec. Le côté gauche semble réservé à LeVon Washington, qui demeure un joueur avec des points d’interrogation en raison de ses nombreuses blessures subies dans le passé, tandis que le champ centre appartiendrait au Vénézuélien Alberth Martinez.

Ceci dit, Martinez, à l’instar des Dominicains Juan Kelly et Jose Santiago, n’a toujours pas reçu son visa de travail et il reste pour l’instant coincé dans son pays natal. Il serait étonnant qu’il arrive dans l’entourage de l’équipe d’ici la fin du mois de mai. Le vétéran Tucker Nathans pourrait donc se voir confier le champ centre et la lutte pour le champ droit se jouerait entre Gladu ainsi que les recrues Parker Sniatynski et Jesse Russo.

Stanton réservait de bons mots pour Sniatynski mardi. «Les recruteurs et certains entraîneurs m’avaient avisé que c’était un joueur à surveiller. Il a du talent.» Le gérant a aussi hâte de voir ses releveurs dans le feu de l’action. Car selon lui, c’est probablement à cette position que son club s’est le plus amélioré en comparaison avec 2018.

Après le match de mercredi à Ottawa, les Aigles rentreront à la maison, où ils bénéficieront encore d’une journée avant de se préparer pour le match inaugural, vendredi soir contre Québec.