Les Aigles se sont accrochés jusqu'en neuvième manche, mais n'ont pas été capables de s'emparer de l'avance face aux Capitales.

Les Capitales arrachent une victoire à des Aigles résilients

Si le reste de la série est à l'image du premier match, les spectateurs auront droit à du grand baseball jusqu'à dimanche au Stade Stéréo Plus de Trois-Rivières.
Dans un match enlevant jusqu'à la fin, les Capitales de Québec ont arraché une courte victoire de 3-2 aux Aigles, devant 2371 spectateurs.
Seul hic, c'est que la plupart de ces partisans avaient déjà quitté le stade quand les Aigles ont commencé à menacer. Tirant de l'arrière 3-0 avant leur dernier tour, les hommes de T.J. Stanton ont ouvert les valves contre le releveur de Québec Nolan Becker.
Devant un stoppeur qui n'avait accordé que deux points cette année aux équipes de la Ligue Can-Am, les locaux ont réussi à rétrécir l'écart à 3-2. Après un simple d'Alexander Ayala, un double de Javier Herrera et un but sur balles à Brenden Webb, le receveur Kyle Lafrenz a claqué un simple de deux points.
Trevor Gretzky, qui en arrache contre les lanceurs gauchers depuis le début de la saison, a cependant mordu la poussière au terme d'une bonne confrontation. Becker l'a retiré sur trois prises pour confirmer la victoire de Québec, leur 41e de la campagne. Ils demeurent au premier rang du circuit, aux côtés des Boulders de Rockland.
Les Aigles évitaient quant à eux l'affront d'un premier blanchissage. Malheureusement, ça ne les fera pas monter au classement.
«Un excellent match, où les deux équipes ont eu leurs opportunités tour à tour», résumait le gérant des Capitales Patrick Scalabrini, pas peu fier que son poulain Becker ait trouvé le moyen de décrocher le sauvetage.
«Il voulait trop en faire, épater la galerie, mais il a trouvé un moyen de retirer Gretzky. C'est un petit terrain ici, les matchs ne sont jamais terminés!»
Sikula dominant
Chose rare au Stade Stéréo Plus, les deux lanceurs partants ont animé le spectacle pendant la majeure partie de la soirée. Du côté de Québec, Arik Sikula a offert des miettes aux Oiseaux, c'est-à-dire quatre coups sûrs et trois buts sur balles en sept manches et un tiers.
Brett Lee n'a pas été très généreux non plus en mettant la table pour Becker.
Chez les Aigles, Edilson Alvarez, chancelant en juillet, s'est repris de brillante façon en ne concédant que cinq coups sûrs et deux buts sur balles en six manches. Angel Rincon, Shaun Ellis et Miguel Lahera l'ont imité.
En fait, Alvarez a commis ses seuls faux pas en quatrième et en sixième. Maxx Tissenbaum a d'abord expédié un de ses tirs loin par-dessus la clôture du champ droit pour son dixième circuit de l'année. Alvarez mène la Can-Am pour les longues balles accordées avec 16.
Tissenbaum a remis ça en sixième avec un double qui a poussé Jordan Lennerton à la plaque. Les Aigles ont d'ailleurs commis deux erreurs pendant ce tour, ce qui a facilité la vie des visiteurs, qui terminent le match avec huit coups sûrs contre sept.
«On a laissé trop de coureurs en position de marquer tôt dans le match, analysait Stanton. Daniel Mateo a fait une erreur au troisième qui a probablement coûté un point. Ce sont des petits détails, mais ça donne des points gratuits à l'adversaire. Par contre, Edilson a été excellent et notre attaque a bien fait contre un bon releveur. Ça prend plus de matchs de la sorte.»
Carnet de notes
Pour Patrick Scalabrini, Sikula est le meilleur lanceur de la Can-Am depuis un mois. Il a d'ailleurs remporté les six derniers matchs dans lesquels il a lancé. «Il a une approche très cérébrale, il se pose beaucoup de questions. Rien ne peut l'affecter en ce moment, il pense qu'il est le meilleur au monde.»...
Ethan Elias effectuera son premier départ pour les Aigles, vendredi lors du deuxième match de la série.