Daniel Mateo a frappé deux coups de circuit vendredi face aux Boulders.

Les Aigles perdent la guerre des circuits

Alors que la puissance a été à l'honneur vendredi soir à Rockland, c'est un mauvais lancer qui aura finalement fait la différence entre les Aigles et les Boulders. Les Trifluviens se sont inclinés 9-8 dans une rencontre où aucune des deux formations ne semblaient vouloir en finir.
Il n'a fallu attendre que deux frappeurs chez les Boulders pour voir la première démonstration de puissance, du bout du bâton de Joe Maloney avec un circuit de deux points. Une première manche difficile au monticule pour Jean-François Dionne, qui n'a cédé qu'un seul autre point en quatre manches de travail.
Mais Daniel Mateo a décidé de sortir les biceps lui aussi. Avec un score de 3-1 au tableau en troisième, il a catapulté l'offrande de Bo Budkevics derrière la clôture pour donner l'avance 4-3 aux Aigles. Les Boulders ont créé l'égalité lors de leur tour au bâton suivant, mais les Aigles ont encore repris l'avance en sixième avec des circuits consécutifs d'Alexander Ayala et de Brenden Webb. Soudainement, les Aigles semblaient dans le siège du conducteur avec une avance de 7-4.
Sauf qu'encore une fois, l'équipe en avance a été incapable de se sauver avec la victoire. Dès leur tour au bâton suivant, les locaux ont répliqué avec quatre coups sûrs, dont un circuit de Joe Maloney, encore lui, pour marquer quatre points et porter la marque à 8-7.
Dos au mur, les Trifluviens ont toutefois envoyé l'homme de la situation au marbre en neuvième. Daniel Mateo a de nouveau frappé la longue balle et tous les espoirs étaient permis. Mais en fin de neuvième, avec Jared McDonald posté au premier coussin, un mauvais lancer d'Angel Rincon a empêché Kyle Lafrenz de tenter un retrait sur le vol du deuxième but. Il n'a fallu qu'un simple et le joueur des Boulders est venu marquer pour donner la victoire aux locaux.
«Nous avons joué de malchance, parce qu'on dirait que son bâton s'est cassé sur la frappe. Si la balle avait été frappée plus durement, nous aurions eu le retrait au marbre. C'était un match vraiment le fun à jouer. Les Boulders sont tellement bons sous la pression, mais nos lanceurs de relève ont bien fait. À chaque manche, nous avons eu des opportunités en attaque. C'est ce que j'ai dit aux joueurs, que c'était vraiment mieux que ce que nous avons vu contre le New Jersey», a analysé le gérant T.J. Stanton, qui enverra Matthew Rusch au monticule samedi soir dans le deuxième match de la série.