Les Aigles juniors ont dévoilé de nouveaux uniformes, inspirés de l'époque de la Ligue Eastern.

Le passé et le futur ne font qu'un

La saison de la Ligue de baseball junior élite du Québec se met en branle ce week-end. À Trois-Rivières, les Aigles sont tournés vers le futur, mais aussi le passé pour cette 45e année.
Cinq personnes ayant marqué l'organisation au fil des années seront honorées au cours de la saison, dont trois qui verront leur numéro être retiré par l'organisation. Grand manitou de l'édition 1984 des Aigles, qui avait tout raflé sur son passage dont un championnat canadien, Jean Hamelin et son numéro 2 joindront les rangs des immortels le 16 juin.
Puis, ce sera au tour des inséparables Rémi Doucet et Mathieu Hamelin d'avoir droit au même honneur le 7 juillet. 
«On voulait célébrer nos 45 ans en force en soulignant le travail de gens spéciaux qui ont contribué à l'histoire des Aigles de Trois-Rivières. Ces deux individus ont participé à la grande histoire des Aigles et ont toujours été associés. Ça allait de soi de leur donner un coup de chapeau ensemble», a souligné Patrice Proulx, gouverneur du club.
Doucet a été à la barre des Aigles pendant dix saisons alors que Mathieu Hamelin lui façonnait des équipes de qualité, installé dans la chaise de directeur général. Ce dernier a occupé ce poste durant 12 ans. 
La journée qui s'avère la plus surprenante est toutefois celle du 4 juin, puisque l'organisation rendra hommage à Réal Lajoie et Carole Béliveau, qui ont pratiquement habité au stade Fernand-Bédard pendant plus d'une vingtaine d'année, jusqu'à l'été 2016 où ils ont été remerciés par le président des Aigles, Marc-André Bergeron. La blessure est encore vive, mais la famille a décidé de revenir le temps d'une journée à l'enceinte de l'avenue Gilles-Villeneuve.
«Les Aigles, c'était notre rêve. Je m'en allais à ma retraite et j'aurais pu m'occuper de l'équipe jusqu'à la fin. On s'est rencontré René Martin et moi. Il fallait que je convainque Carole et je lui ai dit de ne pas le faire pour l'organisation, mais pour tous les parents et enfants qu'on a rencontrés. C'est pourquoi nous avons accepté», explique Lajoie, qui travaille maintenant pour la LBJEQ à titre de conseiller spécial.
Nouveaux uniformes
Les Aigles juniors ont profité de la conférence de presse de mercredi pour dévoiler les nouveaux uniformes qu'ils porteront pour les prochaines saisons. Encore une fois, l'influence des Reds de Cincinnati est forte - les Aigles étaient le club-école de la formation des majeures dans la Ligue Eastern dans les années 1970. On a d'ailleurs fait un autre clin d'oeil au passé en apposant sur la manche l'ancien logo de l'équipe.
«Les joueurs vont aussi avoir leur nom dans le dos. Quand ils iront au Saguenay, ils vont pouvoir se faire appeler par leur vrai nom!», a souligné le gérant Jean-Philippe Lemay, à propos des amateurs des Voyageurs de Saguenay, particulièrement bruyants.
Si le passé aura une grande importance dans la future saison des Aigles, le futur le sera tout autant. Jeudi, les dirigeants de l'organisation, ainsi que le président de la LBJEQ, Rodger Brulotte, étaient particulièrement heureux de la venue de l'équipe nationale junior cubaine au Québec, elle qui se mesurera à toutes les formations du circuit.
«Nous aurions pu faire une équipes d'étoiles du Québec, mais nous voulions donner une chance aux jeunes de vivre une expérience marquante, soulignait Brulotte. Chaque fois que je viens à Trois-Rivières, on me parle des Aigles de la Ligue Eastern et de l'équipe de 1984. Ça montre jusqu'à quel point ça laisse une marque. Dans 20 ans, les jeunes vont encore en parler.»
Un hommage à Robinson
Le monde du baseball soulignera en 2017 les 70 ans de l'arrivée de Jackie Robinson avec les Dodgers de Brooklyn et la fin de la barrière raciale. Puisque la carrière de ce pionnier s'est amorcée avec les Royaux de Montréal, les équipes de la LBJEQ ont décidé d'emboîter le pas, si bien que tous les joueurs porteront le numéro 42 sur leur casquette cette saison.
Nouveau règlement
Pour cette 71e saison de baseball junior au Québec, la LBJEQ a instauré un nouveau règlement qui risque de faire jaser. En effet, deux fois par match, un coureur désigné peut remplacer un joueur sur les buts. Le joueur remplacé pourra toutefois rester dans le match en défensive. 
«Chaque fois que l'on fait un changement, on entend nos entraîneurs et joueurs se plaindre. Mais deux mois après, on en parle plus, deux ans après, encore moins. Nous avons fait deux autres règlements par le passé, l'interdiction de contact au marbre et au deuxième but. Le Baseball majeur nous a imité», a conclu Rodger Brulotte.